Marc Bablet

Inspecteur d'académie, inspecteur pédagogique régional retraité

PARIS - FRANCE

Sa biographie
1978-1984 : enseignant de lettres modernes 1984-2001 : inspecteur de l'éducation nationale dans le Doubs, en Seine Saint-Denis et à Paris 2001-2012 : inspecteur d'académie adjoint en Val de Marne puis Seine-Saint-Denis 2013-2018 : chargé de mission au ministère pour la refondation de l'éducation prioritaire puis chef du bureau de l'éducation prioritaire et des dispositifs d'accompagnement à la DGESCO.
Son blog
95 abonnés Le blog de Marc Bablet
Voir tous
  • L’éducation prioritaire n’est plus pilotée (4)

    Par
    Depuis l’arrivée du ministre Blanquer, l’éducation prioritaire n’est plus pilotée. Il n’y a de communication que sur le dispositif des CP et CE1 dédoublés qui donnent lieu à une transmission d’instructions descendantes autoritaires comme on en a rarement vu.
  • L’éducation prioritaire n’est plus pilotée (3)

    Par
    Depuis l’arrivée du ministre Blanquer, l’éducation prioritaire n’est plus pilotée. Il n’y a de communication que sur le dispositif des CP et CE1 dédoublés qui donnent lieu à une transmission d’instructions descendantes autoritaires comme on en a rarement vu.
  • L’éducation prioritaire n’est plus pilotée (2)

    Par
    Depuis l’arrivée du ministre Blanquer, l’éducation prioritaire n’est plus pilotée. Il n’y a de communication que sur le dispositif des CP et CE1 dédoublés qui donnent lieu à une transmission d’instructions descendantes autoritaires comme on en a rarement vu.
  • L’éducation prioritaire n’est plus pilotée (1)

    Par
    Depuis l’arrivée du ministre Blanquer, l’éducation prioritaire n’est plus pilotée. Il n’y a de communication que sur le dispositif des CP et CE1 dédoublés qui donnent lieu à une transmission d’instructions descendantes autoritaires comme on en a rarement vu.
  • Violence à l’école: échec du pragmatisme (2)

    Par
    On a appris en mars que le plan violence attendu ne sortait pas. Il est, à ce qu’il semble, toujours à la peine. Alors qu’en novembre 2018 le ministre avait communiqué qu’il donnerait ses solutions un mois plus tard… parce qu’il fallait quelques semaines pour les concertations inter ministérielles…