Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

565 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 janv. 2022

Les militants du climat ne sont ni des irresponsables, ni des terroristes

Une intrusion sur le tarmac du Bourget, ciblée contre les jets privés des ultra-riches provoque un flot d'insultes sur Twitter. Il n'est pas possible de laisser traiter nos militants « d'irresponsables » et de « terroristes ». Pour cette unique raison, nous répondons à des attaques que, dans d'autres circonstances, nous traiterions par le mépris du silence.

Pierre Sassier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 21 janvier 2021, plusieurs dizaines de militants, à l'appel de leurs associations, organisent un rassemblement autour de l'aéroport d'affaires du Bourget : il s'agit de dénoncer les nuisances écologiques des jets privés  "dix fois plus polluants que les avions de ligne". Au cours des prises de parole, Charlène Fleury, porte-parole marseillaise d'Alternatiba,dénonce "le mode de vie des ultras-riches qui a un impact sans commune mesure que celui de citoyens lambdas dans la crise climatique". Ces ultra-riches dont, selon un récent rapport d'OXFAM, la fortune a plus augmenté au cours des 19 mois de la pandémie que dans la décennie qui a précédé. Ce qui fait regretter à Julien Rivoire, porte-parole d'ATTAC, que "l'argent qui émane de cet enrichissement ne soit pas utilisé à des fins sociales ou pour agir en faveur du climat".

Voici définies la cible et les motivations de cette action, qui sort de son cadre initial lorsque les militants décident d'envahir le tarmac. Au cas où ce ne serait pas clair pour tout le monde, les associations impliquées dans ce mouvement nous parlent de problèmes graves : il s'agit d'abord de l'acceptabilité sociale d'une conjoncture dans laquelle les plus riches impactent gravement la planète en consommant du kérosène détaxé (et qui continuera de l'être dans l'avenir pour l'aviation privée), alors que le carburant des voitures servant au nombre croissant de français excentrés pour aller à leur travail est soumis à une fiscalité globale (TVA+taxe intérieure sur les carburants) d'environ 60% du prix à la pompe. Ce scandale a été, en 2018, à l'origine de la révolte des Gilets Jaunes, mais les leçons n'en ont toujours pas été tirées ; Il s'agit aussi des problèmes sanitaires impactant les riverains des aéroports (1,4 millions rien qu'autour de Roissy), qui sont maintenant bien documentés ; Et les alertes et rapports scientifiques nous apprennent qu'il s'agit tout simplement de laisser une terre habitable à nos descendants.

Face à ces considérations, les éructations qu'on voit apparaître sur Twitter semblent dérisoires, tellement elles rivalisent d'imbécillité. Nous pourrions les traiter par le mépris, mais nous ne pensons pas qu'il soit possible de laisser traiter nos militants "d'irresponsables" et encore moins de "terroristes". L'accusation "d’irresponsabilité" est un mauvais procès, reposant sur une allégation, probablement tirée du ramassis d'ordures véhiculé par les réseaux sociaux : les militants introduits sur le tarmac auraient empêché de décoller un transport de greffon. Nous avons vainement cherché la trace de cette information dans la presse écrite et numérisée. Et même si l'information était avérée, les différentes sources que nous avons pu consulter précisent que, selon les autorités aéroportuaires elles-mêmes, l'intrusion sur le tarmac n'a provoqué aucune perturbation de la circulation aérienne (ce qui n'était pas, d'ailleurs, le but recherché). De plus, il est également précisé que l'intrusion a été courte et jamais un retard d'une demi-heure dans le transport - si encore une fois il était avéré - n'a compromis le succès d'une greffe d'organe.

Après avoir focalisé leurs vertueuses indignations sur ce soi-disant retard, les commentateurs gravissent l'Everest de la bêtise en affublant ces militants du qualificatif de "terroristes". Pour autant que l'on puisse savoir, les actions organisées par Greenpeace et Alternatiba ont toujours été non violentes et la violence serait plutôt dans des gardes à vue d'une durée disproportionnée, dans les conditions sordides de ces gardes à vue  et même parfois (si si, ça arrive !) dans la répression policière musclée. Et puis, en connaît-on beaucoup, des "terroristes" dont les motivations reposent sur des données scientifiques aujourd'hui bien établies ?

Alors nous terminerons cette discussion par une citation de Talleyrand, qui disait que "tout ce qui est excessif est insignifiant". Cela ne vaut donc pas la peine d'en dire plus.

Nous allons tout de même conclure en précisant que les "activistes" du 21 janvier tombent sous le coup d'une répression aggravée par une loi qui a été votée en septembre. Au récent procès de Bobigny, nous avons entendu une des prévenues déclarer que si elle ne faisait rien, elle ne pourrait plus regarder ses filles dans les yeux, elle ne pourrait plus se regarder dans une glace. Il y a des hommes et des femmes capables d'encourir les foudres de la Justice rien que pour pouvoir se regarder encore dans une glace. Ces personnes ne méritent pas qu'on les insulte, mais devraient, au contraire, imposer estime et respect.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel