L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (co-écrit), éd. La Ville brûle ; Antigone, éd. La Ville brûle ; Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses ; Tour du monde en romans, éd. Ellipses ; Chaplin : Non à la délation, Actes Sud Junior ; La Hache, éd. Le Murmure ; Petit Manuel d'éloquence (co-écrit), éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

313 Billets

1 Éditions

Billet de blog 6 déc. 2022

L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (co-écrit), éd. La Ville brûle ; Antigone, éd. La Ville brûle ; Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses ; Tour du monde en romans, éd. Ellipses ; Chaplin : Non à la délation, Actes Sud Junior ; La Hache, éd. Le Murmure ; Petit Manuel d'éloquence (co-écrit), éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

Calendrier de l'avent : 6/25 Rimbaldien

Chapô à Rimbaud

L'Épistoléro
Prof, surtout, et auteur, un peu (Le Dictionerfs du collège commun et des colères universelles de l'Éducation (co-écrit), éd. La Ville brûle ; Antigone, éd. La Ville brûle ; Cahier d'activités de grec ancien, éd. Ellipses ; Tour du monde en romans, éd. Ellipses ; Chaplin : Non à la délation, Actes Sud Junior ; La Hache, éd. Le Murmure ; Petit Manuel d'éloquence (co-écrit), éd. Ellipses
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans ce calendrier de l’avent 2022, il y aura des écrivains déguisés en adjectifs. Ils se sont fait des noms tout seuls. On en a fait des adjectifs. Un inventaire à la Prévert avec ses ratons laveurs. Tout ça pour patienter avant de se voir offrir des livres à Noël.

Illustration 1

Avec ses semelles de vent, des années que Rimbaud se trimballe ce rimbaldien, l’adjectif ad hoc pour dire qui il est, qu’il n’est pas un autre. L’ailleurs en tête.

Un adjectif qui se dérègle dans tous les sens, un adjectif qui se fait bien voyant.


Rimbaldien renvoie à une forme de précocité, de vertige, de fulgurance. De modernité, aussi.


Il y a une imagerie rimbaldienne.


On y croise des rebelles made in Rimbaud. Des personnages, des héros rimbaldiens.


Le vagabond peut être rimbaldien. Prendre la route et s’enquiller des kilomètres. Pierrot le fou, le voyou et le road-movie rimbaldien qui se termine par « Elle est retrouvée ! – Quoi ? – L’Éternité ! » Voix-off de ouf.


La fugue, l’exil peuvent être rimbaldiens, en souvenir des fuites, des pistes prises par le poète.


Il y a le verbe rimbaldien aussi. Et le verbe qu’on cite, qu’on emprunte le temps d’un titre rimbaldien.


Et le commerce des armes alors ? Non, pas de Lord of War rimbaldien. Armes qu’il a vendues pourtant par strophes et stocks.


Rimbaldien. L’adjectif est un autre. Le poète nous a laissé l’adjectif « abracadabrantesque ». Le même que reprit Jacques Chirac, un fameux soir où le président risquait, s’il ne se dépêtrait pas de ses casseroles judiciaires, de finir dans une auberge à la grande ourse et à la belle étoile. Rimbaud ne fut pas convoqué que par la droite. La gauche lui avait emprunté, en 1981, le slogan ‘Changer la vie’. Poétique de la politique.


Bien souvent, sera rimbaldien, le romantique révolté, l’écorché vif. Pas besoin d’écrire des vers. Pas la peine de sortir la plume, la mèche suffit. Être juste à fleur de peau-ème suffit. Le rimbaldien, aujourd’hui, n’écrit pas.

5/25 Shelleyen

4/25 Pagnolesque

3/25 Faulknérien

2/25 Balzacien

1/25 Dantesque

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte