La France insoumise, « mouvement gazeux » mais pas que…

Les questions sur la nature du mouvement La France insoumise et sur son fonctionnement reviennent de manière récurrente sur la scène médiatique. C’est au point où, pour un observateur peu informé, LFI n’a aucune vie démocratique, se résume à la personnalité, voire aux foucades, de son « Lider Máximo » perçu par certains - pas forcément bien intentionnés - comme un Gourou...

La France insoumise, « mouvement gazeux » mais pas que…
qui mérite qu’on s’y intéresse

Les questions sur la nature du mouvement La France insoumise et sur son fonctionnement reviennent de manière récurrente sur la scène médiatique. Certains Insoumis participent eux-mêmes à ce débat public en s’exprimant à travers tribunes, lettres ouvertes et commentaires divers publiés au bas d’articles de presse, ou dans des posts de blogs multiples et variés (par ex : https://blogs.mediapart.fr/jean-pierre-boudine-0 ou https://blogs.mediapart.fr/olivier-tonneau et même https://blogs.mediapart.fr/alberteins ;-)).

Parmi les sujets en discussion, naturellement, revient celui du « leadership » de LFI dans la mesure où Jean-Luc Mélenchon focalise l’attention comme ancien candidat à la Présidentielle et fondateur du mouvement, comme président du groupe parlementaire et principal porte-parole, et surtout comme le plus prolixe analyste de la conjoncture politique et un des principaux élaborateurs d’une pensée stratégique au sein du mouvement.

C’est au point où, pour un observateur extérieur et peu informé, LFI n’a aucune vie démocratique, se résume à la personnalité, voire aux foucades, de son « Lider Máximo » perçu par certains - pas forcément bien intentionnés - comme un Gourou*.

 

Personne n’est à l’abri de la pression idéologique et politique qui s’exerce ainsi sur le principal mouvement de contestation de l’ordre social en France qui paye au prix fort pour sa nouveauté et son dynamisme, pour les espoirs qu’il a nourris depuis deux ans, pour aussi bien la cohérence de son projet L’Avenir en commun que pour les tâtonnements voire les erreurs qui jalonnent son essor. Personne ne peut dire où en est aujourd’hui la puissance de LFI, de quelle réalité dans le peuple français pèsent les « sondages » qui la disent en recul, de quelles difficultés dues à LFI ont eu à souffrir les luttes engagées depuis un an contre le macronisme, de quelle dynamique bénéficiera LFI dans la campagne des Européennes qui s’engage.

Mais qui a entendu parler de la préparation de la Convention de LFI qui se déroule en ce moment avant que, les 8 et 9 décembre, se tienne à Bordeaux la réunion de clôture de cet moment essentiel de la vie du mouvement ?

Ce n’est pas par les journalistes que les Français en entendront parler. Pour eux, LFI se résume aux caricatures véhiculées sur les prestations publiques de Mélenchon et aux dissidences individuelles dont ils ont connaissance. Même le contenu des discours récents de Mélenchon à Lille puis à Pau a été très largement caché aux lecteurs, auditeurs et téléspectateurs des médias dominants. Ceux-ci en sont restés à leur campagne sur le comportement de JLM tel qu’ils l’ont décrit à travers les images bien connues issues des perquisitions menées contre LFI qui tournent encore en boucle. Ils croient tenir là ce qui résume, à leurs yeux, le phénomène Mélenchon et LFI et ils rongeront l’os jusqu’au bout.

Alors, il faut l’affirmer ici, La France insoumise est une utopie en devenir.

Elle est complexe, diverse, inquiète d’elle-même. Elle est tout sauf sa caricature médiatique souvent réduite à des « fake news ». On peut observer tout cela dans l’ensemble des moments de la préparation de ladite Convention dont le site de LFI rend compte au jour le jour. On y découvre que rien n’y est tabou, que la personnalité de JLM, les modalités de la constitution de la liste pour les Européennes, la place et la signification du rapprochement avec la gauche socialiste qui vient de quitter le PS, les relations avec le PCF, le mode de dénonciation des médias dominants, le fonctionnement – opaque ou pas – de la direction du mouvement et du système de cooptation sur lequel elle repose, le conflit – ou pas – entre « horizontalité » et « verticalité » au sein de LFI, le choix des thèmes ou des slogans de campagnes (y compris l’approche de l’immigration, la place faite aux questions de « l’écosocialisme » ou bien l’idée du « référendum anti-Macron » pour les Européennes), le rôle du groupe parlementaire et les formes de son expression, tout y est en débat et le débat est public ! Et il est d’une grande richesse.

Sur le site de LFI on peut lire les centaines de contributions d’Insoumis sur le thème « Quelles améliorations pour rendre notre mouvement plus efficace et répondre à nos objectifs ? ». On peut aussi lire la synthèse qui en est issue, à ce stade, et comment cette synthèse a été construite. Sur d’autres sujets, les informations existent, les axes de réflexions sont divers, les modalités d’interventions des « Insoumis de base » sont multiples. Et, bien sûr, des critiques émergent, des sujets récurrents de discussion apparaissent, reflets des préoccupations de « la base » insoumise. Tout cela pourrait satisfaire la curiosité des journalistes s’ils s’y intéressaient. Tout cela pourrait leur permettre de nourrir, nuancer ou même récuser le qualificatif de « populisme » qu’ils accolent en général et par facilité intellectuelle à LFI - c’est le mot à la mode, il permet de parler aussi bien de Trump que de Mélenchon et, souvent, de parler pour ne rien dire, juste stigmatiser.

On peut aussi s’interroger sur ce qu’il reste du « phénomène JLM-LFI » tel qu’il s’est exprimé dans la Présidentielle : plus de 500 000 clics de soutien, 5 000 groupes de soutien devenus groupes d’action, 7 millions d’électeurs. En attendant le résultat de la législative partielle d’Évry et de connaître le score des Européennes, la tenue de la Convention de décembre et la façon dont les Insoumis s’en saisissent pour manifester leur appui au mouvement me semble un bon indicateur de la santé, de la vitalité, de celui-ci.

Et, en tous cas, quiconque s’intéresse à La France insoumise, de l’extérieur ou comme partie-prenante, a intérêt à consulter régulièrement le site de LFI et même à y contribuer, spécialement dans cette phase de réflexion démocratique que constitue la Convention de LFI :

https://lafranceinsoumise.fr/

 

  • Remarque : ce post n’a pas vocation à dire ma position personnelle vis-à-vis du mouvement, à exprimer les questions que je me pose sur LFI, à formuler les critiques que je conçois, à exposer les propositions qui me tiennent à cœur.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.