ERIC MONSINJON
Historien de l'art libre, critique d'art, professeur d'histoire des arts.
Abonné·e de Mediapart

21 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mai 2022

Ces degrés d'inachèvement qui font le style de Manet (2/3)

Pour les 190 ans de la naissance du peintre, nous poursuivons notre série sur les différents états de finition de ses tableaux qui annoncent une révolution esthétique sans précédent. Episode 2 : l'aplat.

ERIC MONSINJON
Historien de l'art libre, critique d'art, professeur d'histoire des arts.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Edouard Manet, Portrait de Victorine Meurent. 1862, huile sur toile, 42,9 × 43,7 cm, Museum of Fine Arts, Boston (U.S.A.)

Cet article est la suite de Ces degrés d'inachèvement qui font le style de Manet (1/3) - L'esquisse

Simplifier la peinture ! C'est la grande idée de Manet. N'avait-il pas prévenu ses détracteurs  : « Je rends aussi simplement que possible les choses que je vois.»

Chez lui, la simplification s'oppose à la complexité classique. Par complexité, il faut comprendre l'accumulation des apports formels et thématiques à travers les siècles.

Au XIXe siècle, la peinture officielle peine à se renouveler. Elle se répète. Répétition des canons formels, saturation des sujets. Trop d'illusionnisme, trop de vierges à l'enfant. Manet perçoit cet épuisement. Il cherche à s'en libérer.

Edouard Manet, Torero mort, ou l'homme mort. 1864, huile sur toile, National Gallery of Art, Washington (U.S.A.)

Les critiques d'art s'acharnent sur lui, l'accusent de ne pas savoir peindre, tandis que Paul Cézanne célèbre son génie avec les futurs impressionnistes : « Ce qui fait que Manet est un véritable précurseur, c'est qu'il apportait une formule simple à une époque où l'art officiel n'était que boursouflure et convention ».

APLAT RÉVOLUTIONNAIRE

Contre la "boursouflure", Manet ne procède plus par addition, mais par soustraction. Il supprime les nuances intermédiaires du clair-obscur pour obtenir des contrastes puissants. Manet révèle la force de l'aplat. La "formule simple", tant recherchée, l'aplat philosophale. Par des moyens simples, il obtient, comme le souligne son ami Zola, des "effets puissants".

Pourtant Manet a, lui-même, reçu une formation académique. Son maître, Thomas Couture, peintre réputé, lui avait enseigné comment fondre délicatement les passages de l'ombre à la lumière. Mais Manet s'en éloigne. Simplifier, toujours simplifier.

Edouard Manet, La Guitariste. 1866, huile sur toile, 63.5 x 80 cm. Farmington Historic District, Farmington, Connecticut, (U.S.A.)

L'intense Portrait de Victorine Meurent en constitue un premier exemple éclatant. Il figure une femme, aux cheveux châtains clairs, coiffée d'un ruban bleu. Les aplats les plus contrastés se trouvent sur son visage. A gauche, la joue et le cou sont plongés dans l'ombre, ce qui tranche radicalement avec la partie droite fortement éclairée.

On retrouve Victorine Meurent avec ce même regard qui fixe et défie les spectateurs dans le Déjeuner sur l'herbe. Cette fois, son corps est nu, réduit à une sorte d'immense aplat de chair qui contraste avec les hommes habillés de costumes sombres. Le modelé plat supprime certains plans de l'espace, d'où cette impression d'écrasement de la perspective. Une audace intolérable pour les contemporains.

Edouard Manet, Olympia (détail). 1863, huile sur toile, 130,5 × 191 cm. Musée d'Orsay, Paris.

Dans Olympia, les corps sont aussi des aplats. Eclatant scandale. La main droite de la femme noire est une masse à peine dégrossie. Et ça suffit, tout tient. Le Fifre, quant à lui, se découpe sur un fond gris monochrome et prend vie par de grands aplats simplifiés rouges, blancs et noirs. Ce qui vaudra au tableau d'être qualifié de "carte à jouer".

L'épure est perçue comme une maladresse par les tenants de la tradition. Or, c'est une nouvelle virtuosité de l'artiste, une nouvelle manière de peindre, plus rapide, plus brutale, plus sobre, plus délicate aussi.

D'une manière générale, l'absence de dégradés dans le modelé et l'éclairage découpé des figures créent des contrastes violents qui font le style de Manet. Cette façon de peindre ne peut que déplaire aux défenseurs de la peinture officielle.

Edouard Manet, Le Fifre. 1866, huile sur toile, 161 × 97 cm. Musée d'Orsay, Paris.

Par l'aplat, Manet recherche la grande unité du ton local en peinture. Une quête de peinture pure, sans mélange d'aucune sorte. Sa peinture tient, fonctionne, avec presque rien, à l'instar des estampes japonaises qu'il aimait tant. Une épure digne d'une ascèse.

Simplifier implique de sacrifier. Sacrifier les modelés des formes, les dégradés du clair-obscur, les nuances chromatiques, jusqu'aux grands sujets de la peinture.

L'aplat ne donne plus à voir le monde, il donne à voir la peinture elle-même, sans artifice, nue.

Lire l'épisode 3 

Par Eric Monsinjon

Une série en 3 épisodes 

  1. Ces degrés d'inachèvement qui font le style de Manet (1/3) - L'esquisse
  2. Ces degrés d'inachèvement qui font le style de Manet (2/3) - L'aplat
  3. Ces degrés d'inachèvement qui font le style de Manet (3/3) - Le détail / Les trois styles de Manet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin