La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

542 Billets

29 Éditions

Billet de blog 17 avr. 2019

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Mediapart et Xavier Niel: sur un racontar

Auteur à succès de Crépuscule, Juan Branco y affirme que Xavier Niel, le propriétaire de Free et du groupe Le Monde, est actionnaire de Mediapart qui, du coup, le ménagerait. C’est faux, et voici pourquoi.  

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Crépuscule (Au Diable Vauvert) est un phénomène éditorial, en tête des ventes depuis plusieurs semaines. Vive dénonciation du poids de l’oligarchie financière sur notre vie publique, thème abondamment documenté sur Mediapart, ce livre de l’avocat Juan Branco ne fait pas l’unanimité parmi nos abonnés, y compris ceux qui partagent le positionnement politique de cet ancien candidat France Insoumise aux législatives de 2017 (voir sur leurs blogs respectifs les échanges entre Pascale Fautrier, Geoffroy de Lagasnerie et Juan Branco lui-même). 

Ce billet n’a pas pour objet d’en rendre compte, ce qui sera fait prochainement dans les colonnes de notre journal. Il veut simplement rétablir la vérité sur ce qu’écrit l’auteur à propos de Mediapart et qu’il diffuse dans ses interventions publiques. Il s’agit d’un racontar, voire d’un bouteillon, autrement dit d’une fausse information.

Les seules fois où Mediapart est mentionné dans Crépuscule, ce n’est pas pour évoquer notre travail d’information depuis onze ans, nos enquêtes ou nos révélations, dont pourtant le matériau nourrit le livre de Juan Branco. C’est pour affirmer, de façon répétée, que notre journal serait sous l’influence de Xavier Niel, qui en serait actionnaire et dont, en retour, nous ménagerions les intérêts.

Il n’en est rien, et ce qui suit est public depuis toujours, n’ayant jamais été caché – comme en témoignent encore les récentes réponses d’Edwy Plenel lors d’un tchat avec nos lecteurs.

Non, le propriétaire de Free (détenteur d’une licence de téléphonie mobile depuis 2010) et du groupe Le Monde (depuis 2010 également, avec Mathieu Pigasse et Pierre Bergé, décédé en 2017) n’est pas actionnaire direct de Mediapart. Il est seulement l’un des 88 contributeurs de notre Société des Amis lors de sa création en 2008, à l’époque de notre lancement, quand il n’était encore qu’un outsider de l’Internet et pas encore devenu le richissime milliardaire d’aujourd’hui, grâce à sa bascule de 2010 dans la téléphonie mobile.

La Société des Amis de Mediapart, société par actions simplifiée (SAS), est représentée à notre Conseil d’administration par son président, le mathématicien Michel Broué, dont l’indépendance académique et intellectuelle est reconnue. Elle détient 16,79 % du capital de la Société éditrice de Mediapart. Ses associés n’ont pas le droit de revendre librement leurs parts, tout mouvement interne du capital de cette SAS étant soumis à un comité d’agrément. 

Bref, aucun des 88 associés de la Société des Amis de Mediapart n’est actionnaire direct de notre journal, aucun ne participe à sa marche économique, aucun n’influence sa vie éditoriale.

C’est en janvier et décembre 2008 que Xavier Niel a participé à deux levées de fonds effectuées par la Société des Amis de Mediapart, à hauteur de deux fois 100 000 euros, comme il l’a fait pour plusieurs autres journaux en ligne qui se sont lancés à l’époque. Il n’était pas alors actionnaire du Monde, sa société Free n’était qu’un fournisseur d’accès à Internet et il n’était pas encore devenu un opérateur de téléphonie mobile, au même titre que SFR ou Bouygues.

Xavier Niel n’a pas souscrit aux augmentations de capital suivantes, effectuées en 2009 par la Société des Amis qui, au total, a constitué un apport de plus d’un million cent mille euros et rassemble 88 actionnaires. Actuellement, la participation de la holding NJJ de Xavier Niel dans la Société des Amis de Mediapart est de 17,58 % des parts. Par conséquent, la détention indirecte de Xavier Niel représente seulement l’équivalent de 2,95 % du capital de Mediapart.

Xavier Niel ne siège dans aucune instance de notre société ou de ses composantes. Il n'est jamais intervenu dans aucune des instances de la Société des Amis de Mediapart et a toujours envoyé à chaque sollicitation une délégation de pouvoir de représentation. Nous lui proposerons bientôt, comme à tous les actionnaires de la Société des Amis de Mediapart, le rachat de ses parts dans le cadre d’un projet de fonds de dotation visant à pérenniser et à garantir dans le temps l’indépendance du capital de notre journal.

La Société éditrice de Mediapart publie chaque année la répartition précise de son capital – ce que ne fait aucun autre groupe de presse, ou alors de manière peu transparente (voir ici nos résultats 2018 et notre brochure annuelle).

Les lecteurs qui aimeraient vérifier que la présence, modique, de Xavier Niel au capital de Mediapart n'a pas eu le moindre effet sur les enquêtes réalisées par notre journal à son sujet peuvent utilement se référer à notre enquête pionnière et sans concession aucune sur les secrets de Xavier Niel.

C’était il y a plus de six années, en janvier 2013. Toutes les informations sur Xavier Niel et Mediapart étaient déjà précisées, dans les boîtes noires qui accompagnaient chacun des articles.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Social
Anthony Smith, inspecteur du travail devenu symbole, sort renforcé du tribunal
Devant le tribunal administratif de Nancy ce mercredi, la rapporteure publique a demandé l’annulation des sanctions visant l’agent de contrôle, accusé par le ministère du travail d’avoir outrepassé ses fonctions en demandant que des aides à domicile bénéficient de masques en avril 2020.
par Dan Israel
Journal — Extrême droite
Extrême droite : les larmes (de crocodile) des élites libérales
Les succès électoraux de l’extrême droite, comme en Suède ou en Italie, font souvent l’objet d’une couverture sensationnaliste et de dénonciations superficielles. Celles-ci passent à côté de la normalisation de l’agenda nativiste, dont la responsabilité est très largement partagée.
par Fabien Escalona

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk