jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

897 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 janv. 2022

En finir ou pas ? Une traversée hospitalière de la fin de vie par Élise Chatauret

« à la vie ! »met en scène des patients qui veulent en finir avec leur vie face au corps médical français plus ou moins réticent. Le théâtre, cette banque de données des répliques ultimes, anime la soirée. Quatrième spectacle passionnant d’Elise Chatauret.

jean-pierre thibaudat
journaliste, écrivain, conseiller artistique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Scène de "à la vie!" © Christophe Renaud de Lage

Je me souviens que Maurice Roche avait intitulé l’un de ses livres Camar(a)de. Camarade, la camarde ? Dans ce livre foisonnant on trouvait de tout y compris quelques scènes dialoguées. L’une d’elles mettait en présence la camarde, la femme et le buveur. Ce dernier, du fond de son ivresse avait une idée : « On devrait mourir d’abord, puis vivre ensuite. ». Et il ajoutait : « mais dans quel but ? ». Ce à quoi la femme répliquait « tiens donc ! Parce qu’à part le fait de clamser, il lui faudrait un but, à lui ». La mort n’est pas un but, ni un début mais assurément une fin. Mais de quoi ? dirait le buveur de Maurice Roche. Et peut-on décider de cette fin ? Et, si oui, qui et comment? Ce sont ces questions de fin de vie et de mort provoquée qu’explore le nouveau spectacle d’Élise Chatauret à la vie ! (sans majuscule et avec un point d’exclamation). Comme les précédents - Ce qui demeure (lire ici), Saint-Félix (lire ici) et Pères (lire ici) , il est le fruit d’une longue enquête de terrain, cette fois dans les hôpitaux français à l’heure de la fin de vie.

Au théâtre, les héros, quand ils ne sont pas liquidés en coulisses, meurent rarement dans un râle inaudible, ils aiment finir en beauté en proférant des répliques censées être éternelles et les acteurs se relèvent pour saluer. Il est heureux qu’Élise Chatauret ouvre son spectacle à la vie ! par un lever de rideau farceur, un tourbillon de répliques de personnages célèbres du répertoire évoquant leur mort imminente, tous les « ah, je meurs ! » et ses avatars. Il y a foule. Ceux qui se poignardent en savourant leurs derniers mots pour ne pas décevoir le public, ceux qui avalent du poison volontairement ou pas et balancent des répliques qui leur survivront, ceux qui se suicident après avoir enregistré un message, ceux qui succombent à un assassinat la bouche ouverte, ceux qui, bavards, mettent du temps à mourir comme l’ami Cyrano, ceux (mais c’est très rare) qui meurent en silence de vieillesse et/ou de chagrin, ou encore ceux qui abrègent le final comme Emmanuel dans Les quatre jumelles de Copi : « aïe! Merde. La salope ». C’est sur ces mots (d’auteurs), avant une bataille généralisée où les morts n’en finissent pas de se relever et de s’entre-tuer, que se termine l’ouverture enjouée du nouveau spectacle d’Elise Chatauret avec une fois encore, la collaboration à l’écriture de Thomas Pondevie. Elle ne nous avait pas habitué à ce registre grotesque et parodique, mais là, le sujet est tel (la camarde, camarade), qu’il faut mettre le spectateur dans la poche pour mieux l’apprivoiser.

Voici qu’entrent alors en scène un médecin et une patiente, le premier annonce doucement à la seconde assise en face de lui qu’elle est atteinte d’un cancer ce qu’elle refuse de croire. Suivra un homme âgé qui souffre de problèmes respiratoires aigus auquel un médecin finira par dire : « la vérité c’est qu’on est arrivé au bout de ce qu’on peut faire pour vous ». Ou encore cette vieille femme de 96 ans qui en a assez de vivre : « je prends des médicaments matin, midi et soir, je mets des couches, je ne sors presque jamais. Je voudrais que ça s’arrête maintenant », ce que l’infirmière qui aime cette vieille personne refuse d’admettre. Cependant, nous restons au théâtre de bout en bout: les comédiens sont tour à tour malades et médecins, une blouse blanche sur les épaules, et hop.

Dans Ce qui demeure, Élise Chatauret partait d’entretiens avec une vieille femme (sa grand-mère) nonagénaire, dans Saint Félix, le sous-titre du spectacle était explicite : « enquête sur un hameau français », Pères procédait de la même façon. On retrouve avec plaisir les actrices et acteurs  de ces spectacles :Justine Bachelet, Solenne Kervis, Emmanuel Matte, Juliette Plumecocq-Mech et Charlez Zevaco. Tous jouent collectif.

Scènde de "à la vie!" © Christophe Renaud de Lage

Comme à chaque fois, l’enquête de terrain préalable a nourri la construction du spectacle, le choix des séquences. Elle semble cette fois avoir infléchi plus avant le projet : après un temps d’équilibre et de discussions serrées entre malades et soignants, le spectacle bascule du côté du personnel médical et des interrogations qui le traversent devant les cas extrêmes de ceux qui veulent mourir, et demandent à ce qu’on les aide. Medhi, un jeune homme de 26 ans atteint de mucoviscidose souhaite en finir, sa jeune sœur n’accepte pas les réticences du corps médical plein questionnement sur le sujet. Le questions fusent : « est-ce que la meilleure façon de le respecter en tant que personne, c’est de répondre à sa demande ? Est-on moins malfaisant à son égard en essayant d’accéder à sa demande ou en y accédant pas ? » dit l’un, «  Qu’est ce que Medhi renvoie aux équipes de soignants qui se sont occupés de lui pendant vingt ans en refusant d’aller plus loin ? » dit l’autre. Etc.

Il est temps de revenir au théâtre pour retrouver Euripide, Sophocle, Shakespeare et Ionesco (Le Roi se meurt, il va sans dire) et de fignoler le bouquet final, une superbe scène inspirée par un tableau de Giotto..

Grandeur du « théâtre documenté », terme que revendique, à bon droit, Élise Chatauret, dès lors que le document ne paralyse pas le théâtre mais qu’ils se dévorent l’un l’autre. On pense un peu à cette émission de télé qui s’appelait, si ma mémoire est bonne, « Les dossiers de l’écran ». Après une fiction ciblée, on débattait sur le plateau des problèmes éthiques, civiques et autres que la fiction soulevait. Sauf que Chatauret mêle fiction, introspection et discussion sur le plateau dans un jeu d’allers-retours où elle est passée maître.

Première version du spectacle à la vie ! vue en novembre 2020 pendant le confinement (au théâtre de la Tempête où il devait être joué après sa création à la MC2 de Grenoble) lors d’une séance privée réservée aux professionnels et aux journalistes . Et vu ces jours-ci dans sa version finale au Théâtre des quartiers d’Ivry où le spectacle est à l’affiche jusqu’au 16 janvier. Puis au Théâtre de Chelles le 22 mars et aux Transversales de Verdun le 29 mars et au Théâtre de Dijon-Bourgogne du 12 au 15 avril..

Les précédents spectacles de la compagnie Babel continuent de tourner eux aussi, voir l’agenda de la compagnie (https://compagniebabel.com/dates).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette