Vous avez dit piège grossier ? (Première partie)

Dans un éditorial, sous le titre " piège grossier" Laurent Joffrin , Libération , écrit: « Ils luttent contre le racisme(...) mais le «nouvel antiracisme (...) est délibérément communautaire. Les musulmans défendent les musulmans, les Noirs défendent les Noirs (...) La deuxième inquiétude tient à un mot: islamophobie"

              Vous avez dit piège grossier ? (Première partie)

Dans un éditorial, sous le titre « piège grossier » http://www.liberation.fr/france/2016/04/03/piege-grossier_1443734 Laurent Joffrin , libération,  écrit: « Ils luttent contre le racisme : qui peut s’en plaindre ? Ils ont raison de se mobiliser, d’alerter l’opinion, de dénoncer les préjugés, agressions et discriminations. Les violences physiques ou morales motivées par l’intolérance ethnique sont suffisamment nombreuses pour que des militants prennent la défense des Noirs ou des musulmans, attaqués parce qu’ils sont noirs ou musulmans. Pourtant le «nouvel antiracisme» que nous décrivons pose plusieurs questions. D’abord parce qu’il est délibérément communautaire. Les musulmans défendent les musulmans, les Noirs défendent les Noirs. Ainsi chacun s’occupe de sa paroisse, de son clocher, de son origine ». (…) « La deuxième inquiétude tient à un mot : islamophobie ».

1) Du soi-disant nouvel antiracisme 

Ce n’est pas le fait que les victimes, dans leurs isolats respectifs - géographiques ou psychologiques - se disent antiracistes qui doit nous indigner mais plutôt le fait qu’ils soient seuls, ou presque, à lutter.

Hier, les victimes du racisme étaient des sujets de la France. Aujourd’hui, ce sont des Français (toujours perçus comme des sujets) qui manifestent leur francité ; bien maladroitement, il faut bien le reconnaître : il leur manque la dose d’hypocrisie qui change tout.

M. Joffrin dénonce le communautarisme. C’est bien ! 

Remarquons, néanmoins, qu’il élude l’évocation de la seule minorité française organisée en communauté agissante avec ses institutions, ses associations, ses philosophes, ses journalistes, ses medias, ses avocats, ses faiseurs d’opinions et dont le seuil liminaire de la « ouillade » est des plus bas et déclenche – systématiquement - de ces campagnes médiatiques majuscules qui vous ont éreinté plus d’un. Ce faisant, M. Joffrin tient du chat circonspect et précautionneux qui progresse sur un terrain qu’il sait dangereux et ne mentionne cette communauté organisée qu’à l’abri du paratonnerre « si ». 

Constatons cependant que M. Joffrin reprend une mâle assurance pour ajouter un stigmate supplémentaire à la face, déjà bien grêlée des musulmans et des Noirs : le «nouvel antiracisme délibérément communautaire ». « Encore faut-il le faire (l’antiracisme) aussi au nom de valeurs communes, et non de simples réflexes communautaires » s’insurge-t-il. 

Ah bon ? Aimé Césaire, Arezki Dahmani, « France-plus » et les autres luttaient au nom de valeurs communautaires ? 

Je regarde la France sur le globe : elle est encore présente partout (sa superficie, terrestre et maritime, est la deuxième derrière celle des USA). Hier, ses possessions étaient encore plus importantes. Des hommes et des femmes de toutes les souches, de toutes les couleurs, de toutes les cultures, de toutes les langues ont été impactés et sont encore imprégnés de notre langue et notre culture : ils gardent notre empreinte. N’est-ce pas normal que nous aussi en gardions des traces génétiques, cultuelles, culturelles ? Notre présence chez eux avait été imposée, les armes à la main ; leur présence parmi nous est le résultat de notre besoin en main-d’œuvre et en chair à canon pour nos nombreuses guerres.

Assumons notre histoire avec dignité et responsabilité.

Voulons-nous fermer nos frontières aux étrangers ? Soit. Faisons-le, mais dans le respect des textes internationaux que nous avons signés et qui sont sous la protection de l’article 55 de notre constitution. Quant à ceux qui sont Français par la loi du sol – vieille de 500 ans tout de même !- ils sont Français tout court : il n’est que temps de se faire une raison.

