Blog suivi par 7 abonnés

Rien de ce qui est politique...

  • La contre-réforme universitaire

    Par | 5 recommandés
    Le lecteur distrait des déclarations des membres du gouvernement ou du Figaro aura le sentiment que le conflit universitaire se résume à une énième manœuvre de l’extrême-gauche pour tenter de déstabiliser le pouvoir, à coup d’occupations étudiantes et de blocages des facs. Manœuvre minoritaire certes mais déplaisante tant elle vient entacher le grand œuvre réformateur sarkozyste. Les étudiants seraient ainsi soit des otages (les bons), empêchés de passer leurs examens, soit des fauteurs de trouble (les mauvais) soucieux d’en faire le moins possible pour décrocher des diplômes à bon compte tout en appelant à la grève générale. Fermez le ban.
  • Université : le point de non retour

    Par | 5 commentaires | 3 recommandés
  • Le chemin de croix du PS continue : étape de Reims à Strasbourg

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    La constitution des listes pour les élections européennes du mois de juin a brusquement renvoyé les socialistes français dans le jardin des délices de la division ; et de la pire des manières, à propos de la lutte pour les postes et les places, et non sur les idées et les manières de faire pièce à un pouvoir pourtant aux abois. Le dernier spectacle du cirque de Solferino n’a pas déçu ses aficionados : tripatouillages d’appareil, éviction de quelques députés européens sortants compétents (un classique désormais de la politique française), jeu de chaises musicales entre les têtes de listes d’une circonscription régionale à une autre, protestations outrées de grands barons locaux insatisfaits, éclatement des courants constitués il y a quelques mois à peine, etc.Bref, carton plein.
  • Réforme de l'université : le grand gâchis

    Par | 8 commentaires | 3 recommandés
    L’élection présidentielle de 2007 a permis de faire un grand pas en avant : l’enseignement supérieur et la recherche sont devenus l’objet d’un consensus parmi les principaux candidats. Ils ont semblé, pour la première fois, réellement convaincus qu’il fallait à la fois mettre enfin de l’argent dans le système, afin de rattraper des décennies de sous-financement, et réformer des structures souvent obsolètes et génératrices d’inégalités. Droite, gauche et centre proposant de donner la priorité à ce dossier dans leur programme. Ce n’est qu’ensuite, sur le projet de réforme lui-même et le niveau de financement, que les divergences sont apparues, laissant présager d’un débat démocratique riche et fécond.