Voir tous
  • Franc CFA: le silence complice des progressistes français

    Par
    À quelques rares exceptions près, les progressistes français ne se sont pas intéressés aux récentes manœuvres du pouvoir macroniste qui visent à prolonger la durée de vie du franc CFA. Leur silence permet la poursuite de la logique coloniale de la France en Afrique.
  • Une réforme du franc CFA ouest-africain pour «sauvegarder le pré carré» français

    Par
    jplecoq-cfa
    L’Assemblée nationale française a adopté ce 10 décembre le projet controversé de réforme du franc CFA ouest-africain – qui doit encore être soumis au Sénat et devra être signé par les pays africains concernés. Le communiste Jean-Paul Lecoq a développé de nombreux arguments pour démontrer que cette réforme ne changera rien et rappeler que le franc CFA va contre les intérêts des peuples africains.
  • Côte d'Ivoire: la version de Sarkozy sur la crise de 2010 domine le récit médiatique

    Par
    sarouat-2
    L’actuelle crise politique en Côte d’Ivoire jette une lumière crue sur celle de 2010 et le narratif officiel la concernant. Ce récit fabriqué, auquel croient encore des gens sérieux, est résumé par une formule répétée par les médias : la crise de 2010 est « née du refus de Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite face à Alassane Ouattara ». D’où vient cette phrase ? D’un communiqué de l'Elysée.
  • Pauvreté du débat parlementaire français sur le franc CFA

    Par
    macrouatt2
    La commission des finances de l’Assemblée nationale a examiné le 9 septembre la réforme annoncée du franc CFA d’Afrique de l’Ouest. Mais ses membres ne semblent décidément pas disposer de toutes les informations et compétences nécessaires pour comprendre cet enjeu monétaire crucial. Par Fanny Pigeaud et Ndongo Samba Sylla.
  • Endettement en monnaie étrangère en temps de crise = perte de souveraineté

    Par
    Alors que le FMI accorde des prêts à de nombreux pays pour affronter la pandémie Covid-19, l'économiste Ndongo Samba Sylla revient sur le piège de la dette en monnaie étrangère et les contraintes que rencontrent les pays ne disposant pas de leur monnaie, comme ceux utilisant le franc CFA. La dette en monnaie étrangère « est moins une cause du sous-développement que sa manifestation », écrit-il.