Sur le site antifasciste La Horde : l'extrême droite chez les jaunes

Le site La Horde est bien connu, depuis plusieurs années, de tous ceux qui sont à la recherche d'informations sur l'extrême-droite, ses organisations, ses activités. Les articles publiés sont toujours précis, parfaitement documentés. La Horde ne pouvait ignorer l'omniprésence de l'extrême-droite dans les manifestations des jaunes.

Dés le 22 novembre, La Horde publiait un article intitulé Des antisémites sous les gilets jaunes, dans lequel étaient identifiés, parmi les manifestants parisiens, des figures bien connues de l'extrême droite la plus caricaturale.

Cet article commençait par une prise de position sur la nature du moment jaune, à laquelle je souscris entièrement:

Pour notre part, c’est plutôt avec scepticisme que nous observons ce mouvement, car sa revendication « franchouillarde » (la référence aux « Gaulois »), son anti-fiscalisme primaire (quid de la redistribution des richesses ?), et plus largement sa vacuité idéologique le rendent plus facilement perméable aux idées d’extrême droite qu’à nos propositions d’émancipation sociale et de solidarité de classe, quelle que soit la nationalité.

 L’avenir jugera, mais d’expérience, on sait que ce genre de mouvement spontané, n’ayant pour seule revendication que de « faire entendre le peuple » sans préciser ce qu’il a à dire, est soit voué à disparaître rapidement, soit à finir dans les filets des populistes professionnels, qui sont déjà à l’affût.

L'article arrivait ensuite au coeur du sujet: la présence, sur les Champs Elysées, en gilets jaunes, de militants de l'extrême extrême droite ( à droite du Rassemblement National).

Dont le passé (et le passif) étaient rappelés...

Je laisse le lecteur intéressé découvrir l'itinéraire politique de ces antisémites de concours dans l'article mis en lien.

Conclusion:

On imagine bien que les quelques dizaines de “gilets jaunes” qui suivaient les sinistres personnages ci-dessus samedi dernier ne partagent pas forcément leur antisémitisme, ni même ont la moindre idée de qui ils étaient. Et c’est bien le problème : car quand on ne sait pas vraiment où on va, on risque bien de suivre n’importe qui, et la petite expérience activiste de certains des militants cités pourraient bien suffire à en faire des leaders

Alors que les “gilets jaunes” se sont donnés rendez-vous à Paris le week-end prochain, Jamet et ses amis ont d’ores et déjà annoncé qu’ils seront de la partie : maintenant que leur parcours politique est connu, espérons davantage de discernement parmi celles et ceux qui voudront exprimer leur “ras-le-bol” le week-end prochain.

Hélas, de discernement, il n'y eut point, et l'extrême-droite est toujours là, dans tous les rassemblements jaunes.

Un autre exemple, toujours sur La Horde, relevé par des militants de Haute-Savoie dans cet article, publié le 22 décembre, soit un mois plus tard.

Comme nous l’avions évoqué dans un précédent article, l’extrême-droite est à la manœuvre pour tenter de récupérer le mouvement et mettre en avant ses revendications xénophobes et anti-migrants. Ce samedi, c’est de manière totalement opportuniste et profitant de la méconnaissance de leurs groupuscules par les GJ, que le Clan la Montagne, Civitas et le Bastion Social Chambéry ont pris la tête de la manif’ avec leur banderole : « Stop à la finance – Libérons la France ».

Des slogans classiques de l’extrême-droite française ont pu être entendus tels que :

  • Europe, jeunesse, révolution !
  • Libérez la France, de ses immigrés !
  • France, réveille toi !

Le soir même, le Bastion Social et le Clan la Montagne revendiquaient leur récupération sur leurs pages Facebook...

chambery-le-15-12-18-stop-finance

Dans des billets publiés sur médiapart, je documente moi-même, depuis le début du moment jaune, la forte présence de l'extrême-droite, par exemple celle des catholiques intégristes, qui dénoncent la "démoncratie"...

gilets-jaunes-demoncratie-lancetre

Ou celle de négationnistes, tel Dieudonné, accueilli à bras ouverts par un organisateur de barrages...

gilets-jaunes-dieudonne-lancetre

Là, difficile de plaider l'ignorance...

Qui ignore que Dieudonné a fait applaudir, par son public en délire, le négationniste Faurisson, auquel il a fait remettre un prix par un acolyte porteur d'une étoile jaune ?

dieudonne-faurisson-prix

Difficile d'imaginer plus ignoble...

Et pourtant...

dieudonne-gilets-jaunes-selfie

Et il n'y a pas qu'un organisateur de barrage qui sympathise avec les négationnistes:

Un des leaders des gilets jaunes en France photographié avec Dieudonné. © i24NEWS Français

Les témoignages, les clichés, les films, documentent désormais la présence de l'extrême-droite, partout, sans cesse, depuis le début du mouvement jaune.

Cette mise en scène a été préparée par le Rassemblement National la veille du jour où furent installés les premiers barrages:

extreme-droite-gilets-jaunes

Comment s'étonner de la facilité avec laquelle l'extrême-droite infiltre ce mouvement, lorsqu'on n'y entend que le Chant de guerre pour l'armée du Rhin, lorsqu'on n'y agite que des drapeaux tricolores, lorsqu'on y conspue les syndicats, accusés de faire partie du "système", lorsqu'on y injurie et menace les journalistes, lorsqu'on y fait circuler sans cesse des fausses nouvelles délirantes et des théories conspirationnistes...

Les valeurs des jaunes, militants ou non, sont, à l'évidence, pour une très large part, celles de l'extrême droite.

Asinus asinum fricat.

Et si ces manifestations en rappellent d'autres, c'est plutôt que celles de 1789 ou de 1871,  le "moment antisémite" que constitua Jour de Colére , en janvier 2014.

jour-de-colere-lancetre

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.