Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

460 Billets

1 Éditions

Billet de blog 13 août 2010

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Des délestages pour éviter l’échouage ?

Fichage centralisé des étrangers indésirables, demandeurs d’asile malmenés, petits enfants enfermés, expulsions en jets privés, la France officielle jette par-dessus bord ces gêneurs qui comptaient sur elle pour vivre dignement et en sécurité.

Fini de rire
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Fichage centralisé des étrangers indésirables, demandeurs d’asile malmenés, petits enfants enfermés, expulsions en jets privés, la France officielle jette par-dessus bord ces gêneurs qui comptaient sur elle pour vivre dignement et en sécurité.

Non contente de repousser jusqu’au cœur de l’Afrique le contrôle de ce qu’elle nomme encore ses "frontières extérieures" (Agence Frontex), l’Union Européenne s’efforce de tenir un compte précis des allées et venues en Europe des demandeurs d’asile et des migrants illégaux. C’est le système EURODAC, dont le moyen essentiel du marquage est l’enregistrement centralisé des empreintes digitales. Son rapport d’activité pour 2009 précise que cet enregistrement concerne les demandeurs d’asile, mais aussi ceux qui se font prendre à traverser illégalement une frontière extérieure de l’UE (les intrus) ou à se trouver en séjour illégal (les indésirables) dans l’un des 30 pays participants.

Donc, en 2009, on a ainsi dénombré près de 237 000 demandes d’asile, dont environ 55 000 étaient des demandes répétées dans un ou plusieurs autres pays – on entre en Europe par un pays frontalier mais on vise un pays "intérieur" plus ou moins proche, sans forcément savoir à ce moment là qu’Eurodac va vous pister. Le Règlement européen Dublin II stipule que la demande d’asile doit être faite dans le premier pays d’entrée, ce qui charge surtout la Grèce, l’Italie, l’Espagne, la Pologne, la Hongrie,… sans oublier Malte. Vue de Suisse, qui participe à ce fichage, "l’Europe est sillonnée par les demandeurs d’asile et les pays de l’espace Schengen-Dublin (…) ont de plus en plus de mal à gérer les données biométriques consécutives aux demandes d’asile et aux interpellations de clandestins". Il est vrai que les rédacteurs du rapport semblent regretter un manque de sérieux dans la collecte et la transmission des données, surtout pour les intrus (31 000 en 2009, soit 50% de moins qu’en 2008) et les indésirables (85 500, 13% de plus qu’en 2008).

Si peu satisfaisant que soit ce système, il provoque, pour ceux dont le choix pour une demande d’asile est la France, son lot de drames à répétition. D’autant que les autorités n’ont que six mois pour les renvoyer vers le pays de leur entrée en Europe, délai au-delà duquel elles doivent recevoir leur demande d’asile. Voici quelques témoignages de ce début de mois d’août, concernant des familles que le RESF tente d’aider.

  • Nice, 4 août 2010. Actuellement, sont surtout concernés les ressortissants de Tchétchénie, de Géorgie, d'Ingouchie et du Daghestan
  • Salman JAMALDAEV jeune père tchétchène d'un enfant de 15 mois doit être expulsé demain 5 août à 9h pour la Pologne. A J-4 de l’expiration du délai de six mois à l’issue duquel la France sera tenue de recevoir sa demande d’asile ! Salman JAMALDAEV s’est rendu de son plein gré mardi à une convocation de la Police de l'Air et des Frontières en vue de sa réadmission en Pologne. Il a ensuite regagné son hôtel que l'épouse et l'enfant avaient quitté quelques jours auparavant. Mercredi, la police s'est présentée à l'hôtel et l'a embarqué seul vers le Centre de Rétention de Marseille. Une famille de plus va se trouver démembrée, tenter de survivre dans une précarité aggravée et dans la peur, connaissant le risque qui existe à retourner en Pologne et le vrai danger à regagner le Caucase.
  • Depuis la fin juillet, deux autres familles de Nice ont été arrêtées et enfermées dans la prison administrative pour étrangers du Canet : un couple tchétchène et leur petite fille âgée de deux ans et demi, « volontaires pour être réadmis » en Pologne, et une famille chinoise avec un enfant de cinq ans, toujours en rétention.
  • Mardi 3 août, la famille Aloyan, géorgienne, trois enfants dont un bébé de trois mois, vivant à Vesoul a été arrêtée et expulsée en moins de 30 heures. Aujourd’hui, ils sont injoignables.
  • Expulsés aussi, par avion spécial le 23 juillet, les deux parents et les cinq enfants de la famille Shatri, Kosovars, arrêtés à Saint-Loup sur Semouse (Haute-Saône).
  • A Lyon, un bébé de huit mois, son père atteint d’une hépatite C, sa mère venant de faire une fausse couche : expulsés ! Zinaida et David ont fui la Géorgie en juin 2009 car leurs familles n’acceptent pas leur mariage. Ils arrivent en Pologne [où] des médecins détectent une hépatite C chez David. Cette hépatite vient de transfusions faites après des sévices infligés par l’une des familles. Ils viennent en France où toutes leurs tentatives pour se faire accepter échouent. Ils ont été expulsés le 20 juillet vers la Pologne. Impossible de les joindre depuis.
  • Nice, 6 août 2010. Hier soir, de 22h à 23h30, nous étions avec une cinquantaine des amis [des] demandeurs d'asile isolés chroniquement sans hébergement. Non content de les avoir remis dans la rue comme pour les punir d'un combat gagné cet hiver, voici qu'on les réveille parfois la nuit pour des contrôles d'identité. Pas de place pour ranger leurs affaires ? Les amis du Secours Catholique, du PECOS et du NPA sont à la manoeuvre pour proposer une solution en août. (…) Sans attendre, il va falloir structurer le "Camps de Réfugiés de Nice" (le seul de France) et, en attendant mieux, il semble bien que celui-ci ait trouvé sa place : le parking Jean Jaurès. C'est de celui-ci qu'un cri sera poussé pourvu qu'on l'investisse, qu'on en fasse un lieu de vie provisoire (comme au PECOS où on passait jours et nuits avec les réfugiés), qu'on le médiatise comme une honte bien française ces temps-ci.
  • Bordeaux, 8 août 2010. Lundi, deux familles l'une de Tchétchénie, l'autre de Géorgie sont convoquées pour recevoir leur avis d'expulsion. Nous avons organisé en urgence un parrainage républicain avec les élus et les militants présents ainsi qu'une conférence de presse. Du lieu du parrainage, un lieu devenu symbolique à Bordeaux "le Parvis des Droits de l'Homme" devant le TGI, nous irons en cortège accompagnés ces familles sous le coup de Dublin II à la préfecture. Ces familles n'arrêtent pas de dire : "Pourquoi on nous renvoie en Pologne puisque la Pologne nous a refusé deux fois l'asile". Elles ont compris le sort qui les attend après un temps passé en "Lager" - je cite - elles savent qu'elles seront "déportées", mot qu'elles emploient pour expulser. Dans une époque de glissements langagiers vers un autre temps, l'emploi de ces signifiants, par ces familles, résonne de lui-même.

[ndlr : à propos de glissement langagier, cinq des "six de Pau", poursuivis pour avoir fait savoir au préfet des Pyrénées Atlantiques que certains traitements infligés aux étrangers sans titre de séjour faisaient remonter des souvenirs franco-français vieux de 60 ans, ont été condamnés par la justice ce 12 août. Il s’agit bien d’une opinion interdite d'expression.]

  • Nice, 12 août 2010. 12/08/2010 01:40:29 Ce matin, 10h, une équipe de gros bras en uniforme s’est attaquée au pacifique campement de fortune des demandeurs d’asile réfugiés sur le toit du parking du Peillon. On nous parle de valises, de sacs, de couvertures, de duvets balances dans une benne depuis le 3ème étage du parking. On évoque des agressions verbales et des intimidations physiques. Des papiers, importants pour ces demandeurs d’asile d’Afrique et du Caucase, ont sans doute été perdus. Avec leurs illusions d’une France ouverte à l’exilé ! Nous déposerons vendredi une plainte entre les mains de Monsieur le Procureur de la République. Il faut nous rejoindre, très nombreux s’il vous plaît, devant la Palais de Justice a 9h00. Demandeurs d’asile, militants et citoyens seront là pour recourir à ce qui demeure de la République dans cette ville : son procureur.

Pour les "reconduites à la frontière", selon France Info, "le ministère de l’Intérieur a de plus en plus souvent recours à des petits avions de location, pour expulser des sans-papiers, depuis des aérodromes discrets. (…)

Sous couvert d’anonymat, un policier affecté au réacheminement de sans-papiers nous confirme que sa hiérarchie privilégie régulièrement ces vols privés aux vols réguliers d’Air France, surtout lorsque des enfants sont concernés, qu’ils bénéficient du soutien d’associations et dont la presse pourrait se faire l’écho. Il faut être discrets, confie un policier : l’image des charters d’immigrés aurait laissé des traces.

D’ailleurs, sur les avions de ligne d’Air France, les incidents seraient trop fréquents au goût du ministère. Régulièrement, des passagers font part de leur colère ou de leur émoi ; certains pilotes refusent même de laisser les forces de l’ordre monter à bord."

Ces déplacements et expulsions en rafale des lieux même les plus inhospitaliers, comme nous en relations quelques uns le 4 juillet, le 14 juillet, et le 23 juillet, resteront la marque de cet été 2010. Un communiqué de l’AFP du 12 août 2010nous informe que plus de 40 camps de Roms démantelés en 15 jours. Dont celui de Saint Etienne.

Tout espoir n’est cependant pas perdu d’un retour à l’humanité : vertement critiquée par le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale (CERD) de l'ONU, la France a annoncé le lancement d'un plan national de lutte contre le racisme.

Martine et Jean-Claude Vernier

--

Les billets récents de Fini de rire sont ici et le sommaire complet est .

Pour être informé par courriel de la mise en ligne des nouveaux billets, nous contacter .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal
Immigration : le discours de Borne entre « fermeté » et « humanité » ne trompe personne
Les députés et le gouvernement ont débattu mardi soir, sans voter, des orientations du futur projet de loi sur l’asile et l’immigration, annoncé pour le début 2023. Un texte « équilibré », a vanté la première ministre, sans convaincre les oppositions. Profondément divisées.
par Nejma Brahim
Journal
Projet de loi immigration : « Nous sommes sur des propositions racistes »
Le projet de loi immigration, porté par Gérald Darmanin, est discuté mardi 6 décembre à l’Assemblée nationale. L’occasion notamment de revenir sur les chiffres de « la délinquance des étrangers » avancés par le chef de l’État et le ministre de l’intérieur. 
par À l’air libre
Journal — Politique économique
Comment la Macronie a tourné le dos à la rationalité économique
Alors qu’en 2017, Emmanuel Macron se présentait comme le champion de « l’évaluation des réformes », il fait fi des évaluations scientifiques négatives sur sa politique économique. Désormais, sa seule boussole est sa politique en faveur du capital.
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Journal — Amériques
En Argentine, la vice-présidente Kirchner condamnée à 6 ans de prison
Cristina Kirchner a été condamnée mardi à 6 ans de prison, même si son immunité parlementaire l’en préserve, et à une inéligibilité à vie, dans un procès pour fraude et corruption durant ses mandats présidentiels de 2007 à 2015. Elle dénonce une « mafia judiciaire » et un « État parallèle ».
par La rédaction de Mediapart et Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
L'amour trouvera un chemin
Dans la sainte trinité du jazz, et sa confrérie du souffle, on comptait le Père (John Coltrane), le Fils (Pharoah Sanders) et le Saint-Esprit (Albert Ayler). Il est peu dire que le décès de Pharoah Sanders, le 24 septembre dernier, est une grande perte. L'impact de son jeu, du son qu'il a développé, de ses compositions et de sa quête vers la vérité, est immense.
par Arnaud Simetiere
Billet de blog
Playlist - Post-punk et variants
Blue Monday infini et températures froides bien en dessous de celles d'Ibiza en hiver. C'est le moment idéal pour glorifier le dieu post-punk et ses progénitures art rock ou dark wave, fournisseurs d'acouphènes depuis 1979. Avec Suicide, Bauhaus, Protomartyr, Bantam lyons, This heat, Devo, Sonic Youth...
par Le potar
Billet d’édition
2. B.B. King et la légende de Lucille
Il suffit d’avoir admiré son jeu tout en finesse et en agressivité contenue, d’avoir vécu l’émotion provenant du vibrato magique de sa guitare, d’avoir profité de sa bonhomie joviale et communicative sur scène, de son humilité, et de sa gentillesse, pour comprendre qu’il n’a pas usurpé le titre de King of the Blues.
par Zantrop
Billet de blog
Rap et théorie postcoloniale : sur « Identité remarquable » de Younès Boucif
« Un Arabe qui fait du rap y’a pas grand-chose d’original », rappait Younès dans « J’me rappelle ». Mais quid d’un Arabe qui rappe, joue (au cinéma, au théâtre), écrit des romans, manage et se fait parfois, à ses heures perdues, documentariste ? À l'occasion de la sortie de son album, retour sur la trajectoire d'un artiste aux talents multiples.
par Matti Leprêtre