Billet de blog 21 déc. 2021

Covid-19 : une porte-parole d'En Marche s'oppose à la levée des brevets

Alors que des candidats à la présidentielle ont répondu à notre appel pour faire de la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid une priorité, la porte-parole de LREM Prisca Thevenot s'oppose publiquement à cette mesure. Elle contredit ainsi la promesse faite par Emmanuel Macron le 10 juin dernier. Le Président doit clarifier sa position.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse – 21 décembre 2021

OTMeds – Observatoire de la Transparence dans les Politiques du Médicament

Alors que des candidats à la présidentielle ont répondu à notre appel pour faire de la levée des brevets sur les vaccins contre le Covid une priorité, la porte-parole de LREM  Prisca Thevenot s'oppose publiquement à cette mesure. Elle contredit ainsi la promesse faite par Emmanuel Macron le 10 juin dernier. Le Président doit clarifier sa position.

Suite à notre appel dimanche, plusieurs candidats à l'élection présidentielle ont réaffirmé leur soutien à la demande de levée des barrières de propriété intellectuelle : Fabien Roussel hier, Philippe Poutou ce matin sur RMC et BFM, Yannick Jadot ou Jean-Luc Mélenchon sur Twitter.

Au message de ce dernier, la porte-parole d'En Marche Prisca Thevenot a manifesté une opposition claire contre cette mesure : « Il y a 10 mois on vous expliquait que l'urgence n'était pas de mener une guerre stérile contre les laboratoires mais de fournir des vaccins au monde ! La France au travers de la voix d'Emmanuel Macron a permis le programme Covax : les brevets c'est bien, les vaccins c'est mieux »

Ce message s'oppose à la promesse faite le 10 juin dernier par Emmanuel Macron devant Oxfam, Sidaction, puis des journalistes de soutenir cette mesure dans les arènes multilatérales. Peu suivi d'effets concrets, cet engagement est aujourd'hui contredit par la porte-parole officielle du mouvement présidentiel. Prisca Thevenot oppose à la levée des brevets les dispositifs existants. Moins de 1 % des doses produites depuis un an est arrivé dans les pays les plus pauvres, moins de 5% de la population de ces pays est vaccinée, moins de 2% au Nigéria. Comment peut-on vanter le bilan des initiatives existantes avec un tel résultat ? Enfin, en quoi autoriser la production de vaccins majoritairement développés avec de l'argent public revient-il à « déclarer la guerre aux labos » ? Emmanuel Macron n'avait-il pas promis en mai 2020 de faire du vaccin un « bien public mondial qui n'appartiendra à personne et appartiendra à tous » ? 

La "levée des brevets" désigne dans le débat actuel la demande déposée par l'Inde et l'Afrique du Sud en octobre 2020 auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) d'une dérogation aux droits de propriété intellectuelle de l'accord ADPIC, comme cet accord de l'OMC le permet, pour permettre une suspension temporaire des droits de propriété intellectuelle sur les technologies développées dans le cadre du COVID-19 et autoriser leur production partout. Selon un rapport de chercheurs de AccessIBSA et Médecins sans frontières (MSF), plus de 100 producteurs à travers le monde seraient aujourd'hui prêts à produire ces vaccins à ARNm. Avec un transfert de technologie, possible grâce aux contrats, ces producteurs pourraient répondre aux besoins des populations.

Le premier ministre Jean Castex a estimé vendredi qu'il « n’est pas admissible que le refus de quelques millions de Français de se faire vacciner mette en risque la vie de tout un pays et entame le quotidien d’une immense majorité de Français qui a fait preuve de responsabilité depuis le début de cette crise. » Il n'est pas non plus admissible que le refus de quelques gouvernements, dont celui d'Emmanuel Macron et Jean Castex, d’autoriser les pays du Sud à produire des vaccins, mette en risque la vie de tout un pays et de nombreuses populations à travers le monde. Car aujourd'hui Moderna et Pfizer sont les seuls bénéficiaires de cette situation. Personne ne sortira de la pandémie sans un accès large aux rares outils dont nous disposons contre le COVID-19.

L'opposition de la porte-parole d'En Marche à cette mesure oblige le Président de la République à clarifier sa position : s'enfermera-t-il dans la communication dogmatique pour faire oublier les résultats désastreux des initiatives existantes ou soutiendra-t-il enfin concrètement une mesure nécessaire pour autoriser les pays du sud à produire des vaccins, sauver des vies et limiter le risque d'émergence de variants ?

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social