Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 2 juil. 2012

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Liberté, Légalité, Fraternité pour les étrangers

Paradoxe: alors que les mobilisations autour des étrangers maltraités dans leur vie et dans leur travail ont fait venir au jour la réalité de leur vécu, alors que les mises en évidence de leur apport à notre société n'ont aucunement été contredites, on trouve encore un ministère de tutelle pour ne les considérer que comme une nuisance - à traiter toutefois avec prudence. La résistance à cette injustice doit-t-elle changer de forme?

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paradoxe: alors que les mobilisations autour des étrangers maltraités dans leur vie et dans leur travail ont fait venir au jour la réalité de leur vécu, alors que les mises en évidence de leur apport à notre société n'ont aucunement été contredites, on trouve encore un ministère de tutelle pour ne les considérer que comme une nuisance - à traiter toutefois avec prudence. La résistance à cette injustice doit-t-elle changer de forme?

Dans un billet déjà ancien, nous théorisions un chouia les méthodes de résistance au refus du pouvoir de délivrer un titre de séjour aux étrangers qui vivent parmi nous, en distinguant

- le rapport de force: nous sommes les plus nombreux, donc nous avons raison;

- la tension de justice: soit nous ne sommes pas des humains et vous nous laissez mourir, soit nous en sommes et vous changez de politique;

- le défi de visibilité: vos actions contre les étrangers seront connues par le plus grand nombre possible. Car si le pouvoir ne négocie pas (rapport de force) et s'il a toujours raison (tension de justice), ses agents ne sont peut-être pas si désireux que cela de voir leurs actes étalés dans la presse et sur internet.

Tout cela a été mis en oeuvre, avec une vaillante grève des travailleurs qui a fait respecter leur ''valeur travail'' mais n'a pas produit toutes les régularisations espérées, avec la vigilance accrue autour des personnes menacées d'expulsion qui en a sauvé plus d'un, mais au demeurant une toute petite partie – ceux qui avaient des amis un peu organisés.

Dans le pays, chaque préfecture réagit à sa manière à la perspective du ''changement''; les uns ne bougent plus depuis janvier en attendant de voir: ni régularisations, ni obligations de quitter le territoire (OQTF); d'autres deviennent (un peu) plus accueillantes, voire compréhensives, d'autres, au contraire, délivrent à profusion ces OQTF.

Un cas extrême, l'expulsion éclair d'une famille kosovare. “Le point le plus choquant est le fait que cette famille n'a pas pu rencontrer l'association habilitée à faire exercer les droits des étrangers en rétention. Ce n'est en effet que quelques minutes après le départ des permanents de l'association que la famille est entrée au CRA, pour en repartir juste avant leur retour le lendemain matin.'' Les traitements brutaux et inhumains continuent; il suffit de consulter le blog du RESF pour s'en rendre compte.

Quant aux Roms bulgares et roumains, seuls citoyens européens interdit de séjour sans contrat de travail (une situation transitoire pour encore 18 mois, que l'Etat français peut faire cesser à tout moment) ils continuent à être pourchassés de campement précaire en campement précaire. Ils demandent au Premier ministre de rompre avec le passé: “Aujourd’hui encore, dans de nombreuses villes, les évacuations des lieux de vie continuent sans solutions alternatives et au mépris du caractère inconditionnel du droit à l’hébergement, mettant des hommes, des femmes et des enfants à la rue, dans une précarité toujours plus grande. Ce constat s’inscrit malheureusement dans la suite de la politique menée de longue date par les pouvoirs publics. A Nantes, Marseille, Lyon, Lille, Toulouse, en Ile-de-France…, rien n’a changé pour ces familles. ”.

Au sortir d'années de plus en plus dures pour eux, une brise d'espoir se lève chez les étrangers après des bribes d'annonces par le ministre. Quelle sera la réponse à leurs attente? Une circulaire est annoncée, avec des critères de régularisations que l'on promet clairs et universels, c'est-à-dire appliqués uniformément sur tout le territoire, ce qui ne ferait pas de mal à une égalité de traitement volontairement malmenée jusqu'ici.

Les ''amis'' qui ne cessent de s'opposer aux atteintes intolérables aux droits fondamentaux des migrants - séjour, école, logement, travail, santé, les mêmes que ceux de nous tous - ces amis restent attentifs et sur leurs gardes: une circulaire n'a pas la force de la loi, elle donne des instructions temporaires, qui ne peuvent être invoquées en cas de contestation devant un tribunal. De plus, on nous dit que, malgré la déclinaison de nouveaux critères il n'y aura pas plus de régularisations qu'avant! Ces ''amis'' ne sont pas naïfs, et la résistance ne peut que s'enraciner.

Tout en s'intensifiant sur place, la résistance devient internationale: ce 2 juillet 2012, arrive à Strasbourg la marche européenne des sans-papiers,

- ''Pour réclamer la liberté de circulation et d’installation, la régularisation globale de tous les Sans-papiers, l'exercice total des droits des migrant.e.s, la protection et le respect des droits des demandeurs d’asile, la citoyenneté de résidence et le respect des droits des roms/tsiganes...

- Pour exiger des députés du Parlement européen et/ou de l’assemblée parlementaire du Conseil d’Europe, une réelle application de la Convention Européenne des Droits de l'Homme en matière d'immigration et d'asile''.

Et ce même 2 juillet 2012, l’Oloferne prend la mer au port de Rosignano (Italie) pour un périple en Méditerranée organisé par le collectif Boat 4 People:

''Un an après le lancement de notre appel pour une flottille de la solidarité avec les migrant-e-s de Méditerranée nous voilà prêts à prendre la mer. Autour de l’idée de partir en mer pour contrôler les contrôleurs de l’immigration, nous, 17 organisations dans 7 pays différents avons conjugué nos efforts pour amorcer ce projet ambitieux et lancer une première mission maritime.

C’est tout d’abord pour mettre fin à l’impunité des États concernant les crimes commis contre les migrant-e-s qui chaque jour tentent de traverser la Méditerranée que nous avons lancé plusieurs actions durant l’année 2011-2012. Les survivants des naufrages ont été rencontrés, des images satellites ont été récoltées, un travail d’enquête à été mené pour faire enfin juger les responsables des politiques migratoires criminelles. Une plainte - qui en annonce d’autres ! - a été déposée en France concernant la responsabilité de navires militaires dans la non-assistance à des migrant-e-s en détresse durant le conflit libyen

Du point de vue pratique, nous avons développé des outils juridiques et pratiques. Cela afin de défendre les marins et personnes solidaires avec les migrant-e-s en mer, injustement accusés par les politiques anti-migratoires qui criminalisent l’assistance des migrant-e-s en mer, en contradiction avec le droit international''.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Deux clics: pour les billets récents de Fini de rire et le sommaire complet du blog.

Et un troisième pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation de la base des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot

La sélection du Club

Billet de blog
Anne Sylvestre : manège ré-enchanté
Tournicoti-tournicota ! On savait l'artiste Anne Sylvestre facétieuse, y compris à l'égard de ses jeunes auditeurs, fabulettement grandis au rythme de ses chansons, alors qu'elle ne cessa pas de s'adresser aussi aux adultes irrésolus que nous demeurons. Presque au point de la croire ressuscitée, grâce à l'initiative de la publication d'un ultime mini album.
par Denys Laboutière
Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop