Demande d'enquête sur une vraisemblable mafia du Haut Doubs

Les éléments ci-après sont une petite partie du dossier manuscrit d'une dizaine de pages qui m'a été adressé par une personne qui m'avait découvert sur internet La photocopie de ce manuscrit peut être adressée en pièce jointe à toute personne qui le demande par courriel Un premier dossier complémentaire d'une centaine de pages peut être mis à la disposition des enquêteurs

Remarque: pour minimiser les risques de censure, le présent article a déjà été très largement diffusé par courriel (méthode SOULMANTAU)

A – Le décor et l'envers du décor

« Je suis Michelle J. Avec mon époux nous résidions au 4, rue des Marais à Morteau, et durant 27 ans, commerçants en prêt à porter Hommes, au 7, rue de la Chaussée puis au 26 grande rue Morteau

Comme moi, je pense que vous aviez la certitude que Morteau était une ville calme et sereine où il faisait bon vivre

Il n'en est rien, nous en avons fait l'amère expérience. Nous pouvons nous faire dépouiller, ruiner en silence et en toute impunité par ce qu'une avocate de Strasbourg a nommé « la mafia du Haut-Doubs »

Combien de commerçants sont passés entre les mains de cette mafia

(…)

Il va être difficile de résumer trente années de galère, d'escroqueries, d'enfer. Toutefois, je vais essayer d'y parvenir »

 

B – Les découvertes d'une carrière de galère

«  (…) Malgré tous nos efforts, notre travail, notre chiffre d'affaires prospère, le compte professionnel restait dans le rouge. Il y restera 27 années durant

Au cours de mes recherches, voici ce que j'ai découvert :

- faux associé : un certain Michel J. qui s'est trouvé associé à Marcel J. et à Michelle J.

[Explication: elle et son mari ont le même nom de famille. Elle est prénommée Michelle, et lui : Marcel. Le comptable qui a démarré l'entreprise a inventé un certain Michel avec le même nom de famille. Celui-ci avait ainsi toutes facilités de plumer le couple]

- fausse inscription au registre du commerce. Faux numéro de Siret

- achat de deux fonds de commerce payés dont nous n'étions pas propriétaires

- faux comptes bancaires

- faux actes d'huissiers

- fausses convocations aux tribunaux : commerce, instance, affaires sociales

- audiences du tribunal de commerce non enrôlées

- faux bilan comptable

- fausses factures d'avocats

- fausse mise en redressement judiciaire

- saisie de mon stock avec des actes raturés, surchargés, illégaux

En 20 années, j'ai toutes preuves écrites (…)  »

[commentaire: ces preuves écrites sont du plus grand intérêt pour une enquête approfondie]

 

C - Le coup du vol faussement légal du stock de vêtements, début septembre 2002

« Le 2 septembre 2002, je suis convoquée au tribunal de commerce pour une mise en redressement judiciaire

Je me présente donc à Besançon, rue Charles Nodier à l'époque, convaincue que l'acte que j'ai en main est un faux.

Comme j'attends patiemment, je demande à Maitre Jean-Yyves Cazali greffier si je dois attendre longtemps. Après un regard à l'acte que je lui présente, il me dit : « c'est une erreur !... Je lui demande d'en attester sur l'acte. Il va écrire « Affaire jamais enrôlée. 2 septembre 2002 »

Je regagne Morteau le coeur léger ! Hélas, pas pour longtemps

Le 6 septembre 2002, un huissier de Morteau, maître Midez se présente au magasin accompagnée de deux gendarmes dont un OPJ, et d'un déménageur. L'OPJ a quitté la gendarmerie, il est chef de la Police de la mairie de Morteau

Maître Midez m'avait remis des actes raturés, surchargés, illégaux. Je les avais fait expertiser. Le juriste pensait qu'ils n'auraient pas le culot de se présenter, et pourtant !

Cette fine équipe pratiquera ce que j'appelle « un casse à main armée ». 80% de mon stock sera prélevé, soit 180'000 francs d'articles, 500 articles

 

Madame le Maire Annie Genevard passant devant mes vitrines, je la prie d'entrer et de constater le désastre. Elle est navrée « ça ira mieux quand les travaux de la Grande Rue seront finis ».

Comment est-ce possible sans stock ?

Je n'avais pas compris que c'était Madame le Maire elle-même qui avait autorisé la saisie

D'autre part, l'OPJ s'était dit envoyé par le préfet de Besançon : « Monsieur Claude Guéant », bras droit de Sarkozy !...

Le 14 septembre 2002, une vente aux enchères sera organisée par Maitre Midez dans l'immeuble de son siège. Cette vente génère 900 euros, soit 6000 francs. Le reste du stock saisi a disparu, malgré de nombreux courriers au Président des huissiers du Doubs

Une plainte contre Maître Midez au procureur de la République sera rejetée sans suite, faute de preuves. Pourtant, mon dossier était bien ficelé. 15 ans plus tard, où est passée ma collection ??? »

 

D – L'alerte est corroborée par son contexte

Un public pointilleux ne manquera pas de trouver une insuffisance d'argumentation concernant l'accusation :

« Je n'avais pas compris que c'était Madame le Maire elle-même qui avait autorisé la saisie »

L'enquête demandée par le présent article devra certes effectuer là des vérifications. Mais, si, comme le dit Michelle, l'OPJ présent pour la la rafle du stock de vêtements, était bien l'ancien gendarme devenu chef de la police de la mairie de Morteau, il va alors de soi que Madame le Maire ne pouvait pas ignorer l'opération en cours d'exécution.

Passant alors là comme par hasard, elle ne faisait que suivre le déroulement de l'affaire. Son petit mot de consolation : « ça ira mieux quand les travaux de la Grande Rue seront finis » n'était alors que cynisme et hypocrisie

 

Ce genre de consolation à l'attention d'un public dont on se moque en réalité complètement se trouve être déjà remarqué par un tract intitulé :

« Madame Orthographe et les entreprises : un mariage contre nature, juste le temps des photos »

http://alrg.free.fr/PLCP-2016-06-MME-ORTHOGRAPHE/g141-g07-fly-1p-mme-ortho-racole-entreprises-c-tract.pdf

 

Un fonctionnement globalement mafieux est par ailleurs déjà mis en évidence dans l'article intitulé :

« Assemblée Nationale, 28 juin 2017 : des opposants mal placés pour donner des leçons »

https://blogs.mediapart.fr/louis-rougnon-glasson/blog/120717/assemblee-nationale-28-juin-2017-des-opposants-mal-places-pour-donner-des-lecons

on y trouve les composantes suivantes :

 

1°) même loi du silence suivie par tous les médias :

« Les médias ont certes parfaitement raison de rapporter les cris d'orfraie contre Macron, mais ils oublient l'essentiel : s'ils avaient eux-mêmes fonctionné correctement, Annie Genevard n'aurait eu aucune chance d'être réélue députée

Fin 2015, la députée du Doubs a commencé d'être mise en piste pour devenir ministre de l'Education Nationale de celui qui devait être le président François Fillon. Les bribes d'information qu'elle a données peu à peu pour son projet pour l'école annonçaient un désastre. Les alertes successives lancées à ce sujet constituent au total un dossier accablant. Or, aucune mention de l'existence même de ce dossier n'a été faite dans les médias locaux ou régionaux tels que L'Est Républicain, France Bleu Besançon, FR3 Bourgogne-franche-Comté, C'est à Dire »

Si, au contraire, les médias avaient fait un débat sur le contenu de ce dossier, même pour l'attaquer, la députée sortante n'aurait eu aucune chance d'être réélue

 

2°) fanatisation discrète d'une clientèle naïve acquise d'avance

Des supporters de la députée ont rediffusé un discours haineux et raciste sur les Restos du Coeur, qui avait pourtant été déjà démasqué comme étant un hoax plusieurs années auparavant

Voir l'article des blogs de Mediapart intitulé :

« La honte des restos du coeur – partager ! ». "La lettre reproduite ci-après se rediffuse spontanément par courriel. Peut-être l'avez-vous déjà reçue. Moyennant un simple décorticage, elle illustre bien quelques unes des méthodes de voyous utilisées par des margoulins pour tromper leur monde"

https://blogs.mediapart.fr/louis-rougnon-glasson/blog/041212/la-honte-des-restos-du-coeur-partager

 

Le résultat de cette pratique de fanatisation discrète d'une clientèle acquise d'avance est mis en évidence dans un tract intitulé : « Marchands d'orthographe, fabricants de haine ». Il se rapporte à une manoeuvre analogue datant du printemps 2003, où un public proche du populisme a été discrètement mobilisé contre les fonctionnaires en grève

http://alrg.free.fr/2014-pdf-lrg/d580-904-1p-marchans-d-orto-haine-tract.pdf

Comme par hasard, c'est à cette même date du printemps 2003 que François Fillon a fait sa première grande émission à la télé. Voir :

« Temps de travail: Fillon voulait libérer des énergies très particulières ». Il voulait bien libérer des énergies, mais c'était celles des voitures de courses!

https://blogs.mediapart.fr/louis-rougnon-glasson/blog/210716/temps-de-travail-fillon-voulait-liberer-des-energies-tres-particulieres

Citation :

« En tandem avec François Fillon, Annie Genevard n'en rate pas une: s'il existait des éliminatoires pour la crédibilité du fonctionnement politique, François Fillon aurait été éliminé dès sa première grande apparition à la télé, au printemps 2003 »

 

Toujours dans le registre de l'attisage de la haine contre les fonctionnaires, mais cette fois fin 2010, Valérie Pécresse, ministre de Sarkozy, avait été applaudie par les médias pour le fait qu'elle mettait en place un enseignement de l'orthographe dans les universités. Les commentaires relevés à cette occasion accusaient les enseignants d'incompétence et de fainéantise, ce qui était le but de l'opération. Les signes de malhonnêteté intellectuelle de la ministre sont donnés dans un article de deux pages intitulé:

« Les 7 casseroles de Valérie Pécresse »

http://www.alfograf.net/ortograf/images/tract/f107-b09-2p-les-7-casseroles-de-v-pecresse-tract.pdf

La conclusion : « Valérie Pécresse fait tout le travail de fond nécessaire pour livrer la jeunesse française pieds et poings liés à des affairistes qui s'enrichissent pendant que la France s'appauvrit »

 

Tout récemment, en septembre 2017, on retrouve cette même Valérie Pécresse en train de nous faire un numéro de matuvu face aux prières de rue, à Clichy . Quand on a à faire à quelque situation apparemment cauchemardesque de ce genre, il faut toujours se dire que, quelque part, c'est la poule qui chante qui a fait l'oeuf.

La preuve est donnée par un courriel diffusé récemment, intitulé :

« Radicalisation des musulmans installés en France : ses penseurs, leurs complices, et les complices des complices » 

En bref,

- les penseurs de cette radicalisation sont les affairistes, « marchands de canons » et autres « capitalistes », pour qui les situations conflictuelles sont des occasions de faire des affaires,

- leurs complices sont la nouvelle cinquième colonne, c'est à dire des intellectuels de culture communiste, qui sont passés au service de leur célèbre adversaire capitaliste à partir des années 1980,

- et les complices de ces complices sont justement une certaine droite se réclamant du gaullisme dans une complicité solide et secrète où elle profite de la naïveté de ses électeurs. Valérie Pécresse fait partie de cette équipe, avec les Genevard, Fillon, Wauquier, Sarkozy, ...

 

 

3°) signe particulièrement probant d'un fonctionnement globalement mafieux : une ruse géniale, déjà démasquée dans un article des blogs de Mediapart intitulé :

« Des taupes infiltrées dans l'équipe Macron ont pistonné une députée LR »

https://blogs.mediapart.fr/louis-rougnon-glasson/blog/210617/des-taupes-infiltrees-dans-lequipe-macron-ont-pistonne-une-deputee-lr

L'exploit de ces taupes, c'est tout simplement une falsification du message du tract électoral de Sylvie Le Hir, de nature à favoriser l'élection de sa concurrente 'Annie Genevard.

Cette falsification visait à faire croire qu'un rallumage de la guerre scolaire était au programme d'Emmanuel Macron

Une fois démasquée, cette falsification n'était plus qu'une gaffe, une de plus, venant quelque part du parti de Fillon, Genevard, Wauquier, Baroin, Sarkozy, Guéant. Il était alors relativement facile d'en rechercher précisément les auteurs, de démasquer les personnes capables de tels procédés

Une demande d'enquête dans ce sens été largement diffusée dans un courriel de septembre 2017 intitulé : « Electeurs trompés dans le Haut-Doubs : une excellente occasion de démasquer les filous » (doc g343-h09 version définitive = version E).

Cette demande d'enquête n'a reçu, pour l'instant, aucune réponse, et il y a fort à parier qu'il en sera de même pour celle qui est faite par le présent message. Mais ce genre de demande d'enquête n'en est pas moins de la plus grande utilité car il constitue en lui-même un solide avertissement pour la suite

 

Remarque: une autre preuve de complicité mafieuse d'Annie Genevard avec des barbouzes de l'information est donnée par l'article des blogs de Mediapart intitulé

« Attaque contre Mediapart : un premier aperçu de ce qui se cache derrière l'attaque de  Charlie Hebdo », au paragraphe B

https://blogs.mediapart.fr/louis-rougnon-glasson/blog/191117/attaque-contre-mediapart-un-premier-apercu-de-ce-qui-se-cache-derriere-charlie-hebd

Là encore, en mettant en pleine lumière le micro-sabotage d'un message, on démasque les complicités secrètes dont la députée du Haut-Doubs bénéficie de la part de ceux qui tiennent les ficelles de l'information

 

4°) Le témoignage de Michelle J. est en parfaite concordance avec le livre d'Antoine Gaudino intitulé : « La mafia des tribunaux de commerce », publié en 1998

Pour un premier aperçu, voir :

http://www.albin-michel.fr/ouvrages/la-mafia-des-tribunaux-de-commerce-9782226100221

Citations :

« En dix ans, les magouilles au sein des tribunaux de commerce et la malhonnêteté avérée de trop nombreux magistrats consulaires et mandataires de justice ont coûté au pays un million d'emplois et, aux entreprises, des milliards de francs ! »

« Pour avoir osé dénoncer ces pratiques, un avocat breton s'est retrouvé en prison. Car nul ne doit, semble-t-il, perturber le repas des vautours...

Tous les gouvernements, bien que conscients de l'ampleur des dérèglements, ont jusqu'à présent reculé devant la pression des magistrats et différé une réforme indispensable »

 

E – Les bonnes raisons de ne pas laisser tomber cette affaire

Par rapport à ce genre de situation, le réflexe habituel des victimes est de se taire, la réaction de ceux qui en prennent connaissance est de dire : « laissons courir, ça ne nous regarde pas » 

C'est une grave erreur, d'abord parce qu'elle donne le feu vert à l'omerta, la fameuse loi du silence de toutes les mafias. Donc :

 

1°) Porter cette affaire sur la place publique dépasse très largement la réparation d'une injustice. C'est rompre avec un fonctionnement caractéristique des sociétés mafieuses

Cette rupture a actuellement le vent en poupe dans d'autres domaines tels que le burn out dû au harcèlement au travail, ou encore avec le harcèlement sexuel au travail, qui a donné l'opération : « Balance ton porc »

Notre professionnelle du prêt à porter a le mérite d'être une pionnière dans un autre domaine, une lanceuse d'alerte pour des faits qui arrivent plus souvent qu'on ne croit aux PME-artisans-commerçants

 

2°) Plus largement, ce témoignage et la suite qui mérite de lui être donnée s'attaquent aux misères des sociétés mafieuses, autrement dit à toutes les situations de fragilité dues à la corruption, qui foisonnent dans la vie moderne

La fragilité de Michelle et Marcel J. était due à la surcharge de travail. Quand on ajoute le travail du confectionneur et celui de la vente, il leur fallait bien confier les problèmes de comptabilité et gestion à une entreprise extérieure. Il se trouve que le cabinet auquel ils ont confié ce travail était véreux

Mais la corruption responsable de cette fragilité se retrouve dans bien d'autres domaines tels que les transactions immobilières, les conflits entre locataires et propriétaires, aussi bien que les peaux de bananes des programmes scolaires

Sur ce dernier point, pour un bref exemple démasquant tout à la fois la corruption du Conseil Supérieur des Programmes scolaires, celle des médias, et celle des appareils politiques de droite et de gauche, voir l'article intitulé :

« Le prédicat dans les programmes scolaires : nouvelle illustration d'une corruption généralisée » une page au format pdf

http://alrg.free.fr/PLCP-2016-06-MME-ORTHOGRAPHE/g344-h10-1p-le-predicat-echantillon-revelateur-d-une-corruption-generalisee-c-tract.pdf

 

F – Autre intérêt de l'enquête demandée : en finir avec la fabrique du populisme

La présente demande d'enquête sur une vraisemblable mafia du Haut Doubs a en plus l'intérêt d'attirer l'attention sur la façon dont l'appareil dirigeant français fabrique le populisme, puis arrive à en récupérer une bonne partie des électeurs, ceux-ci se partageant entre la droite des Genevard, Fillon, Wauquier, Pécresse, Sarkozy, etc., et le Front National

On a donc là une raison hautement politique pour que les citoyens autant que les instances gouvernementales s'intéressent à la question

D'autre part, l'aspect trivialement politicien ne doit jamais être négligé, mais ici, justement, le pouvoir actuel a tout à y gagner quand on considère la proportion des électeurs qui ont voté soit pour le parti des pestiférés, en désespoir de cause, soit pour le parti LR, parce qu'ils en gobaient les tromperies

Les électeurs de Le Pen n'auraient jamais été exclus du débat national si l'appareil dirigeant avait appliqué le grand principe voltairien de la liberté d'expression : « je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire »

 

Ortograf-FR (Louis Rougnon Glasson) doc g358-h11-F novembre 2017  Demande d'enquête sur une vraisemblable mafia du Haut-Doubs (F)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.