Billet de blog 23 déc. 2019

Novartis joue la vie de bébés à la roulette : reprenons-lui NOTRE médicament

Novartis annonce un tirage au sort en Belgique pour déterminer quel bébé pourra recevoir une injection du Zolgensma, thérapie génique développée grâce à de l'argent public (les dons défiscalisés au Téléthon) et vendue à 2 millions d’euros l’injection. Le hold-up de ce laboratoire doit prendre fin, nous devons récupérer NOTRE médicament.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Uutela [CC BY-SA 3.0]

Au moment même où le Conseil constitutionnel invalide un amendement historique sur la transparence qui exigeait des firmes pharmaceutiques qu’elles dévoilent les financements publics reçus dans la recherche et le développement, le laboratoire Novartis annonce un tirage au sort des bébés souffrant d'atrophie musculaire spinale qui pourront bénéficier d'une injection de Zolgensma, poussant l’indécence et le cynisme à leur paroxysme.

Ce traitement a été développé grâce à l'argent du Téléthon, et donc des dons défiscalisés, en France comme en Belgique. Nous n'avons aucune raison de le payer une deuxième fois, par le biais de l'Assurance maladie ou d'appels aux dons, comme pour la petite Pia.

Il est plus que temps de récupérer NOTRE médicament. Les gouvernements ont le devoir de recourir à des dispositions prévues par le droit international de l’Organisation Mondiale du Commerce, mais aussi les droits nationaux : la licence d'office. Nous appelons donc le ministère de la santé français à entamer les démarches administratives en ce sens.

En France, le Conseil constitutionnel vient de censurer, pour des raisons spécieuses et factuellement fausses, une mesure historique prise dans le cadre du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2020 (PLFSS 2020) : la transparence sur les financements publics à la recherche et au développement de médicaments, dont les profits sont ensuite exclusivement privatisés. Le cas du Zolgensma est en effet loin d'être isolé, et aucun prix de médicament ne devrait être fixé sans que soient connues toutes les informations pertinentes pour en évaluer la légitimité.

La censure par le Conseil constitutionnel s'oppose aux intérêts de la santé et des finances publiques. Elle forme un véritable cadeau de Noël aux entreprises du médicaments, et notamment au LEEM, le groupe de pression de l'industrie dont le président est d’ailleurs celui de… Novartis-France.

De même, les entraves systématiques de l’Élysée contre la transparence, le soutien indéfectible d'Emmanuel Macron à l'industrie pharmaceutique, doivent cesser. Alors que les politiques austéritaires détruisent notre système de soins, l'hôpital public et toute la protection sociale, jusqu'aux retraites, il est plus que temps d'évaluer l'illégitimité des prix indus des médicaments, de les faire baisser drastiquement et de réorienter les dépenses vers des postes légitimes.

L'attentisme des gouvernements les rend complices des pratiques obscènes d'un laboratoire comme Novartis. Nous demandons aux dirigeant-es français-es d'assurer par voie de décret, la transparence sur les prix des médicaments et produits de santé, de recourir à des licences d'offices pour combattre l'explosion indue des tarifs, éviter que les prix exigés par les firmes pharmaceutiques continuent d’établir des précédents, toujours plus hauts, dans le prix des médicaments, et de mener des débats, nécessaires et urgents, sur le rétablissement de vrais pôles publics de production de médicaments.

Ce communiqué est sous la licence Creative Common CC-BY-NC

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.