Notre morgue naturelle, notre inconséquence chronique, notre mépris gratuit et une ignorance crasse des us et coutumes de ceux qui vivent à nos côtés nous ont rendus aveugles à la réalité et les dupes des manipulations - criminelles pour le coup - de quatre lobbies d’intérêts particularistes (homosexuels, féministes, athées et sionistes). 

« Joueurs de flûte » impénitents , ces derniers - comme le flutiste de Hamelin, immortalisé par les frères Grimm - ont entraîné dans leur sillage , au précipice du déshonneur , des légions d’hommes politiques qui avaient sacrifié les intérêts de la France sur l’hôtel du clientélisme . Tant pis pour la cohésion nationale, si les ambitions des uns et des autres s’y retrouvent. 

Ces groupes de pression ont des agendas différents, même s’ils sont alliés de circonstance contre un même bouc émissaire : un Islam caricatural de leur invention : un salmigondis cultuel et culturel .En un jeu de rôle infamant ( un feed-back irresponsable : je sème ,tu récoltes et réciproquement ) ces lobbies font la courte échelle aux islamistes , leurs alter-ego , et se roulent dans le lisier du désordre international , résultat de la doctrine Carter (lien : https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/281216/moyen-orient-genese-du-chaos-et-si-y-regardait-de-plus-pres) et de la volonté farouche des USA de demeurer l’hégémonique « coq alpha » du poulailler mondial . 

Pendant 30 ans, relayés ad nauseam par nos médias, ces quatre lobbies ont violé, au quotidien, la loi du 09 décembre 1905 – socle fondamental de la laïcité- et notre Constitution. Ils ont stigmatisé la frange la plus fragile de nos concitoyens, agité les Français les uns contre les autres, taillé une panoplie de Jeanne d’Arc de la laïcité à Marine Le Pen, et contribué à grossir inconsidérément les rangs du FN.

L’Histoire que nous grimons à outrance est seule responsable de notre malheur : c’est un formidable bras de levier mis, par nos soins, dans les mains de nos ennemis et de nos faux amis. Accuser les seuls Mamadou ou Mohamed - nos bâtards culturels, donc nos fils culturels - des conséquences de nos actes est irresponsable, injuste et lâche. 

L’instinct de survie et l’inhibition (inhibition qui nous amène, instinctivement, à préserver, épargner, protéger la fragilité de l’enfance, de la femme, de la vieillesse) sont des réactions d’une force difficilement répressible. En constater l’absence totale chez des jeunes gens est pour moi un grand étonnement. En effet, comment en viennent-ils à courir sus leur propre vie et s’anéantir juste pour supprimer le passant lambda coupable d’être là à un instant donné ? D’où provient cette haine qui consume les cœurs et qu’ils ne peuvent éteindre qu’en immolant des innocents et en s’annihilant ? Voilà la question à laquelle on doit apporter une réponse sérieuse pour les familles des victimes, pour les familles des bourreaux, et pour la paix civile. 

La réponse esquissée par les psychologues et les sociologues avait aussitôt été rejetée par Manuel Valls et ses compétiteurs qui, à l’évidence, jugèrent l’ignorance mieux à même de faire prospérer leurs intérêts politiques.

Nos faiseurs d’opinions viennent nous dire : c’est parce qu’ils sont musulmans ; c’est leur djihad qui veut cela.

L’argument est ridicule à plus d’un titre ; il ne résiste aucunement à un examen attentif :

• Ridicule d’abord, parce qu’avant 1979, l’Islam était déjà Islam et vivait sa religion, dans ses différentes obédiences, paisiblement. Les premiers bouleversements – de portée mondiale- apparurent en Iran avec la révolution khomeyniste et la prise d’otage des diplomates US. L’Iran a été vite englué dans une guerre de 8 ans avec l’Irak, son voisin, soutenu par les USA (lien : https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/100117/genese-du-chaos-moyen-oriental-ii )
L’Islam iranien (shiisme duodécimain) est un schisme (lien :https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130617/b-3-le-shiisme     ) et comme tel, il ne provoqua que peu de remous dans l’Islam en général (à titre de comparaison, les agitations du protestantisme américain indiffèrent le Catholicisme ou les Orthodoxies chrétiennes). 

