Marc Bablet

Inspecteur d'académie, inspecteur pédagogique régional retraité

PARIS - FRANCE

Sa biographie
1978-1984 : enseignant de lettres modernes 1984-2001 : inspecteur de l'éducation nationale dans le Doubs, en Seine Saint-Denis et à Paris 2001-2012 : inspecteur d'académie adjoint en Val de Marne puis Seine-Saint-Denis 2013-2018 : chargé de mission au ministère pour la refondation de l'éducation prioritaire puis chef du bureau de l'éducation prioritaire et des dispositifs d'accompagnement à la DGESCO.
Son blog
84 abonnés Le blog de Marc Bablet
Voir tous
  • Petits déjeuners: un symbole du «pragmatisme»…

    Par
    On reparle de la mise en place de petits déjeuners pour les élèves des écoles des territoires les plus défavorisés. Ce type de mesure, qui est idéologiquement discutable, montre surtout l’impréparation, le manque de travail du pragmatisme actuel.
  • Education prioritaire et mixité sociale à l’école (5)

    Par
    On continue d’explorer la question de la mixité sociale au collège et à l’école et on interroge la question de la mixité sociale scolaire. On pose que ses effets sont peu documentés. On explore ensuite quelques situations en Occitanie pour illustrer les billets précédents.
  • Education prioritaire et mixité sociale à l’école (4)

    Par
    On continue d’explorer la question de la mixité sociale au collège et à l’école et on se demande si la question de la mixité sociale est vraiment un problème scolaire. On pose qu’elle est d’abord un problème social lié à l’urbanisme et au logement.
  • Education prioritaire et mixité sociale à l’école (3)

    Par
    La recherche de la mixité sociale est complémentaire de la politique d’éducation prioritaire qui ne saurait être abandonnée tant qu’il y aura des quartiers où les écoles et collèges concentreront les enfants de milieux populaires. Nous voyons ce qu’il en est aux trois niveaux scolaires.
  • Education prioritaire et mixité sociale à l’école (2)

    Par
    Certains opposent la perspective de la mixité sociale à l’école aux politiques de compensation comme celle d’éducation prioritaire. Il nous semble que cette opposition n’est pas utile et qu’il vaut mieux envisager de combiner les deux perspectives dans l’intérêt bien compris des élèves des milieux populaires.