« En France, c'est la police de la république et la gendarmerie qui font la loi. »

Lundi 17 août, Saint-Dizier : « En France, c'est la police de la république et la gendarmerie qui font la loi. » Ministre de l'Intérieur Darmanin. Son prédécesseur Castaner, est fortement pressenti pour devenir Président de l'Assemblée Nationale. Le haut commandement sera en prise directe...

19 août 2020. Breil s Roya. Interpellation d'un salarié sur son lieu de travail.  https://www.youtube.com/watch?v=Nb13F_EAdRc&list=PLeUdwY3cCjxb9TJhb1kS9-yfLFXcXOk-3&index=8

Au vu de la vidéo on s'interroge sur une telle action brutale à faible fondement factuel, et dénuée de fondement juridique.

Leur interlocuteur aurait dû être le chef d'entreprise, responsable du règlement intérieur de l'entreprise et de son application. Droit disciplinaire de l'employeur. Les gendarmes devaient faire le constat, pour un Rapport au Procureur qui décide s'il faut poursuivre et qui poursuivre. Au lieu de voies de fait.

... /

Image

(Cité par Gabas)

 .../

https://www.mediapart.fr/journal/france/200820/depot-du-tribunal-de-paris-l-igpn-avait-couvert-la-hierarchie-policiere

.../

https://blogs.mediapart.fr/mouais-le-journal-dubitatif/blog/200820/interpellation-musclee-dans-un-quartier-pop-recit-d-une-violence-ordinaire

.../

https://blogs.mediapart.fr/les-invites-de-mediapart/blog/180820/roland-veuillet-gilet-jaune-et-militant-politique-n-rien-faire-en-prison

.../

A suivre.

 

Ce n'est pas le régime d'Orban...

Mais on y va. 

 

Et ailleurs ?   Les violences policières n'y existent pas, bien sûr.

La gouvernance néolibérale tire partout vers des régimes policiers ou militaires, violents sur ceux qui refusent la soumission volontaire poussée toujours plus loin.

"Démocratie" néolibérale = techniques d'obtention du consentement contre son propre intérêt..

Carte blanche à la police ou à l'armée pour punir ceux qui ne sont pas d'accord et leur en passer l'envie . 

...: 

Italie. juillet 2001 Contre G8.  Copie Wikipédia :  

Parmi les violences policières de la caserne de Bolzaneto :

  • Des manifestants sommés de chanter des chants fascistes sont insultés [pas clair] ,
  • Plusieurs ont dû rester des heures durant, les jambes écartées les bras tendus contre le mur,
  • La plupart des manifestants arrêtés ont été frappés à coups de matraque et giflés,
  • Plusieurs manifestants ont été menacés de viol, d'autres à coup de poing, d'autres ont eu les côtes ou les bras fracturés, puis d'autres ont été brûlés à la cigarette .
  • Plusieurs filles devaient tourner nues sur elles-mêmes sous les rires des policiers [réf. nécessaire] ,
  • Une jeune femme s'est vue retirer son piercing vaginal, malgré ses règles, devant cinq personnes.

Marco Poggi, un infirmier, a déclaré : « J'ai vu des détenus giflés, frappés à coups de poing ou de tête contre le mur. Pour certains, c'était un vrai lynchage. J'ai assisté à des choses que je croyais inimaginables. Pendant des jours, je me suis tu, puis j'ai fait la chose la plus juste… ».

Lors du procès de mars 2008, sept ans plus tard, des peines pour un total de soixante-seize ans et quatre mois à l'encontre de 44 inculpés sont requises. Les policiers, carabiniers, agents pénitentiaires et médecins sont accusés d'abus de pouvoir, de violences privées, d'injures ou encore de coups. Ils sont également accusés de « falsification de preuves », ayant apporté eux-mêmes des cocktails Molotov. Aucun ne purgera sa peine du fait d’une loi d’amnistie instaurée en 20062.

Le 19 juillet 2017, le chef de la police italienne, Franco Gabrielli, déclare dans le journal La Repubblica que des manifestants ont été victimes d'« actes de torture ».

...\

Espagne.  Alors que les Catalans espéraient exprimer démocratiquement leur volonté collective en organisant leur référendum, où ils se prononcèrent clairement pour l’indépendance de leur pays, les autorités espagnoles ont misé sur la politique la plus répressive qui soit. Au nom d’un légalisme constitutionnel aussi étroit qu’asphyxiant, le droit à l’autodétermination du peuple catalan a été traité comme une lubie toxique qu’il fallait réprimer violemment pour la chasser de la tête des électeurs. C’était la politique de la matraque. Aujourd’hui, on mise sur la matraque légale. Il s’agit de casser les reins d’un peuple pour le dissuader une fois pour toutes de se révolter ou de convoiter ce qui est pourtant la chose la plus naturelle pour une nation: avoir son propre pays pour se gouverner soi-même. Il s’agit de broyer juridiquement un mouvement national qui avait pourtant misé exclusivement sur la démocratie pour s’affirmer.   Blog de Mathieu Bock-Côté. Répression espagnole. Liberté catalane.

.../

Grande Bretagne  La Dame de fer a été d'une extrême violence contre le mouvement ouvrier pour casser les syndicats et imposer le néolibéralisme. Depuis, et depuis l'accord de Belfast, c'est l'art de tordre le droit contre les opposants. L'instrumentalisation de la Justice. https://blogs.mediapart.fr/celine-wagner/blog/290420/craig-murray-inculpe-doutrage-la-cour-pour-ses-billets-de-blog

.../

Ajout du 29 octobre 2020

Et quelles réalités des casseurs ?

Bien sûr nous avons vu des jeunes exaspérés par le refus d'entendre de gouvernement la protestation des invisibles percutés par les réformes, revêtir au sein de manifs leur cagoule noire. et blouson.  Ils ont constaté que la presse ne fait place qu'aux manifs avec casse de vitrines de banques.

Mais pas que :  

    • 28/11/2020 23:46   

Oui, le Pouvoir veut des dégâts. Les manifs de Gilets Jaunes l'ont montré avec des flics cassant des vitrines à coups de marteau et s'introduisant dans des boutiques. Ces actes ont été filmés et photographiés mais ces preuves ont ensuite été effacées des réseaux sociaux. Reste ça

gj-policier-arme-dun-marteau-3

gj-policier-arme-dun-marteau

gj-policier-arme-dun-marteau-2

 

  • ALERTER

 

Et puis il y a l'alerte donnée par Pierre Haffner sur l'activité  d'agents russes dans nos manifs.

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.