Institut des hautes études du ministère de l'intérieur

Arrêté du 3 septembre 2020 portant création du service à compétence nationale dénommé « Institut des hautes études du ministère de l'intérieur ». Il correspond à la fusion du CHEMI et de INHESJ. Le J de Justice disparaît et la nouvelle institution est placée sous l'autorité du ministre de l'intérieur.

https://www.legifrance.gouv.fr/loda/id/JORFTEXT000042322570?tab_selection=all&searchField=ALL&query=ihemi&page=1&init=true

NOR : INTA2020508A

JORF n°0222 du 11 septembre 2020

Par arrêté du 29 septembre 2020, M. le préfet Eric Freysselinard a été nommé directeur de l'Institut des hautes études du ministère de l'Intérieur, structure qui reprendra l'ensemble des missions de formation et de recherche de l'INHESJ.

Eric Freysselinard a été nommé, ce samedi 3 octobre, directeur de l’Institut des hautes études du ministère de l’intérieur (IHEMI), nouvelle institution créée par arrêté du ministre de l’Intérieur du 3 septembre, qui fusionne l’Institut national des hautes études de la sécurité et de la justice (INHESJ) et le Centre des hautes études du ministère de l’intérieur (CHEMI).

Cette institution renouvelée a pour mission de reprendre les anciennes activités des deux structures comprenant notamment les sessions nationales, les formations, en présentiel ou en ligne, des cadres dirigeants des ministères et des partenaires privés, la publication de revues scientifiques et la coopération avec les universités et les partenaires étrangers. Le ministre de l'Intérieur a également demandé le développement de la prospective, en préservant la culture des deux anciennes maisons ainsi que leur caractère interministériel et ouvert sur la société. (source)

 

Prolonger :

CICR, police et autres forces de l'ordre

Le CICR entretient un dialogue avec les responsables de l’application des lois, car ils ont pour mission de maintenir l’ordre et la sécurité, de prévenir et déceler les infractions, et de protéger et secourir la population. Le CICR détaille ces obligations dans des publications accessibles en ligne.

Forces de l'ordre et droit international

Un rapport du Comité contre la torture de l'ONU relève l'usage "excessif" de la force qui a été fait par la police ou la gendarmerie lors de perquisitions ou à l'encontre de personnes, comme les migrants. Ce rapport rappelle que le droit international encadre l'action des forces de l'ordre. Les liens sur ce droit international.

La gifle d'un policier est un traitement inhumain et dégradant

La gifle d'un policier est un traitement inhumain et dégradant (art. 3 de la CEDH prohibant la torture) et l'Etat a l'obligation positive (art. 1 de la CEDH) d'enquêter et de garantir l'effectivité du droit à un recours effectif (art. 13 de la CEDH).

France condamnée par la CEDH : « enquête lacunaire » sur des violences policières

La France condamnée par la CEDH pour « enquête lacunaire » sur une affaire de violences policières. La CEDH a conclu jeudi à la violation de l’article 2 de la Convention européenne des droits de l’homme. L’enquête, sur des faits datant de 2000, n’a été ni « rapide » ni « effective ».

Code européen d'éthique de la police

La Cour européenne des droits de l'Homme juge que le code européen d'éthique s'impose aux Etats membres du Conseil de l'Europe (CEDH GC Aff. Bouyid). L'Assemblée plénière de la Cour de cassation juge que la jurisprudence de la CEDH s'impose immédiatement au juge national sans même attendre que la loi…

Macron s'engage à faire respecter la jurisprudence de la Cour européenne des D.H.

Emmanuel Macron est le premier président de la République française à prononcer un discours devant les 47 juges de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), à Strasbourg. Par ce discours du 31 octobre 2017, le président de la République engage toutes les institutions françaises à exécuter leur…

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.