Hervé Labarthe
Commandant de Bord Airbus. Ex Commandant de Bord et Instructeur d'Air France
Abonné·e de Mediapart

281 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 mars 2021

Un mensonge déguisé en vérité MH370 / Le roman de François Renault

Bienvenue au roman de François Renault sur la disparition du vol MH370. La forme d'un roman déjà, qui laisse à l'auteur plus de l'attitude et de liberté d'esprit. Quand il s'agit d'échafauder des hypothèses de construire de fait une intrigue semée de rebondissements on se contraint justement à beaucoup de cohérence.

Hervé Labarthe
Commandant de Bord Airbus. Ex Commandant de Bord et Instructeur d'Air France
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'

étais sur place en Malaisie quand c'est arrivé. Beaucoup d'émotion ici en Asie dans les milieux aéronautiques et beaucoup de solidarité envers les malheureux disparus et leur familles, et ce qui frappe par contraste avec les événements français de juin 2009, c'est la grande dignité de la Cie Malaysia Airlines. Je veux dire, avant toute choses, le CEO de Malaysia a exprimé ses pensées profondes pour les passagers disparus et leur familles, et n'a pas cherché à mettre en avant" les meilleurs pilotes du monde " mais a clairement dit ce qu'il savait au moment où il parlait. La Cie elle-même a publié les noms des pilotes et leur expérience. Comme l'Airbus d'Air France Rio-Paris, le 777 de Malaysia volait en croisière au FL350 mais là s'arrête la comparaison, car, et c'est là une différence majeure entre les deux vols, celui de Malaysia était en contact radio et radar. Au dessus d'une mer peu profonde ( 80 m max ) le golfe de Thaïlande, et par grand beau temps. L'autre différence énorme c'est que sa dernière position connue a été aussitôt publiée.... on a vu moins transparent ! Dans le cas français dès le début et d'une manière indigne on a laissé entendre qu'on ne retrouverait jamais l'avion, alors que dans le cas du vol 370 de la Malaysia Airlines tous les acteurs officiels indiquent une très forte probabilité de retrouver très vite l'épave ( si épave il y a ? ) et les enregistreurs. L'autre différence très émouvante est qu'on peut visionner le play back du vol sur le site FlightRadar24.com et donc réaliser où l'avion aurait disparu. 

Dès le 9 Mars 2014, j'avais écrit cela. Dès le 9 Mars 2014 j'avais posé la question d'un HIJACKING, auquel j'avais consacré au moins quatre ou cinq billets. On peut retrouver ces billets comme suit.

Et s'il s'agissait de Hijacking ? 

Et s'il s'agissait de Hyjacking ? (2)

Et s'il s'agissait de Hijacking ? (3)
De fil en aiguille, j'avais acquis la conviction personnelle, que l'avion avait pu se poser quelque part. J'avais expliqué que le 777 avait pu échapper aux radars militaires en se glissant dans le traffic aérien si dense du détroit de Malacca, en volant transpondeur éteint sous un autre avion de ligne. 
Folle théorie, délires ? Toujours est-il que quelle ne fût pas ma surprise quand je reçus un jour une convocation de la Gendarmerie des Transports Aériens, section de recherches de CDG, Division de lutte contre les atteintes à la sécurité et à la sûreté aériennes. J'y fus reçu par un Enquêteur de police judiciaire, et un Enquêteur Aéronautique. 
J'écrivais à l'époque sur le crash de l'Egyptair et j'avais pu quasiment démontrer la forte probabilité que l'avion eût été abattu par un missile. Analyse fondée sur le rapport final établi par les Pays Bas sur le MH 17, et sur une étude très poussée sur les explosifs. Chacun sait que des traces de TNT avaient été retrouvées sur les débris... L'étude sur les explosifs concluait que le TNT n'était utilisé en fait que dans les missiles...
Je pensais que cette audition porterait sur les billets que j'avais écrits à l'époque sur ce sujet. 
Que nenni ! Les enquêteurs souhaitaient m'entendre à propos du MH370. Le journal le Monde avait aussi cité un de mes billets. 
En fait à l'époque Ghyslain Wattrelos avait enfin obtenu l'ouverture d'une information judiciaire et c'est dans le cadre de cette information judiciaire que les gendarmes avaient reçu commission rogatoire. On a passé toute une après midi ensemble, passionnante. J'avais proposé un test grandeur nature avec un A330 de l'Armée de l'Air, dans une opération secrète évidemment, où cette A330 se glisserait sous un avion de ligne dans le détroit de Malacca...
On avait fini par parler de l'Egyptair, et les gendarmes m'ont fait déposer sous serment, avec la consigne de stopper mes billets sur l'Egyptair, ce que j'ai volontiers accepté. En échange on resterait en contact sur ce sujet...

Bref, je suis heureux de l'arrivée du roman de François Renault

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol ». Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux