Saint-Mélenchon miraculeux propulsé par les Français Saint-Mélenchon miraculeux propulsé par les Français

Saint parmi les saints, voyez comme il multiplie les miracles clament ses fidèles exaltés ! Et les disciples disciplinés, de trompeter en chœur : que les écailles tombent de vos yeux, crétins incrédules, regardez : saint-Mélenchon miraculeux marche sur les eaux mortes d'une gauche à marée basse ! Et hop, il change le bouillon amer des illusions perdues en vin sucré de nouvelles promesses. Pfout ! Il guérit les aveugles politiques, il exorcise les innocents possédés par le démon bleu marine! Fuitch! d'un coup de balai, il nettoie les écuries des puissants ! Le charme efficace de sa parole déversée sur le monde par youtube ne cesse d'opérer : saint-Mélenchon miraculeux ramène chaque jour dans ses filets la pêche foisonnante de nouveaux adeptes par milliers. Hier le saint stagnait dans les sous-sols obscurs de la popularité, saint-Mélenchon le propulsé lévite aujourd'hui, tel Icare, sous le soleil resplendissant des sondages.

Et, mon dieu, quelle modestie ! Saint-Mélenchon miraculeux n'est pas des amoureux de la gloriole, non ! Nimbé de l'auréole des spotlights, omniprésent par hologramme, il s'adresse sur scène aux adeptes insoumis suspendus à ses lèvres comme les badauds devant le camelot du marché. En vérité, il leur dit : je ne suis rien. Son humble costume de travailleur, son poil grisonnant, son dos râblé l'attestent : le saint est un gars comme toi et moi, un mec réglo qui cause bien, un simple porte-parole de nouzautres, un sympathique représentant. D'ailleurs, saint-Mélenchon s'apprête à accomplir ce miracle inédit : aussitôt élu, aussitôt effacé devant la volonté du peuple tout puissant et sa constitution numéro 6. Pour lui le pouvoir personnel ne compte pas : il sacrifiera sa personne à l'intérêt collectif à moins que le peuple ravi d'une telle abnégation ne l'implore de rester seul sur le trône élyséen par un nouveau plébiscite.

Tel le pêcheur repenti, saint-Mélenchon miraculeux est un miraculé. Sorti de l'enfer libéral socialiste où il vivotait à l'ombre du sphinx mort et des obscurs ministères, saint-Mélechon miraculeux renaît des cendres de la gauche de gouvernement pour restaurer l'état fort. Ce phœnix magnifique, qui sent venir le temps de sa révolution par les urnes, ne ménage pas sa peine : il brandit le drapeaux tricolore en gueulant l'hymne national, défend la patrie, cocoricotte sa préférence pour l'ouvrier gaulois, se défoule dans la laïcarde laïcité. C'est stratégique, se rassurent quelques sympathisants surpris. Ça pue, murmurent assez bas les apostats qui tiennent encore à leur peau. De ces derniers, saint-Mélenchon miraculeux n'a crainte : avec les autres, il les inscrit d'une main légère, sur la longue liste des gêneurs à dégager.

Déjà parus au panthéon des sauveurs de la France :

Saint-Fillon martyr

Sainte-Marine de la souche

Saint-Macron des sondages

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.