Nicholas Molodyko
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

74 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2020

500 Words on Identity Politics

Identity politics was yet another underhanded attempt to install policies of white supremacy via the tactics of British East India Company, predicated on the “representation” of approved minority individuals who appear as part of the elite class —educated, monied, brainwashed.

Nicholas Molodyko
Écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

The second half of 20th century saw big political movements in America—feminism, Civil Rights, gay and lesbian liberation, and indigenous American protests. Then came the “indentity politics” of “multiculturalism” from Canada, which ruined all of them for us.

While multiculturalism and its bratty kid, identity politics, underwent a profound crisis in the last decade, they continue to play an eminent role in the U.S. —albeit in a considerably different manner. Nobody in politics, the media, and academia will ever admit this, so it leaves us free to form our own opinions. Francis Fukuyama, who popularized it, more recently came out against identity politics, and he was smeared by that establishment.

In the simplist terms, it is caste discrimination. Within the context of the British concept of “multiculturalism” coming from Canada, and the constraints of “identify politics” that it brings, what forms is a Western construction of Hinduism and of the caste system.

I recognized it in what the Canadian and British settler colonialists were trying to do in Ukraine. Ukrainians put their Faith in God before anything else, and the Orthodox Church is their entire community. In Ukraine "Christianity” is a religion, not a group identification, like the political class in America have exploited it for identity politics.

Once again, you will almost never ever get a straight answer from somebody who self-identifies as an intellectual or pundit because they are in on the racket, especially when it comes to Zionism. ‬The conflation of Zionism and Jewish identity, and the idea that identity politics is a really important thing, Zionists came up with to divide people, dehumanize people and remove people’s dignity. 
Identity politics dehumanizes people and empathy becomes absent. Evil is sometimes called the absense of empathy. That is how Hitler did it in Germany where Nazis dehumanized Jews, Slavs, gays and any people of color, with these kind of tactics, and then they exterminated them.

One of the very few honest journalists ‪out there, Chris Hedges, has criticized identity politics as one of the factors making up a form of "corporate capitalism" that only masquerades as a political platform, and which he believes "will never halt the rising social inequality, unchecked militarism, evisceration of civil liberties and omnipotence of the organs of security and surveillance."‬ I agree with him. It is yet another pyramid scheme.

There is a longstanding nexus between identity politics and imperialism, including the 19th century interventions by British imperialism into the Ottoman Empire that were justified on the pretext of protecting the rights of women.

America's identity politics went from inclusion to division. That was the point from the get-go, sowing division. Divide-and-conquer. But it didn’t pan out for the corporations and the very wealthy, like George Soros, who poured billions of dollars into government-subsidized “perception management” campaigns.

Identity politics attempted to replace both religion and traditional politics and embed a new metaphysics into our society: a new religion, if you will. But it failed. 

Then, U.S. President Donald Trump came along and in his brilliance he took what little value was left in identity politics and poured battery acid on it.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart