Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

316 Billets

1 Éditions

Billet de blog 8 févr. 2022

Mélancolie de la sociologie de Pierre Bourdieu (1930-2002)

Vingt ans après la mort de Pierre Bourdieu, sa sociologie critique est encore vivante, dans ses tensions et ses limites mêmes, qui la dotent alors d’une certaine mélancolie…

Philippe Corcuff
Enseignant-chercheur, engagé dans la renaissance d'une gauche d'émancipation, libertaire, cosmopolitique et mélancolique
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Entretien de Philippe Corcuff avec Galaad Wilgos

(29 janvier 2022)

Galaad Wilgos : Comment décririez-vous Bourdieu en une phrase ?

Philippe Corcuff : Pierre Bourdieu était un penseur des limites sociales et historiques de toute pensée, qui en même temps avait la nostalgie des pensées totalisantes d'antan, d'où une certaine mélancolie bourdieusienne.

Quel a été l'impact ou l'influence de son œuvre sur votre pensée ?

Au-delà de moi, c'est un des principaux sociologues du XXe siècle à un niveau mondial et, sur le plan français, il a contribué à réarmer la critique sociale militante à partir de La misère du monde en 1993, après une certaine atonie des années 1980.

À ma petite échelle, il m'a permis de sortir du cadre étroit de la référence au marxisme qui avait marqué mes années lycéennes et étudiantes, sans pour autant abandonner la référence à Marx, pour m'ouvrir davantage aux complications du monde social. Il m'a appris aussi qu'un intellectuel engagé ne devait pas fusionner le registre scientifique et le registre militant, mais préserver une tension entre eux dans un engagement distancié. Et, surtout, il m'a fourni des outils critiques qui m'ont permis de m'autonomiser par rapport à l'œuvre de Bourdieu lui-même en explorant d'autres contrées intellectuelles.

Quels ont été les apports majeurs de Bourdieu selon vous ?

Il a profondément renouvelé en un sens « post-marxiste » la pensée critique, à la fois en prenant la mesure de l'inscription dans les corps de la domination (avec sa notion d'habitus), de manière plus profonde que l'effet de simples idéologies, et en appréhendant une pluralité de modes de domination : pas seulement la domination économique, comme souvent les marxistes à son époque, mais aussi une domination culturelle, une domination politique, une domination masculine, etc. Dans le sillage de grands philosophes du XXe siècle comme Ludwig Wittgenstein (1889-1951) et Maurice Merleau-Ponty (1908-1961), il a aussi développé une vigilance vis-à-vis des pièges de l'intellectualisme dans l'analyse de l'action, c'est-à-dire la méconnaissance des logiques pratiques de l'action en train de se faire. La vision intellectualiste de l'action pour Bourdieu, c'est en quelque sorte voir l'action du point de vue d'un spectateur d'un match de football à la télévision, qui le regarde comme un spectacle, qui donne des conseils après coup devant son poste, qui revoit des actions au ralenti, en oubliant le rapport pratique aux urgences du jeu du joueur sur le terrain. Sur le plan épistémologique et méthodologique, il a placé au cœur des sciences sociales l'exigence de réflexivité, c'est-à-dire le fait que la prise en compte par le sociologue de ses propres impensés et des effets de ses insertions sociales peut faire progresser la scientificité de ses travaux.

A contrario, quelles critiques pourrait-on en faire ?

Il laisse insuffisamment de place dans la vie sociale aux logiques qui, dans la vie quotidienne, ne se réduisent pas à de la domination ou qui débordent la domination, comme les sociabilités ordinaires, les relations de coopération et de de solidarité, ou les imaginaires utopiques qui s'élaborent dans les intimités personnelles. Les sociologues Jean-Claude Passeron et Claude Grignon parlent justement d'une tendance au « dominocentrisme »(1). Ce qui limite son approche de l'émancipation, qui ne connaît principalement que la figure d'inspiration spinoziste de la connaissance des déterminismes sociaux comme moyen de libération individuelle et collective. Le philosophe Jacques Rancière a bien perçu cette limite(2), mais de manière trop unilatérale, en ne comprenant pas combien les mécanismes de domination décryptés par Bourdieu ne conduisent pas nécessairement au fatalisme, mais constituent aussi une invitation à repenser l'émancipation par rapport au poids de ce que Merleau-Ponty appelait « l'adversité »(3).

Que pensez-vous des critiques qui lui sont généralement assénées aujourd'hui ?

Dans les débats publics, il y a aujourd'hui l'importance d'une dynamique idéologique ultraconservatrice en complet décalage avec une pensée critique comme celle de Bourdieu(4), qui ne peut conduire qu'à une incompréhension agressive. Par ailleurs, il y a dans le milieu académique l'expression de rancœurs face à la reconnaissance internationale de l'œuvre de Bourdieu, qui porte à la caricature. Une pensée nuancée comme celle de Bourdieu appellerait des critiques nuancées. C'est rarement le cas.

* Cet entretien a été réalisé par Galaad Wilgos dans la perspective d’un article pour l’hebdomadaire Marianne ; cet article a été publié le 4 février 2022 sur le site de Marianne sous le titre « Sociologie : deux décennies après sa mort, Bourdieu, un maître (in)dépassable ? » , en incluant des extraits de l’entretien aux côtés d’autres extraits d’entretien. Je remercie Galaad Wilgos de m’avoir autorisé à publier l’intégralité de l’entretien.

Philippe Corcuff, maître de conférences de science politique à Sciences Po Lyon, auteur de Bourdieu autrement. Fragilités d'un sociologue de combat (Textuel, 2003)

Notes :

(1) Claude Grignon et Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Gallimard-Le Seuil, collection « Hautes Études », 1989.

(2) Jacques Rancière, Le philosophe et ses pauvres, Paris, Fayard, 1983, « Le sociologue roi », pp. 239-288 ; sur la tension entre la sociologie critique de Bourdieu et la philosophie de l’émancipation de Rancière, voir Philippe Corcuff, Où est passée la critique sociale ?, Paris, La Découverte, collection « Bibliothèque du M.A.U.S.S., 2012, « Les aventures tumultueuses du couple domination-émancipation, de Rancière à Jonasz » et « De la productivité intellectuelle d’interférences et de tensions ente Bourdieu et Rancière », pp. 33-58.

(3) Sur la notion d’adversité, voir Maurice Merleau-Ponty, « L’homme et l’adversité » (conférence du 10 septembre 1951 aux Rencontres Internationales de Genève), repris dans Signes (1e éd. : 1960), Paris, Gallimard, 1987, pp. 284-308 ; « L’homme et l’adversité » (débats des 10, 12 et 14 septembre 1951 aux Rencontres Internationales de Genève), repris dans Parcours deux, 1951-1961, Lagrasse, Verdier, 2000, pp. 321-376 ; et « L’homme et l’adversité » (entretiens radiophoniques animés par Jean Amrouche, diffusés les 15 et 22 septembre 1951), repris dans Entretiens avec Georges Charbonnier et autres dialogues, 1946-1959, Lagrasse, Verdier, 2016, pp. 62-71.

(4) Voir Philippe Corcuff, La grande confusion. Comment l’extrême droite gagne la bataille des idées, Paris, Textuel, collection « Petite Encyclopédie Critique », mars 2021.

Textes sur la sociologie de Pierre Bourdieu publiées précédemment sur ce blog :

. 16 juin 2009, « La sociologie de Pierre Bourdieu » ; deux parties :

- « (1) Une nouvelle critique sociale » ;

- et « (2) Le sociologue et le philosophe » ;

. 4 juillet 2009, « Pierre Bourdieu et les conspirationnismes : roc et failles ».

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Paris abandonne en Syrie trois orphelins de parents djihadistes
Depuis novembre 2019, trois enfants français sont placés dans un orphelinat de la capitale syrienne. Leurs parents, membres de l’État islamique, sont morts sur place. Après plusieurs mois d’enquête, nous avons réussi à retracer le parcours unique de ces orphelins.
par Céline Martelet
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire, en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain