lacombe

Retraité de l'enseignement public et de consultant privé, membre honoraire de l'Assemblée nationale

SETE & SAN SALVADOR - FRANCE & EL SALVADOR

Sa biographie
Jean LACOMBE Membre Honoraire de l’Assemblée Nationale – France Né la 16 avril 1943 à Sète (Hérault) Formation : Ecole Normale d’instituteurs (Montpellier) & Centre National d’Education spéciale (Paris) Fonctions : Educateur (1964-1977) puis Professeur (Section d’éducation spécialisée de collège). Animateur, directeur et formateur d’activités post et périscolaires Participe à Sète à la création de l’association gestionnaire de l’Institut médico-éducatif (IMP), de l’Institut médico-professionnel (IMPRO) et du Centre médico-psycho-pédagogique (CMPP) et en devient membre du CA. Elu en 1971, 1977, 1983, 1989 au Conseil municipal de Sète – Maire adjoint de 1971 à 1983. Elu en 1979 au Conseil régional Languedoc–Roussillon, Vice-président de 1979-1986. - Président - fondateur du CEPRALMAR (Centre d’études et de promotion des activités lagunaires et maritimes) Elu député en 1981, réélu en 1986 et 1988 - Rapporteur pour avis du Budget de la mer et de diverses lois (commerce extérieur, ports, protection du littoral…) - Membre de la délégation de l’Assemblée Nationale pour l’Union Européenne - Membre de France Aquaculture et du comité franco-japonais d’océanologie - Vice-président du CEDRE (organisme chargé de lutter contre les pollutions marines) - Membre de la commission des affaires étrangères à partir de 1986, suivant spécialement l’Amérique latine - Président des groupes d’amitié France-El Salvador, France-Nicaragua (1986-1993), France-Chili (1990-1993), Vice-Président du groupe d’amitié France-Guatemala. Nombreuses missions, et rapport sur la situation dans ces pays, mais aussi Pérou, Equateur y Colombie. - A El Salvador, médiateur entre le FDR et ARENA dans le cadre des négociations des accords de paix. Abandonne toute responsabilité publique en 1993 pour des activités privées 1993 / 2006 : Consultant, expert du commerce des produits congelés. - Secrétaire général d’une organisation d’entreprises dans l’importations-exportations de produits alimentaires. - Membre du comité consultatif de la pêche (Commission européenne – Bruxelles). - Membre du CA de l’OFIMER (Office interprofessionnel des produits de la mer et de l’aquaculture). - Membre du Comité “Douanes-Entreprises” (Paris). Publie en1990 : « Nord - Sud face à l’urgence » Willy Brandt, Jean Lacombe – Préface de François Mitterrand Espaces 34 (Publié également en espagnol et allemand) En 2006 se retire et vit en grande partie à El Salvador en Amérique Centrale
Son blog
3 abonnés Le blog de lacombe
  • 4 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 1 favori
  • 0 contact
Voir tous
  • Témoignage d'un député de la mer : les coulisses de la Loi littoral (1985)

    Par
    Extraits de Jean LACOMBE (rapporteur de la Loi littoral) : "Mémoires d'outre-môle : l'édifiante histoire d'un élu de la république, Paris, Editions Les 3 colonnes, 2021, pp.129-136. Préface d'Alain Rollat.
  • L'alerte du coronavirus en décembre

    Par
    Un écho paru dans le "canard enchaîné" informe qu'en décembre un télégramme diplomatique du consulat général de Wuhan en Chine, alertait les autorités françaises des risques de pandémie provoqués par le coronavirus. La responsabilité de l'information a été attribuée aux ministères des affaires étrangères. Un mensonge de plus!
  • Où va la France en Amérique Centrale

    Par
    Pour réaliser des économies, ce qui est à prouver, le Quai d'Orsay a supprimé les sections consulaires du Honduras, d'El Salvador et du Nicaragua tout en maintenant des postes d'ambassadeurs dans ces pays. Ainsi les privilèges du corps diplomatique sont maintenus au détriment de l'assistance aux français expatriés.
  • Où va la France en Amérique Centrale

    Par
    Pour réaliser des économies, ce qui est à prouver, le Quai d'Orsay a supprimé les sections consulaires du Honduras, d'El Salvador et du Nicaragua tout en maintenant des postes d'ambassadeurs dans ces pays. Ainsi les privilèges du corps diplomatique sont maintenus au détriment de l'assistance aux français expatriés.