Billet de blog 24 mars 2020

COVID-19/ Dépistage : nos demandes suite aux annonces d’Olivier Véran

Le ministre de la santé Olivier Véran a précisé lundi 24 mars la stratégie du gouvernement en matière de dépistage du COVID-19. Il a confirmé qu’un dépistage massif ne serait fait qu’à la fin du confinement, à l’aide de nouveaux tests en cours de développement, notamment des tests d’anticorps, qui permettront de savoir si les personnes ont été porteuses du virus.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse - Mardi 24 mars 2020

Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament

Le ministre de la santé Olivier Véran a précisé lundi 24 mars la stratégie du gouvernement en matière de dépistage du COVID-19. Il a confirmé qu’un dépistage massif ne serait mis en place qu’à la fin du confinement, à l’aide de nouveaux tests en cours de développement, notamment des tests rapides et des tests d’anticorps, qui permettront de savoir si les personnes ont été porteuses du virus. 

Notre réaction aux annonces d’Olivier Véran

L'arrivée de la sérologie est une bonne nouvelle pour savoir si on a été infectés et asymptômatiques. Ces tests en cours de développement depuis plusieurs semaines sont recensés par l’organisation FINDx.

Mais tests de sérologie et par PCR ne s'opposent pas, ils se complètent. L'OMS n'a pas dit "attendez la sérologie pour dépister", l'OMS a dit "dépistez, dépistez, dépistez !". 

Les deux approches se complètent dans une stratégie d’endiguement de l’épidémie.

L'exemple de la ministre Emmanuelle Wargon prouve bien l'intérêt de la PCR pour les personnes aymptômatiques : elle-même reconnait que cela lui permet de se confiner complètement, de se reposer, de protéger les autres. Les soignants, les personnels de ménage hospitalier, les éboueurs, les caissières etc. doivent pouvoir se dépister. Les personnes ayant développé des symptômes doivent pouvoir avoir une confirmation biologique qui leur permet aussi d'éviter le stress. 

Rien ne va dans le discours d'Olivier Véran, qui continue à dissimuler des erreurs et un manque de volonté politique derrière un habillage médical.

A mesure que les jours passent, il nous semble évident que les décisions pseudo médicales qui ont été mises en avant par le gouvernement concernant le dépistage du COVID-19 reposaient avant tout sur des logiques économiques. Notre pays, l’une des 7 premières puissances industrielles au monde, se targuant d’être doté d’un secteur du médicament et de l’industrie biomédicale important, n’y était tout simplement pas préparé et a constamment donné l’impression d’être à contretemps par rapport à d’autres acteurs, et de constamment improviser.    

Tirer d’ores et déjà toutes les leçons apprises de cette crise

Le gouvernement doit d’ores et déjà tirer les leçons de l’épidémie de COVID-19. Le plan de sortie de confinement, ainsi que celui qui doit permettre de continuer à étendre le recours à la PCR, doivent dès à présent reposer sur ces leçons apprises. On l’a vu, laisser au seul secteur privé et au "marché", toute notre stratégie nationale en matière de médicaments et de diagnostics s’est avéré catastrophique. 

Le gouvernement doit dès à présent réquisitionner et nationaliser l’ensemble des acteurs de ce secteur sur notre territoire national. Une stratégie de planification claire et de production publique nationale des réactifs, et kits, de leur matière première, des enzymes, du gel hydro-alcoolique, de masques, doit être mise en place au plus vite. La plupart des éléments des technologies par PCR ou de sérologie n’étant plus brevetés (plateformes d’extraction et d’amplifications, kits pour les deux mêmes phases, etc.), si la propriété intellectuelle peut encore se révéler être un frein, l’ultra concentration du marché à quelques producteurs, comme Roche, Abbott/Alere, Biomérieux, Quiagen et Thermo Fisher est une des causes de la situation dans laquelle nous nous trouvons. Cette situation ne date pas d’hier, l’OMS elle-même alertait sur le sujet dans un rapport en 2011. Nous n’avons cessé d’interpeler le gouvernement sur ce sujet, sans aucun retour. Il faudra aussi impérativement que le gouvernement retrace les contributions publiques en matière de développement de ces technologies diagnostiques ; et empêche le privé de s’approprier les fruits de la recherche publique.

© otmeds

Enfin, la situation dans laquelle nous nous trouvons est bien la preuve que "l’autorégulation du marché" ne fonctionne pas en matière de santé. En cas de crise, les conséquences de ces oligopoles sont telles pour la population qu’il devient désormais évident aux yeux de tous que ce secteur ne peut plus être laissé au privé.

Voir nos précédents communiqués sur le sujet des diagnostics du COVID-19 :

22 mars : COVID-19/dépistage: Wargon donne tort à Véran 

21 mars (2) : COVID-19/dépistage: réaction aux annonces du ministre de la santé

21 mars (1) : COVID-19: nos questions pour un dépistage étendu maintenant !

19 mars : Covid-19: Lettre ouverte à E. Philippe sur sa «doctrine» en matière de dépistage

18 mars : COVID-19 : un plan d'urgence pour le dépistage

14 mars : COVID-19 : la transparence sur le prix des diagnostics est une urgence !

12 mars : COVID-19/ Mesure n°2: transparence et encadrement des prix (Mesure n°2 : La mise en place immédiate de la transparence et l’encadrement des prix des médicaments, produits de santé et diagnostics)

12 mars : COVID-19/ Mesure n°3: mise en place d'une production locale publique

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger  
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan