Mediapart et Xavier Niel: sur un racontar

Auteur à succès de Crépuscule, Juan Branco y affirme que Xavier Niel, le propriétaire de Free et du groupe Le Monde, est actionnaire de Mediapart qui, du coup, le ménagerait. C’est faux, et voici pourquoi.  

Crépuscule (Au Diable Vauvert) est un phénomène éditorial, en tête des ventes depuis plusieurs semaines. Vive dénonciation du poids de l’oligarchie financière sur notre vie publique, thème abondamment documenté sur Mediapart, ce livre de l’avocat Juan Branco ne fait pas l’unanimité parmi nos abonnés, y compris ceux qui partagent le positionnement politique de cet ancien candidat France Insoumise aux législatives de 2017 (voir sur leurs blogs respectifs les échanges entre Pascale Fautrier, Geoffroy de Lagasnerie et Juan Branco lui-même). 

Ce billet n’a pas pour objet d’en rendre compte, ce qui sera fait prochainement dans les colonnes de notre journal. Il veut simplement rétablir la vérité sur ce qu’écrit l’auteur à propos de Mediapart et qu’il diffuse dans ses interventions publiques. Il s’agit d’un racontar, voire d’un bouteillon, autrement dit d’une fausse information.

Les seules fois où Mediapart est mentionné dans Crépuscule, ce n’est pas pour évoquer notre travail d’information depuis onze ans, nos enquêtes ou nos révélations, dont pourtant le matériau nourrit le livre de Juan Branco. C’est pour affirmer, de façon répétée, que notre journal serait sous l’influence de Xavier Niel, qui en serait actionnaire et dont, en retour, nous ménagerions les intérêts.

Il n’en est rien, et ce qui suit est public depuis toujours, n’ayant jamais été caché – comme en témoignent encore les récentes réponses d’Edwy Plenel lors d’un tchat avec nos lecteurs.

Non, le propriétaire de Free (détenteur d’une licence de téléphonie mobile depuis 2010) et du groupe Le Monde (depuis 2010 également, avec Mathieu Pigasse et Pierre Bergé, décédé en 2017) n’est pas actionnaire direct de Mediapart. Il est seulement l’un des 88 contributeurs de notre Société des Amis lors de sa création en 2008, à l’époque de notre lancement, quand il n’était encore qu’un outsider de l’Internet et pas encore devenu le richissime milliardaire d’aujourd’hui, grâce à sa bascule de 2010 dans la téléphonie mobile.

La Société des Amis de Mediapart, société par actions simplifiée (SAS), est représentée à notre Conseil d’administration par son président, le mathématicien Michel Broué, dont l’indépendance académique et intellectuelle est reconnue. Elle détient 16,79 % du capital de la Société éditrice de Mediapart. Ses associés n’ont pas le droit de revendre librement leurs parts, tout mouvement interne du capital de cette SAS étant soumis à un comité d’agrément. 

Bref, aucun des 88 associés de la Société des Amis de Mediapart n’est actionnaire direct de notre journal, aucun ne participe à sa marche économique, aucun n’influence sa vie éditoriale.

C’est en janvier et décembre 2008 que Xavier Niel a participé à deux levées de fonds effectuées par la Société des Amis de Mediapart, à hauteur de deux fois 100 000 euros, comme il l’a fait pour plusieurs autres journaux en ligne qui se sont lancés à l’époque. Il n’était pas alors actionnaire du Monde, sa société Free n’était qu’un fournisseur d’accès à Internet et il n’était pas encore devenu un opérateur de téléphonie mobile, au même titre que SFR ou Bouygues.

Xavier Niel n’a pas souscrit aux augmentations de capital suivantes, effectuées en 2009 par la Société des Amis qui, au total, a constitué un apport de plus d’un million cent mille euros et rassemble 88 actionnaires. Actuellement, la participation de la holding NJJ de Xavier Niel dans la Société des Amis de Mediapart est de 17,58 % des parts. Par conséquent, la détention indirecte de Xavier Niel représente seulement l’équivalent de 2,95 % du capital de Mediapart.

Xavier Niel ne siège dans aucune instance de notre société ou de ses composantes. Il n'est jamais intervenu dans aucune des instances de la Société des Amis de Mediapart et a toujours envoyé à chaque sollicitation une délégation de pouvoir de représentation. Nous lui proposerons bientôt, comme à tous les actionnaires de la Société des Amis de Mediapart, le rachat de ses parts dans le cadre d’un projet de fonds de dotation visant à pérenniser et à garantir dans le temps l’indépendance du capital de notre journal.

La Société éditrice de Mediapart publie chaque année la répartition précise de son capital – ce que ne fait aucun autre groupe de presse, ou alors de manière peu transparente (voir ici nos résultats 2018 et notre brochure annuelle).

Les lecteurs qui aimeraient vérifier que la présence, modique, de Xavier Niel au capital de Mediapart n'a pas eu le moindre effet sur les enquêtes réalisées par notre journal à son sujet peuvent utilement se référer à notre enquête pionnière et sans concession aucune sur les secrets de Xavier Niel.

C’était il y a plus de six années, en janvier 2013. Toutes les informations sur Xavier Niel et Mediapart étaient déjà précisées, dans les boîtes noires qui accompagnaient chacun des articles.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.