Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

234 Billets

2 Éditions

Billet de blog 31 janv. 2019

Castaner : Courson évoque Vichy et Nicolle l'exil politique

Castaner fait adopter à la majorité une loi permettant de restreindre arbitrairement la liberté de manifester alors que la CGT et les gilets jaunes appellent à la grève générale. Charles de Courson met en garde contre la dérive vychiste du pouvoir et Maxime Nicolle évoque l'exil pour éviter la persécution politique et les mutilations policières comme Drouet ou Rodrigues.

Patrick Cahez
Ligue des droits humains et Amnesty international Bruxelles ; MRAP Dunkerque ; SUD intérieur et Observatoire du stress de France Télécom Paris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les gilets jaunes ne s'inscriveraient-ils pas plus dans l'héritage des monarchomaques que dans des "jacqueries" où le mépris bourgeois tente de les reléguer péjorativement ?

Le fond de la contestation porte sur la légitimité démocratique d'un pouvoir qui méprise le peuple et le droit.

Nicolle veut s'en aller en affirmant qu'il n'a plus confiance dans les institutions. Le chemin de l'exil pour la liberté de penser auquel il semble inviter les gilets jaunes renvoie au départ des huguenots. La violence de la répression de Castaner fait confusément penser aux "dragonnades". Une fois sur son rocher, "Fly Rider" pourra méditer le Sertorius de Corneille " Rome n'est plus dans Rome ; elle toute où je suis "

S'il est permis de se demander qui est d'ailleurs Maxime Nicole, il n'existe que parce qu'il y a Facebook mais on n'en sait pas plus ; pour qui se prend Christophe Castaner a soutenir aussi ouvertement un projet fascistoide à l'Assemblee nationale ?

Il paraît assez peu fortuit qu'un pouvoir mal élu, qui tente d'imposer une politique de régression sociale et se maintenir au pouvoir par la violence judiciaire et la force des armes, propose de museler encore plus l'opinion par l'adoption d'une loi liberticide supplémentaire alors que le mouvement politique populaire appelle à la grève générale illimitée, comme nouveau moyen contre le refus du pouvoir conservateur et réactionnaire d'entendre la contestation.

Médiapart a clairement démontré la supercherie du grand débat dont les conclusions sont déjà écrites par Ismaël Emelien, confident du président et soutien d'Alexandre Benalla.

La critique de Charles de Courson contre l'inspiration vychiste de la réaction conservatrice qui inspire la politique répressive de Christophe Castaner porte à s'interroger, au-delà d'un regain maurrassien et pétiniste, sur la similitude du discours LREM avec la trahison social-démocrate d'un Friedrich Ebert et d'un Gustav Noske dans les habits desquels semblent se glisser sans trop sourciller les membres de la majorité.

Ces artisans complaisants de l'abdication démocratique méditeront la tirade de Iago dans Othello " L'honneur est une essence qui ne se voit pas ; beaucoup semblent l'avoir qui ne l'ont plus. "

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey