Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

260 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mai 2021

Macron sera-t-il le Draghi français?

Tous deux sont banquiers, mais c’est plutôt la proximité entre l’arc politique qui soutient Mario Draghi, et celui qui s’est retrouvé dans la rue derrière les syndicats policiers pour dénoncer l’institution judiciaire et faire pression sur le Parlement, qui amènent à se poser la question – les circonstances, elles, étant différentes.

Philippe Wannesson
Blogueur et militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les 17 et 18 février 2021, le gouvernement formé par Mario Draghi, ancien vice-président pour l'Europe de la banque Goldman-Sachs, puis gouverneur de la Banque d'Italie, puis président de la Banque Centrale Européenne, recevait au Sénat puis à la Chambre des députés un soutien écrasant d'un arc politique allant de la gauche à l'extrême-droite. On y trouve : la coalition de gauche Libres et Égaux, comprenant notamment une dissidence de gauche du Parti démocrate; le Parti démocrate, métamorphose néolibérale du Parti Communiste Italien; le Mouvement 5 Étoiles, anciennement anti-système (les parlementaires du mouvement qui n'ont pas voté la confiance au gouvernement Draghi en ont été exclus); des partis du centre; La Ligue, formation d'extrême-droite de Matteo Salvini. Face à la crise liée à la pandémie de Covid-19, la quasi-totalité de la classe politique italienne se rassemble derrière un banquier sauveur - sauveur de l'Italie ? De sa classe politique ? Du néolibéralisme ?

Le 19 mai, un arc politique très semblable se trouve rassemblé derrière des syndicats policiers attaquant l'institution judiciaire et exigeant du Parlement un durcissement de la législation. On trouve là en effet, outre le ministre de l'intérieur en exercice, le Parti communiste, le Parti socialiste, un partie de l'écologie politique, La République En Marche et ses soutiens centristes, la droite d'opposition et le Rassemblement national. Une partie de la gauche (France Insoumise, Génération.s, une partie de l'écologie politique) s'en est démarquée.

Si l'arc politique rassemblé est très proche, la situation est différente. Il ne s'agit pas du soutien à un gouvernement, mais du soutien à une manifestation. Malgré la présence de son ministre de l'intérieur, Emmanuel Macron peut difficilement apparaître comme le sauveur qu'il n'a pas été au cours de quatre ans de mandat. Et la plupart des partis présents à la manifestation sont dans l'opposition, à commencer par le Rassemblement national, qui est aussi celui dont la présence à un tel événement était la plus prévisible.

Plus inquiétant, si une palette aussi large de formations politiques s'est trouvée rassemblée autour d'un sauveur, il ne s'agit pas d'un homme (ni d'une femme) providentiel-le, mais de la police et de ses syndicats les plus à droite qui ont tiré les mots d'ordre de la manifestation vers leurs propres positions. Rien d'étonnant en fait, les partis d'orientation néolibérale savent que si le néolibéralisme ne suscite plus l'adhésion, il devra être maintenu par la force. C'est une attitude qu'on retrouve de la part de l'Union européenne et des liens qu'elle tisse à l'occasion de la pandémie autour de la répression des "troubles civils" (voir ici, ici et ).

Répression des mouvements sociaux d'un côté, idéologie identitaire et xénophobe de l'autre, telle est la ligne de défense tenue d'une manière s'accentuant au fil des années par les formations politiques néolibérales. Leur convergence s'affiche en Italie dans la participation au gouvernement. Elle s'affiche en France dans la rue.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart