Violation du Brexit : l’UE dénonce la provocation du conservateur Boris Johnson

Pacta sunt servanda. Les Européens réagissent après l'annonce de Boris Johnson contre l'accord du Brexit. Il a la majorité absolue à la Chambre des Communes pour adopter une loi contraire à l'accord du Brexit et, notamment, l'ouverture de la frontière nord irlandaise. L'UE maintient ses discussions ouvertes pour laisser à Boris Johnson la responsabilité exclusive d'un " No deal ".

https://www.lefigaro.fr/international/brexit-l-ue-lance-un-ultimatum-a-londres-20200910-1

Boris Johnson montre ici la conception du Droit qu'ont les néolibéraux.

Boris Johnson méprise le droit international comme Donald Trump et Vladimir Poutine. Ses motivations sont-elles à chercher dans une tentation nationaliste à flatter un électorat réactionnaire plutôt que dans une réflexion politique ? Ce ne serait pas le seul homme politique européen à céder à une telle facilité dangereuse pour la paix et l'unité du pays.

 

Voir ég.

Trahie, l’UE menace le Royaume-Uni de sanctions

Bruxelles a pris la mouche après que Londres a dévoilé un projet de loi qui romprait l’accord de Brexit signé en janvier dernier.

Londres publie le projet de loi controversé sur l'accord de Brexit

Le gouvernement britannique a publié, mercredi, un projet de loi révisant en partie ses engagements pris dans le cadre du Brexit, en violation assumée du droit international, ce qui lui a valu l'ire de l'Union européenne. 

 

Mises à jour :

Brexit : Londres rejette l'ultimatum de Bruxelles et maintient son projet de loi revenant sur des dispositions de l'accord

Brexit. Theresa May s’oppose au gouvernement Johnson qui ne veut pas respecter l’accord avec l’UE

Gordon Brown dénonce Boris Johnson à propos des projets du Brexit

Brexit : au Parlement britannique, la résistance des « Tories » s'organise contre le coup de force de Johnson

Brexit : l'UE utilisera des recours juridiques si Londres retouche l'accord de divorce

Brexit : le ton monte entre Bruxelles et Londres

 

Prolonger :

" L'homme providentiel ", errance et misère de la démocratie

Ce n'est pas la personne qui fait la politique mais le programme. Les partis qui cherchent un candidat sans travailler et proposer d'abord un programme favorisent le populisme et son instrumentalisation de la peur. L'actualité littéraire vient le rappeler avec les ouvrages de Haris Vlavianos et Antonio Scurati.

Le néolibéralisme américain : justification rationnelle de la criminalité organisée

On ne peut pas réduire l'homme à la dimension économique, c'est une folie selon Franck Knight, un des maîtres de Milton Friedman. La "folie" - l'erreur - du néolibéralisme est de négliger la dimension anthropologique et éthique au point d'assimiler la criminalité à une démarche rationnelle d'homo oeconomicus.

Hayek : Capitalisme ou démocratie, mais pas les deux à la fois

On retrouve là une vieille idée libérale, réaffirmée avec force dans le néolibéralisme, notamment par Hayek ou l’école dite du public choice, qui veut que la société libérale doit s’immuniser contre les exigences démocratiques. Si on le laisse faire, le peuple est capable de voter en faveur d’institutions…

En vue d'annuler le rachat de Tiffany Le coup de folie du Quai d'Orsay au service de LVMH  Par Martine Orange

Ne voulant plus réaliser le projet de rachat de Tiffany qu’il jugeait désormais trop cher, Bernard Arnault a obtenu du ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian une lettre qui lui a permis d’annuler son acquisition. Jamais un gouvernement n’est allé aussi loin dans le soutien d’un groupe privé.

«A l’air libre»: le Squale, opérations secrètes  Par La rédaction de Mediapart

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.