Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

183 Billets

7 Éditions

Billet de blog 4 févr. 2017

Pétition de soutien à Pinar Selek

La Turquie poursuit sa guerre contre la pensée : le procureur de la Cour suprême demande l’annulation de l’acquittement de Pinar Selek

Pascal Maillard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Injustement accusée de terrorisme, acquittée à quatre reprises, la sociologue et écrivain Pinar Selek subit depuis 19 ans une véritable torture judiciaire. Aujourd’hui, le 25 janvier 2017, le procureur général de la Cour suprême turque demande l’annulation de la quatrième décision d’acquittement prononcée en 2014 sans aucune nouvelle preuve, ni aucun nouvel élément. Ce nouvel appel, visant à intimider tous ceux qui osent critiquer un système basé sur la violence et la répression, est une menace pour Pinar Selek exilée en France depuis 2011 et pour sa famille en Turquie. Une menace pour la liberté de conscience et d’expression.

Née en 1971 à Istanbul, Pinar Selek est la petite-fille d’Haki Selek, pionnier de la gauche révolutionnaire, et la fille d’Alp Selek, défenseur des droits de l’Homme et avocat. Elle obtient en 1997 un DEA de sociologie à l’université de Mimar Sinan d’Istanbul. Ses travaux portent sur les rapports de domination et la violence. Elle s’engage aux côtés des exclus de la République turque (femmes, enfants des rues, sans domicile fixe, transsexuels, antimilitaristes…). Parallèlement, elle entame des recherches sur la question kurde et effectue plusieurs voyages au Kurdistan, en France et en Allemagne pour réaliser des entretiens.

En juillet 1998, elle est arrêtée par la police. Incarcérée pour complicité avec le PKK, elle est torturée car elle refuse de livrer les noms de ses interlocuteurs. Elle apprend en prison qu’elle est inculpée pour attentat terroriste après l’explosion d’une bombe au marché aux épices d’Istanbul. L’accusation repose sur un unique témoignage arraché sous la torture. Plusieurs rapports d’experts certifient qu’il s’agit d’une explosion accidentelle due au gaz. Mais Pinar Selek passera deux ans et demi en prison. Durant cette période, elle écrit beaucoup mais tous ses textes sont confisqués. Elle s’associe à la « révolte des prisons », un vaste mouvement des détenus en lutte contre la mise en isolement des prisonniers politiques. Un réseau de solidarité réunissant de nombreux avocats et intellectuels se met en place. Libérée en 2000, elle continue à lutter et écrire. En 2009, une nouvelle décision de la Cour suprême la pousse à quitter le pays. Exilée en Allemagne puis en France pendant que se poursuit son interminable procès en Turquie, elle devient en 2013 docteur honoris causa à l’École Normale Supérieure de Lyon et obtient en 2014 un doctorat en sciences politiques à Strasbourg. Aujourd’hui, elle enseigne à l’Université Sophia-Antipolis de Nice.

Un procès kafkaïen : Pinar Selek est relaxée en décembre 2000 mais le ministère de l’Intérieur et le département de la police d’Istanbul protestent et versent au dossier un nouveau rapport insistant sur le caractère criminel de l’explosion. C’est le début d’un procès interminable.
2006 : 1er acquittement, la cour d’Assises acte la non existence de preuves matérielles.
2007 : Appel, le procureur demande la condamnation aggravée à perpétuité.
2008 : 2e acquittement.
2009 : 2e appel du procureur. L’affaire est renvoyée devant une nouvelle Cour d’assises.
2011 : 3e acquittement.
2012 : La Cour annule son propre acquittement, une procédure inédite dans l’histoire du droit.
2013 : La Cour condamne Pinar Selek à la prison à perpétuité et émet un mandat d’arrêt. Ses avocats contestent la légalité de la décision.
2014 : 4e acquittement après annulation de la condamnation. 4e appel.
2017 : le 25 janvier, le procureur général de la Cour Suprême publie son réquisitoire après trois ans de silence : il demande une condamnation à perpétuité.

La décision tombera un jour prochain, décidée par des juges qui se seront réunis à huis clos, sans avocat ni observateur. Pinar Selek est le symbole d’une Turquie résistante qui doit continuer à penser, à créer, malgré la répression. Nous sommes inquiets de la tournure dangereuse que prend ce procès, en particulier compte tenu du climat politique tendu en Turquie.

Nous devons continuer à soutenir et protéger Pinar Selek.
L’acquittement doit être définitivement confirmé par le gouvernement turc."

Signez la pétition ICI. Merci de relayer ce lien sur les réseaux sociaux.

---------------

Pour plus d'information voir le site national du collectif de solidité France : http://pinarselek.fr

Rappel des billets consacrés à Pinar Selek sur le blog POLARED :

https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/060215/pinar-selek-parce-qu-ils-sont-armeniens

https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/211214/pinar-selek-acquittee-mais-dans-l-attente-d-un-possible-appel

https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/140614/pinar-selek-vers-l-acquittement-definitif

https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/280414/pinar-selek-doit-etre-definitivement-acquittee

https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/190114/la-longue-lutte-de-pinar-selek

https://blogs.mediapart.fr/pascal-maillard/blog/020613/la-maison-du-bosphore-de-pinar-selek

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Attaques racistes : l'impossible défense de Pap Ndiaye
L'extrême droite et la droite extrême ont eu le réflexe pavlovien attendu après la nomination de M. Pap Ndiaye au gouvernement. La réponse de la Première ministre est loin d'être satisfaisante. Voici pourquoi.
par Jean-Claude Bourdin