Marc Bablet

Inspecteur d'académie, inspecteur pédagogique régional retraité

PARIS - FRANCE

Sa biographie
1978-1984 : enseignant de lettres modernes 1984-2001 : inspecteur de l'éducation nationale dans le Doubs, en Seine Saint-Denis et à Paris 2001-2012 : inspecteur d'académie adjoint en Val de Marne puis Seine-Saint-Denis 2013-2018 : chargé de mission au ministère pour la refondation de l'éducation prioritaire puis chef du bureau de l'éducation prioritaire et des dispositifs d'accompagnement à la DGESCO.
Son blog
116 abonnés Le blog de Marc Bablet
Voir tous
  • Ne laissons pas le pouvoir voler le récit de l’école au temps du confinement

    Par
    Il est impressionnant de voir comment le pouvoir, sensible à ce qui se dit de la réalité vécue du confinement, cherche à imposer son récit face aux acteurs du monde réel qui convergent sur beaucoup de points, tant dans les foyers que dans les institutions. Pour l’école, il est important que ceux qui travaillent gardent la maîtrise du récit face aux silences, aux demi vérités, voire aux mensonges.
  • Le séparatisme à Roubaix selon le ministre et les inspections

    Par
    Le ministre de l’éducation nationale a fait mercredi 19 février sur France info des déclarations sur les lieux où règne le « séparatisme islamique » en affirmant qu’il suffisait de regarder. Il a parlé de Roubaix, Maubeuge, Garge les Gonesse. Or en juin 2019 il a reçu à propos de Roubaix un rapport des inspections générales qui est bien plus prudent dans ses affirmations.
  • Rapport Mathiot Azema et après (1)

    Par
    Chacun se souvient que le ministre a commandé à Pierre Mathiot et Ariane Azéma un rapport en vue d’une nouvelle politique pour les territoires. J’ai déjà eu l’occasion de parler de la lettre de commande qui précisait aux intéressés ce qu’ils devaient dire. Il s’agit ici de discuter la manière de présenter les choses et les orientations proposées.
  • Stratégie assumée vaut mieux que pragmatisme débridé

    Par
    On voit bien les dégâts occasionnés dans l’éducation par le pragmatisme du ministre qui a tendance à laisser dans l’inachèvement ce qu’il lance. On plaide pour que les politiques publiques en éducation soient davantage le fruit de stratégies assumées que d’un pragmatisme débridé où rien n’est maîtrisé ce qui laisse jouer le marché aux dépends de l’intérêt des milieux populaires.
  • Métier et professionnalisation valent mieux que mission et exécution de tâches

    Par
    Dans les projets en cours du ministre qui veut profiter de la réforme des retraites pour changer le métier d’enseignant en relation avec des rattrapages salariaux supposés, il y a, une orientation politique construite hors de toute concertation véritable.