Convergence des luttes pour défendre l'environnement en Ariège

Ce samedi 5 mai à La Bastide de Sérou en Ariège, des associations ont organisé une journée d’état des lieux de l’environnement afin de faire l'inventaire des projets néfastes dans le département. Mais la fédération de chasse et les syndicats professionnels agricoles ont appelé leurs adhérents à une "contre-manifestation" extrêmement violente à la fois physiquement et dans les propos tenus.

Ce Samedi 5 mai à La Bastide de Sérou en Ariège, des associations ont organisé une journée d’état des lieux de l’environnement afin de faire l'inventaire des projets néfastes : "Emballement climatique, effondrement de la biodiversité, pollutions omniprésentes, dans l’urgence environnementale, il nous semble utile de faire un état des lieux départemental de l'environnement. C’est l'occasion de faire le point de nos actions de ces dernières années et de mettre bout à bout, tous les projets en cours actuellement."

Mais l'ASPAPla fédération de chasse et les syndicats professionnels agricoles comme la FDSEA 09 et la Confédération paysanne 09 ont appelé leurs adhérents à une contre-manifestation. Pourquoi ? Ils ont évoqué une "prétendue provocation" des organisateurs qui "ont commis le crime d’inclure dans cette journée, des groupes partisans de la cohabitation avec les grands prédateurs, du bien être animal et du passage à une agriculture affranchie des produits toxiques" disent les associations dans un communiqué. Et elles expliquent que cette contre-manifestation s’est avérée "extrêmement violente à la fois physiquement et dans les propos tenus". Jugez par vous-mêmes : "Hurlements, menaces de mort en présence de Mme la Préfète, slogans xénophobes, mannequin pendu, voilà ce à quoi les associatifs ont eu affaire comme réflexion et dialogue de la part de gens qui se prétendent les seuls à « faire vivre le territoire » !" Les associations tiennent à ajouter : "Nous sommes sûrs que tous les agriculteurs ariégeois n’approuvent pas ces discours de haine et division, révélateurs d’intérêts et de potentats qui manipulent les désarrois, détournent le sens des interrogations et des propos revendicatifs d’un milieu en difficulté."

Gendarmes et CRS étaient présents sur place pour empêcher les contre-manifestants agressifs d'entrer dans la salle qui se sont ensuite rassemblés derrière la rivière l'Arize, à quelques dizaines de mètres du lieu de l'événement : "Aujourd'hui, on ne va pas la traverser la rivière. Mais la prochaine fois, on n'hésitera pas" rapporte la Depêche du Midi. Des menaces pour les futurs rendez-vous ?! Comme le dit Alain Marek, délégué de l'ASPAS (association pour la protection des animaux sauvages) : "je ne comprends pas la réaction de ces gens. Je ne suis pas contre le fait qu'ils ne soient pas d'accord, ils ont le droit de le manifester, mais nous aussi avons le droit de nous exprimer."

Une brève rencontre a eu lieu entre les contre-manifestants et les organisateurs écologistes avec Marie Lajus, la préfète de l’Ariège car comme les associations ont tenu à le préciser : "Malgré cette violence, nous avons accepté de recevoir les trois représentants des manifestants qui ont voulu nous rencontrer, et leur avons proposé un dialogue apaisé." Mais depuis, nous avons appris que des personnes présentes à cette journée d’état des lieux de l’environnement ont été ensuite pourchassé par des contre-manifestants avec des sweats "Chasseur et fier de l'être" qui couraient après elles en brandissant des bâtons ! Les chasseurs ont ensuite détérioré leur véhicule... Certaines de ces personnes agressées et sous le choc envisagent de porter plainte. Les associations ont d'ailleurs déclaré dans leur communiqué qu'elles "assurent ses personnes agressées de leur entière solidarité et donneront les suites qui s’imposent à ces comportements indignes."

Mais pour revenir à l'objectif de cette journée, il a été atteint : avec un peu de retard, la conférence de presse et les débats sur les thèmes principaux animés par les associations présentes ont quand même pu avoir lieu. Ensuite, les participant-e-s ont pu assisté à plusieurs ateliers : le rôle des APNE (Association pour la Protection de la Nature et de l'Environnement), les gravières en Basse Ariège, la communication non violente, la campagne glyphosate des Faucheurs Volontaires et un Atelier Consom’acteur avec la ressourcerie de la ville de Foix.

La soirée s'est terminée avec un concert gratuit de Damien Kalune, slameur de l’environnement avec Anaïs Laffon au chant et au violon car "on recrute"! wink

Extrait du communiqué d'EELV Ariège

"Comment en 2018, certain-es peuvent-ils décider de qui a le droit de se réunir ou pas et par la force chercher à imposer un mode de pensée unique ? Cela est grave. La diversité, la mixité, la solidarité et la tolérance font la richesse de notre monde et on peut se demander ce qu’ils auraient pensé si d’autres étaient venu-es en masse tenter d’empêcher ou d’assourdir une de leurs réunions. Ou est le respect du droit de réunion, d’expression voire de pensée ? Et quelle image déplorable pour le développement touristique et économique de notre département…"

L'intégralité du communiqué d'EELV Ariège

Les associations présentes à cet événement :

- L'association APRA Le Chabotmembre de France Nature Environnement Midi-Pyrénées, très engagée sur le dossier de la cartographie des cours d’eau en Ariège. Lire ces deux articles de Reporterre de mars dernier : "Course contre la montre pour sauver les cours d’eau" et "Des milliers de cours d’eau sont rayés de la carte de France, et s’ouvrent aux pesticides"

- L'association "Stop Mine Salau" qui s'oppose au Permis de Recherches de la Mine de Salau pour extraire du tungstène. Lire "En Ariège, près de 250 personnes ont manifesté contre la mine de Salau".