Cette même année (lien :  https://blogs.mediapart.fr/belab/blog/271216/source-le-nouvel-obs-15011998-oui-la-cia-en-afghanistan-avant-les-usa ) des moudjahidines afghans – combattants de la liberté, selon le qualificatif de Ronald Reggan - débutèrent leur guerre contre l’Union Soviétique - avec la bénédiction et la manne des USA, de l’Arabie Saoudite et la complicité agissante du Pakistan de Zia-Ul-Hak et de ses madrassas. 

Ce sont là les apprentis sorciers coupables du terrifiant désordre international, en général, et de celui du grand Moyen–Orient, en particulier (lien : https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/281216/moyen-orient-genese-du-chaos-et-si-y-regardait-de-plus-pres ).
(Rappelons, par ailleurs, que les talibans- les étudiants- ont été formés dans les madrassas du Pakistan).

• Ridicule ensuite, parce que l’Islam réprouve le suicide (même si le suicidé bénéficie de la prière ultime et est enterré parmi ses coreligionnaires). Les premiers attentats suicides -contre l’occupation israélienne – sont l’œuvre des fédayins palestiniens, gauchistes, passés par l’école des révolutionnaires japonais des années 70 et 80.

• Ridicule enfin, parce que le djihad est avant tout un travail sur soi pour se transcender et se rendre meilleur pour soi-même, pour sa famille, pour sa communauté ; il ne devient guerrier que dans un seul cas de figure : la légitime défense contre un assaillant. Et tous les assaillants ne sont pas logés à la même enseigne. Ne relèvent pas de cette légitime défense, martèle le Coran : « (…) ceux qui chercheraient un asile chez vos alliés et ceux qui sont forcés de vous faire la guerre ou de la faire à leur propre tribu. (…) S’ils cessent de porter les armes contre vous, et s’ils vous offrent la paix, Dieu vous défend de les attaquer » (source : « Al Nissa », chapitre 4, verset 92). Usant de redondance, pour bien marquer les esprits, il souligne cette exception : « S’ils ne se mettent pas à l’écart, s’ils ne vous offrent pas la paix et ne s’abstiennent pas de vous combattre, saisissez-les et mettez –les à mort partout où vous les trouverez… ») (« Al Nissa », chapitre 4, verset 93).

Remarque : Ceux qui traduisent « djihad » par « guerre sainte » se trompent et nous trompent. La « guerre sainte » est une spécificité chrétienne .Elle fut théorisée par saint-Augustin, dans sa lettre n°13, à Vincentus, évêque donatiste, et mise en pratique avec zèle contre les donatistes, les bogomiles, les vaudois, les dolciniens, les cathares, les musulmans et les protestants.

Laissons aux musulmans ce qui est aux musulmans .Si, par la force des choses, nous ne pouvons pas nous empêcher de nous immiscer dans leur religion, faisons-le, au moins, avec loyauté et équité, sans malignité et sans a priori. La loi du 09 décembre 1905 et notre Constitution, concomitamment, garantissent la liberté de culte, la liberté d’expression et la liberté de conscience pour tous les Français, à égalité de droits et de devoirs. 

Voulez-vous vraiment connaître les réalités de l’Islam (lien : https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/270916/de-la-soi-disant-unicite-de-la-sharia-et-du-pseudo-monolithique-islam ) ? Méprisez la visite guidée, par les sentiers avilissants des circuits obligés des « tours opérateurs » du lobby laïciste des quatre et ceux non moins avilissants du salafisme prêché par la secte wahhabite – coucou squattant le nid vénérable de l’austère hanbalisme - (lien : https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/130617/b-4-le-salafisme-wahhabite ): puisez dans les données historiques et cultuelles non encore frelatées par nos contemporains : allez aux sources d’avant 1979 et même, plus sûrement, à celles du 19ième siècle.

Que cessent donc ces manipulations délétères, propices, sur le plan intérieur, à tous les coups « de Jarnac » contre nos acquis sociaux, notre démocratie et notre sécurité, et, sur le plan externe, aux agissements coupables de nos faux amis et de nos vrais ennemis. La France a besoin de répit pour considérer, les yeux grands ouverts, sa réalité dans le contexte mondial.
(Suite de l’article, lien  https://blogs.mediapart.fr/edition/lescarbille/article/020917/du-soi-disant-piege-grossier-deuxieme-partie)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.