Billet de blog 16 févr. 2020

Élections municipales à Paris: au sujet de la crédibilité d’Agnès Buzyn

Agnès Buzyn se porte candidate pour LREM à la mairie de Paris. « Ça met une vraie candidature crédible face à Anne Hidalgo » dit-on à l’Elysée. Le bilan calamiteux de la ministre met à mal cette affirmation. Agnès Buzyn n’a aucune crédibilité. Voici son bilan en quelques grandes lignes.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

- Elle refuse depuis des mois de mettre en œuvre concrètement la transparence sur les prix des médicaments et produits de santé. Elle maintient donc dans l’opacité tout ce qui pourrait permettre de mieux négocier ces prix, de les revoir à la baisse, notamment les informations concernant les contributions publiques à la recherche et au développement. Alors que l’industrie pharmaceutique dégage pour ses actionnaires des dividendes records, Agnès Buzyn, dont les multiples conflits d’intérêt sont connus, a entretenu un système opaque qui autorise des prix exorbitants et illégitimes et ruine notre système de santé.

- A cet égard, nous rendons public un document qui confirme qu’Agnès Buzyn, sans aucun débat public ni recherche des informations nécessaires, paie le Zolgensma, ce médicament découvert grâce à l’INSERM et au Téléthon, dans le cadre d’une autorisation temporaire d’utilisation. Le laboratoire en exigeait deux millions par traitement. A combien la ministre a-t-elle accepté de payer ? Pourquoi n’a-t-elle pas rendu ce prix public ? Pourquoi n’a-t-elle pas publiquement fait valoir les contributions publiques et caritatives qui ont permis la découverte de ce traitement ? Pourquoi accepter que nous payons deux fois, à un prix très élevé, les médicaments ?

L’explosion de ces prix cautionnée par Agnès Buzyn qui a refusé de soutenir la majeure partie des amendements sur la transparence lors des débats sur le PLFSS pour 2020 a des conséquences à long terme sur notre système de santé solidaire. C’est l’ensemble de notre système de santé qui est mis en danger par l’absence de régulation des prix des médicaments.

- Alors qu’elle s’opposait à la transparence, Agnès Buzyn imposait des coupes budgétaires sans précédent à l’hôpital public et les services d’urgence au nom de la nécessité de réaliser des économies. En choisissant des mesures d’austérité et de ne jamais remettre en cause les prix illégitimes des médicaments, Agnès Buzyn est directement responsable de la ruine de l’hôpital public. Son mépris à l’égard des personnels hospitaliers, en grève depuis plus d’un an, doit être un avertissement pour l’électorat parisien sur les priorités qui sont les siennes.

- Un de ses derniers gestes politiques forts aura été d’entraver l’accès aux soins des demandeurs d’asile. Portant le soupçon de la fraude et du surcoût sur une population vulnérable, reprenant à son compte les arguments du Rassemblement national, Agnès Buzyn a appliqué la préférence nationale au système de santé et mis en danger toute une population. Indigne sur le plan humain, cette mesure est dangereuse pour la santé publique et coûteuse. Parce qu’elle a combattu la transparence sur les prix des médicaments, Agnès Buzyn a choisi des mesures démagogiques qui font porter à des personnes les plus fragiles la cause de la ruine du système de santé – alors que la cause principale, l’opacité sur le prix des médicaments, est entretenue par Agnès Buzyn.

- A chaque conflit d’intérêts, Agnès Buzyn a choisi les intérêts privés contre la santé. C’est le cas avec le prix des médicaments. Ce fut aussi le cas pour le Dry January, cette action de santé publique combattue par le lobby viticole. Agnès Buzyn a retiré son soutien à cette action.

Agnès Buzyn restera à ce jour l'une des pires ministres de la santé que la Vème république ait connue. 

Nous exigeons toujours du gouvernement un décret imposant la transparence sur les prix des médicaments et mettant en œuvre la résolution soutenue par la France devant l’OMS en mai 2019.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé