Marc Bablet

Inspecteur d'académie, inspecteur pédagogique régional retraité

PARIS - FRANCE

Sa biographie
1978-1984 : enseignant de lettres modernes 1984-2001 : inspecteur de l'éducation nationale dans le Doubs, en Seine Saint-Denis et à Paris 2001-2012 : inspecteur d'académie adjoint en Val de Marne puis Seine-Saint-Denis 2013-2018 : chargé de mission au ministère pour la refondation de l'éducation prioritaire puis chef du bureau de l'éducation prioritaire et des dispositifs d'accompagnement à la DGESCO.
Son blog
113 abonnés Le blog de Marc Bablet
Voir tous
  • Rapport Mathiot Azema et après (1)

    Par
    Chacun se souvient que le ministre a commandé à Pierre Mathiot et Ariane Azéma un rapport en vue d’une nouvelle politique pour les territoires. J’ai déjà eu l’occasion de parler de la lettre de commande qui précisait aux intéressés ce qu’ils devaient dire. Il s’agit ici de discuter la manière de présenter les choses et les orientations proposées.
  • Stratégie assumée vaut mieux que pragmatisme débridé

    Par
    On voit bien les dégâts occasionnés dans l’éducation par le pragmatisme du ministre qui a tendance à laisser dans l’inachèvement ce qu’il lance. On plaide pour que les politiques publiques en éducation soient davantage le fruit de stratégies assumées que d’un pragmatisme débridé où rien n’est maîtrisé ce qui laisse jouer le marché aux dépends de l’intérêt des milieux populaires.
  • Métier et professionnalisation valent mieux que mission et exécution de tâches

    Par
    Dans les projets en cours du ministre qui veut profiter de la réforme des retraites pour changer le métier d’enseignant en relation avec des rattrapages salariaux supposés, il y a, une orientation politique construite hors de toute concertation véritable.
  • Mobilisation vaut mieux que motivation

    Par
    On continue d’explorer des alternatives aux politiques éducatives prônées actuellement par un ministre qui se décrédibilise chaque jour par des déclarations de communicant… Il convient de remettre en question la conception dominante de la motivation qui repose sur des conceptions de l’humain, des apprentissages scolaires et de l’enseignement erronées.
  • Compréhension vaut mieux qu’évaluation

    Par
    On continue d’explorer des alternatives aux politiques éducatives prônées actuellement par un ministre qui se décrédibilise chaque jour par des déclarations de communicant… Il convient en particulier de remettre en question la conception dominante de l’évaluation qui repose sur des conceptions de l’humain, des apprentissages scolaires et du management erronées.