- Les Faucheurs Volontaires d’Ariège pour leur dernière campagne "J'ai des pesticides dans mes urines, et toi ?" et leur combat contre les OGM : "Je ne suis pas un voyou, ni un délinquant, je suis un militant, un lanceur d'alertes!"

- Le Comité Ecologique Ariégeois (CEA) pour la protection et la sauvegarde des espèces et des espaces.

- L’association Protégeons la Haute Bellongue qui est opposée à la réouverture de la carrière de marbre de Saint-Lary par la société Plo. Lire "Le projet de carrière de marbre divise". 

- L'association Quel avenir pour notre vallée qui est contre la réouverture et l'extension de la carrière de Sabarat. Lire "Carrière de Sabarat : le projet d'extension de la carrière retoqué" et "Visite de la carrière de Sabarat".

- L'association APANABA qui cherche a protéger la Basse Vallée de l'Ariège en freinant l'extraction intensive de granulats, avec remblai de déchets urbains dans l'eau.

- La coalition Climat Ariège qui est engagée sur la question du dérèglement climatique.

- La jeune association REVEAS (Restauration Ecologique et Valorisation d'un Espace Appaméen) qui a déposé un projet auprès du ministère de la transition écologique et solidaire pour transformer une propriété privée en un espace commun en faveur de projets environnementaux, économiques et sociaux.

- L'association Démocratie à Mirepoix et ses environs (DAME) qui interviendra sur le compteur Linky.

- L'association Monnaie 09 pour la monnaie locale, complémentaire, éthique et solidaire en Ariège appelée : Pyrène. 

- L'association FERUS qui milite pour la cohabitation prédateurs/pastoralisme et l'association Pays de l'Ours - Adet qui souhaite restaurer une population viable d'ours bruns dans les Pyrénées. Catherine Brunet sera également présente avec son livre "La Bergère et l’Ours ou comment la cohabitation entre l’homme et l’ours est possible !".

- L'association pour un Contrat Mondial de l'eau (ACME) qui lutte sur la planète pour l'accès libre par tous à l'eau.

- L'association C’est Assez qui milite pour la liberté et le respect des cétacés. Lire ces deux articles "Les militants anti-captivité installent un faux cimetière de cétacés devant Marineland à Antibes" et "Une pétition pour la fermeture définitive de Marineland recueille 40.000 signatures".

- L'association de protection animale L214 qui oeuvre pour une pleine reconnaissance de la sensibilité des animaux et l'abolition de pratiques (élevages, abattoirs...) qui leur sont nocives ainsi que des conséquences de l’élevage industriel comme la pollution des nappes phréatiques. Lire "Dans une porcherie du Tarn, «Des cochons baignent dans leurs excréments, à côté d'autres à l'agonie», selon L214"

L'ONG Sea Shepherd qui défend et protège les océans. 

Communiqué de presse des Associations et Collectifs organisateurs de la journée du 5 mai

Samedi 5 mai à La Bastide de Sérou, une quinzaine d’associations et collectifs de protection de la nature et de la qualité de vie en Ariège, organisaient une journée pour dresser un état des lieux de l’environnement de notre département. Or l’ASPAP, la fédération de chasse, les syndicats professionnels agricoles ont choisi d’appeler leurs adhérents à une « contre-manifestation » sur les mêmes lieux qui s’est avérée extrêmement violente à la fois physiquement et dans les propos tenus.

Programmée de longue date, cette journée se proposait de réunir les associations qui œuvrent pour d’autres perspectives qu’un avenir programmé d’effondrements biologiques, de pollutions généralisées, de projets anachroniques, d’exposition à un changement climatique aggravé dont les causes se situent souvent au-delà du monde rural. Cet événement qui n’était pas une manifestation, s’affirmait ouvert, pacifique et constructif.

Pourtant le motif invoqué par « les contre-manifestants » a été une prétendue provocation des associations qui ont commis le crime d’inclure dans cette journée, des groupes partisans de la cohabitation avec les grands prédateurs, du bien être animal et du passage à une agriculture affranchie des produits toxiques. Hurlements, menaces de mort en présence de Mme la Préfète, slogans xénophobes, mannequin pendu, voilà ce à quoi les associatifs ont eu affaire comme réflexion et dialogue de la part de gens qui se prétendent les seuls à « faire vivre le territoire » ! Et, malgré l’importante présence des forces de police, des personnes ont été pourchassées, agressées jusque dans leur véhicule qui a été fortement endommagé. Un grand nombre de gens qui venaient assister à la journée ont été empêchés de se rendre dans la salle…

Pourquoi les syndicats agricoles et les pratiquants du loisir chasse retombent - ils ainsi dans des pratiques qui rappellent les pires moments des milices, pour exprimer ce qu’ils appellent eux-mêmes « leur mal-être » ? Nous sommes sûrs que tous les agriculteurs ariégeois n’approuvent pas ces discours de haine et division, révélateurs d’intérêts et de potentats qui manipulent les désarrois, détournent le sens des interrogations et des propos revendicatifs d’un milieu en difficulté. En témoignent les agriculteurs présents dans la salle qui rendaient compte de leurs efforts à adopter des modes d’agriculture devenus nécessaires, plus respectueux de l’environnement.

Il n’est pas concevable que puisse se reproduire dans ce département ce genre de pression, insupportable en démocratie. L’intention et l’attitude pacifistes des environnementalistes ne permettaient en rien de justifier la menace qui a été lourdement proférée contre eux samedi par les « contre-manifestants » : nous vous empêcherons de vous réunir !... On peut imaginer ce qu’aurait donné cette tentative d’intimidation si Mme la Préfète n’était pas personnellement intervenue pour organiser la sécurité des personnes venues au rendez-vous associatif. Nos associations assurent les personnes agressées de leur entière solidarité et donneront les suites qui s’imposent à ces comportements indignes.

Malgré cette violence, nous avons accepté de recevoir les trois représentants des manifestants qui ont voulu nous rencontrer, et leur avons proposé un dialogue apaisé.

Les associations et collectifs organisateurs de la journée du 5 mai 

Communiqué pour La France Insoumise de Marcel LopezSuppléant de Bénédicte Taurine, députée de l'Ariège

Le Mercredi 2 Mai, la commission européenne a confirmé vouloir couper pour la première fois dans les aides directes aux agriculteurs.

Dans le cadre du budget pluriannuel 2021-2027, les subventions passeraient en France à 50,03 milliards d’euros sur 7 ans, soit une baisse de 3,9%.

La baisse entraînerait une perte nette de revenus pour les agriculteurs français, durement frappés par la crise du lait et de l’élevage.

Dans un bref communiqué le ministre de l’agriculture, indique que « nous allons batailler contre… »

Ainsi dans sa logique européenne, Bruxelles entend compenser le trou laissé par le Brexit dans le budget communautaire et financer de nouvelles priorités.

Dans ces conditions, quels sont les objectifs de la PAC ?

La commission européenne entend-elle pérenniser la PAC actuelle, dont les règles d’éligibilité et de calculs discriminent les petites fermes et les fermes diversifiées, qui ne répondent pas aux attentes des paysans et de la société.

Le samedi 5 Mai, quelques jours après, se tenait à La Bastide de Sérou, les Etats généraux de l’environnement... sous la protection de 250 CRS ! On ne peut qu’être sidéré par une telle violence dans ce petit coin de l’Ariège, tandis que la commission européenne assassine à petit feu les exploitations familiales et fait le jeu des grandes exploitations céréalières ou d’élevage intensif…

La situation qui est créée, n’est due ni à l’ours ni aux loups, même si cette question est terriblement importante et vitale pour le pastoralisme ariègeois et qu’il faut la traiter.

Nous sommes sûrs que tous les agriculteurs ariégeois n’approuvent pas ces discours de division et de haine, révélateurs d’intérêts et de potentats qui manipulent les désarrois, détournent le sens des interrogations et des propos revendicatifs d’un milieu en difficulté. En témoignent les agriculteurs présents dans la salle qui rendaient compte de leurs efforts à adopter des modes d’agriculture devenus nécessaires, plus respectueux de l’environnement et des changements climatiques.

Il est temps que tous se mettent autour de la table, comme le propose La Députée B. Taurine, pour des négociations menées sérieusement afin d’apporter des solutions concrètes aux éleveurs des Pyrénées. La question des compensations et des aides importantes aux éleveurs concernés est incontournable.

Pour La France Insoumise. Marcel LopezSuppléant de Bénédicte Taurine

Mise à jour : la Confédération Paysanne 09 n'a pas appelé à manifester... mais était pourtant bien présente à la conférence de presse avec la FDSEA 09 et l'Aspap.

Marcel Ricordeau, président du Comité écologique ariégeois avec France 3 © Favier Marcel Ricordeau, président du Comité écologique ariégeois avec France 3 © Favier

Le Slameur Damien Kalune et Anaïs Laffon au chant et au violon © Pow.Hatan31 Le Slameur Damien Kalune et Anaïs Laffon au chant et au violon © Pow.Hatan31
 

Panneau France Nature Environnement © Stella Panneau France Nature Environnement © Stella

Gendarmes face aux chasseurs et agriculteurs © Pow.Hatan31 Gendarmes face aux chasseurs et agriculteurs © Pow.Hatan31

Etat des lieux de l'environnement © Photo Site Comité Ecologique Ariégeois Etat des lieux de l'environnement © Photo Site Comité Ecologique Ariégeois

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.