Pinar Selek et la faillite de l'état de droit en Turquie

Plus de vingt ans ont passé depuis sa sortie de prison. Pinar Selek, toujours menacée d’une condamnation à perpétuité par le pouvoir turc, poursuit ses luttes en France et en Europe. Un film témoigne aujourd’hui des multiples combats de l’écrivaine et sociologue. L’histoire de Pinar Selek est devenue une part de l’Histoire de la Turquie. Et de la nôtre.

La Coordination des collectifs de solidarité avec Pinar Selek diffuse un petit film sur l’écrivaine et sociologue. Ce film est important. Ute Müller en est la réalisatrice. Le film s’ouvre par les phrases fortes de l’écrivaine et journaliste Karin Karakasli : « Vous ne pouvez pas vous empêcher de répéter le nom de la personne que vous aimez comme un mantra », dit-elle. L’amie de Pinar la nomme ainsi : « la personne qui est mon honneur, ma fierté et mon bonheur ». Elle définit le procès de Pinar Selek de manière cinglante et précise : « Une violation du droit à la vie, un meurtre légal et une torture psychologique ». Tout est dit par la bouche de Karin Karakasli, qui prend soin de rappeler les faits de cette persécution invraisemblable.

L’économiste et politologue Ahmet Insel souligne ensuite à quel point l’histoire de Pinar Selek est exemplaire de « l’arbitraire du pouvoir exercé par une répression judiciaire » et de « la faillite de d’état de droit en Turquie ».  S’il rappelle que Pinar a été condamnée au moyen de preuves totalement inventées, c’est aussi pour observer une évolution de la répression politique en Turquie : le pouvoir accuse désormais ses opposants de terrorisme et les enferme sans avoir besoin de la moindre preuve. Suivent cinq autres témoignages et analyses, qu’il faut écouter attentivement, tous aussi importants les uns que les autres : celui de Umit Metin, Coordinateur général de l’ACORT (Assemblée Citoyenne des Originaires de Turquie), ceux de l’historien Hamit Bozarslan et du juriste Yériché Gorizian, celui de la journaliste Naz Oke et enfin les propos de Stéphanie, membre du Collectif de solidarité de la ville de Lyon. 

Parmi tous ces témoignages, il y a une phrase de Karin Karakasli qui résonne très fort et restera dans nos mémoires : « Vivre dans une Turquie où Pinar ne peut revenir, ne diffère pas d’une condamnation à vivre dans une prison en plein air ». Il faut en finir avec les prisons de pierre et les prisons en plein air. Pinar Selek, qui tient un blog sur Mediapart, invente des cerfs-volants qui traversent les frontières. Un jour les membres de ses collectifs de solidarité feront avec elle le voyage jusqu’à La Maison du Bosphore, où ils retrouveront Rafi, le joueur de Doudouk, cet instrument qui symbolise dans le roman de l'écrivaine la fraternité entre les kurdes, les arméniens et les turcs.

Pascal Maillard,

Membre de la Coordination des collectifs de solidarité

La Coordination des collectifs de solidarité avec Pınar Selek 2000 - 2021 © Ute MÜller Radio Zinzine

Pour rappel :

Site national Pinar Selek : http://pinarselek.fr/

Pour contacter la Coordination : pinarselekcoord@lists.riseup.net

Principales publications de Pinar Selek en français :

- Loin de chez moi, mais jusqu'où ?, Éditions iXe, coll. « La petite IXe », 2012.

- La Maison du Bosphore, Éditions Liana Levi, Paris, 2013.

- Devenir homme en rampant, Paris, L'Harmattan, Paris, 2014.

Parce qu'ils sont Arméniens, Éditions Liana Levi, Paris, 2015. 

- Verte et les oiseaux, Pinar Selek et Elvire Reboulet (ill.), conte illustré, traduit du turc par Lucie Lavoisier, éd. Des Lisières, Sainte Jalle, 2017.

Et Guillaume Gamblin L’InsolenteDialogues avec Pinar Selek, coédition originale de la maison Cambourakis et de S!lence, 2019, recension à lire ICI.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.