Portfolio

Légendes en photos (et vice versa) aux Suds à Arles et à Salins

Après une semaine éblouissante, on repart en arrière à travers les souvenirs fixés. Sept jours et sept nuits de musiques ensoleillées, de rêves étoilées et d'émotions partagés. En voici quelques traces de toutes les couleurs.
  1. Premier apéro-découvertes, première surprise ce nouveau lieu arlésien accueillant Croisière. Seconde surprise le duo inédit entre Emmanuel Aymès et Sylvie de Saaj, accompagnées aux percussions par Jérôme. La première chante les femmes poètes troubadours, la seconde les transporte en Inde du Nord avec son sitar.

  2. Toujours à Croisière après le duo féminin un père et un fils nous offre la généreuse et créative réunion de leur forces musicales. Pedro Soler à la guitare et Gaspar Claus au violoncelle.

  3. Plus tard dans la cour de l'Ecole Nationale Supérieure de la photographie, le musicien arlésien Henri Maquet et le plasticien Florent Di Bartolo dévoile leur hallucinante création Minotaures.

  4. Mardi 19H30, Cour de l'Archevêché, Niño De Elche, inaugure les Moment Précieux de cette 22ème édition en piétinant les clichés du flamenco, avec une intensité précieuse

  5. Au Théâtre Antique la musique des touaregs résonne fièrement. Avec sa guitare magique, Bombino réveille les génies du désert.

  6. Calypso Rose est une légende de Trinidad ou plus exactement de Tobago, ile voisine où elle est née, une légende malicieuse et irrésistiblement entraînante.

  7. Pendant les balances la transe funky des irrésistibles Sud-africains BCUC, se construit avec méthode.

  8. Partenaire des Suds, l'équipe de Radio Nova anime le centre ville en ce jeudi après-midi avec des mixs fruités et des jeux joyeux, ici les djs Théo Wizman et Big "Squaaaly" Buddha

  9. L'un des moments les plus inoubliables de cette 22ème édition restera le duo impromptu entre la chanteuse Silvia Perez Cruz et la danseuse Rocio Molina.

  10. Derviche de Damas s’apprêtant à s'envoler vers le ciel.

  11. Dans la Turquie d'Erdogan, l'horizon culturel semble se rétrécir et pourtant la jeunesse stambouliote ne manque pas de punch. Pour preuve le maqam-rock de Gaye Su Akyol et de ses comparses masqués a enflammé le public des Forges.

  12. Née en Turquie, mais résidente Berlinoise Ipek est une bombe d'énergie joyeuse. Ses mixs sans frontières sont irrésistibles. Tant pis pour les mollets fatigués.

  13. Ce vendredi, les obligations de Marie-José Justamond, directrice du festival, ne lui, ont pas permis de présenter les apéro-découvertes. A sa place Margaux Vidal, responsable des stages et master classes et Rémy Gonthier, responsable de l'Action Culturelle ont pris le micro et ses sont très honorablement sortis de ce baptème du feu. Ils ont reçu MicFlow. Celui-ci a réclamé qu'on lui mette la pression, une voix dans le public, que j'ai cru reconnaître, lui a répondu "Tu ne vas pas y arriver, t'es trop nul!". Le beatboxer a remercié : "C'est exactement ce que je voulais"

  14. Venue présenter son duo Aïda et Babak, la chanteuse iranienne Aïda Nosrat s'est éloignée de l'Espace Van Gogh en dansant hip-hop sur les beats de MicFlow.

  15. Vendredi soir, pendant leur plateau, les jeunes de la radio des Suds ont fait face à une invasion débridée de musiciens décalés et décorés de papier d'aluminium. Le commando Boum Disco, préparé par Henri Maquet avec Benjamin MiNiMuM et Captain Flo (de gauche à droite°.

  16. Nadir Leghrib a été une des révélations de cette édition. Son folk tunisien ne doit pas passer inaperçu.

  17. Certains journalistes, passent toute leur carrière sans jamais croiser leur micro avec un ministre, samedi 15 juille, les stagiaires de la Radio des Suds ont pu interviewer la ministre de la culture, Françoise Nyssen. L'Arlésienne ne s'est pas fait attendre.

  18. La dernière nuit aux Forges fut mémorable et ,comme annoncée, diablement rock n' roots. King Ayisoba et Zea ou avec son band tout comme les incorruptibles The Ex ont joyeusement pulsé. Entre les sets les arlésiens de Puta Puta ont été à la hauteur et leur djset impeccable. Moitié du duo Rémi Chiarel pouvait a raison sourire à pleine dents.

  19. Traditionnellement pour les Suds à Arles, le dimanche est une journée Buissonnière et se déroule à Salins de Giraud. Le dernier concert est un moment précieux qui cette année nous a emmené dans le Salento italien de Maria Mazzotta accompagné d'un délicat accordéoniste d'origine malgache, Bruno Galeone.

  20. Le comité des fêtes de Salins de Giraud fait bien les choses. Lorsqu'il reçoit les Suds à Arles, il organise aussi une petite course de taureaux.

  21. Le repas qui suit se partage en fanfare, cette année avec Lady Maga & les Sax Toys, un spectacle euphorisant et tout public pendant lequel la transmission se fait en direct.

  22. Alors, Marie-José Justamond, décorée de l'ordre autocollant de la fanfare et de la radio des Suds, peut ôter le bracelet noir qui lui a permis de circuler sans encombres dans tous les lieux de son festival magique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.