PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

238 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 août 2021

Brésil : ombres sur l'emménagement luxueux d'une ex-épouse de Jair Bolsonaro

Séparée depuis 2007 de Bolsonaro, Ana Cristina Valle, mère de Jair Renan Valle Bolsonaro, habite avec lui depuis juin 2021 dans le chic quartier de Lago Sul à Brasilia. Le loyer, évalué à 15 salaires minimum, détonne à la lumière du sien, 3,5 fois moindre. Elle est par ailleurs suspecte dans l'enquête sur un détournement de salaires par Carlos Bolsonaro dont elle fut chef de cabinet (2001/2008).

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A Brasilia, la nouvelle adresse, 395 m2 habitables sur un terrain de 1.200 m2, d'Ana Cristina Siqueira Valle, seconde ex-épouse de Jair Bolsonaro, et mère de leur fils Jair Renan. © DR

Jair Renan Bolsonaro, cadet des enfants de Jair Bolsonaro, demeure depuis juin 2021 à Brasilia avec sa mère, l'avocate Ana Cristina Siqueira Valle, séparée depuis 2007 de l'aujourd'hui président de la République. La valeur de la maison, située sur un terrain de 1.200 m2 dans le quartier chic de Lago Sul, à Brasilia, dont Mme Valle semble être locataire, est estimée à 3,2 millions R$ (520.000 €). A des journalistes, de la plateforme UOL comme de l'hebdomadaire Veja, l'ex-épouse de Bolsonaro a affirmé payer 8.000 R$ (1.300 €) de loyer mensuel. A Veja, Ana Cristina Valle a également déclaré que le propriétaire de la maison est une " connaissance " tandis que ce dernier a affirmé qu'il " ne savait pas même qui était le locataire ".
Le salaire brut de Ana Cristina Valle en tant qu'assistante parlementaire de la députée Celina Leão (droite dure), est de 8.100 R$ (1.325 €). Elle n'a pas voulu montrer de document qui prouverait le montant du loyer qu'elle paye.
Avant d'occuper cette propriété luxueuse, de 395 m2 habitables sur deux niveaux, Ana Cristina Valle habitait aussi avec son fils, mais dans un appartement de ... 70 m2, dont le propriétaire est ... Jair Bolsonaro.

Le propriétaire de la maison avec piscine est un agent immobilier, Geraldo Antônio Moreira Junior Machado, qui dit travailler dans la région depuis treize années.
Ce dernier dit avoir contracté un emprunt pour cette villa luxueuse, via la banque BRB. La banque publique BRB, dirigée par Paulo Henrique Costa, est la même banque qui a ouvert un crédit pour l'autre propriété de nabab, acquise par ... Flavio Bolsonaro, fin décembre 2020.
L'actuel domicile de ce propriétaire, dans la ville de Vicente Pires, à trente kilomètres de là, en grande périphérie de Brasilia (voir photographie ci-dessous), jure avec le luxe de ce qu'il dit avoir acheté et mis en location.

A 30 km de Brasilia, domicile, en août 2021, du propriétaire de la maison où vit l'ex seconde épouse de Jair Bolsonaro, avec leur fils. © Eduardo Militão / UOL

Unis à la fin des années 90, Jair Bolsonaro et Ana Cristina Valle se sont séparés en 2007. Elle a conservé les deux tiers du patrimoine commun, c'est-à-dire neuf biens immobiliers d'un total de quatorze - dont cinq achetés en espèces - qu'ils possédaient en commun.
Parmi eux, cinq parcelles de terrain à Resende, grande ville au sud-ouest de l'Etat de Rio de Janeiro, qui, bien plus tard, ont donné lieu à d'autres étranges transactions. Les surfaces ont été revendues, en 2013, pour 1,9 million R$ (300.000 €), alors qu'elles avaient été acquises pour 160.000 R$ (50.000 € d'alors) sept ans plus tôt. Derrière l'achat et l'évaluation immobilière se cachait l'homme d'affaires du secteur des transports Marcelo Traça. Traça avait signé un accord de collaboration avec la justice locale qui a révélé un système de corruption du secteur local des transports avec des politiciens et des fonctionnaires. Dans le procès-verbal, Marcelo Traça avait déclaré avoir acquis des propriétés pour blanchir de l'argent.
Entre 1997 et 2007, Ana Cristina Valle a signé 40 documents d'achat et de vente de biens immobiliers et 20 actes notariés, à Rio de Janeiro et à Brasilia. Le jour de sa séparation avec le futur président de la République, son patrimoine a été évalué à 3 millions R$ par l'hebdomaire Época. Avant son mariage avec Jair Bolsonaro, elle ne possédait aucun bien immobilier.
Coïncidence ou non, pendant leur vie commune, leur patrimoine s'est multiplié de manière exponentielle, période qui correspond aussi à celle qui intéresse, depuis 2018, les policiers, les juges et les procureurs qui enquêtent sur les possibles détournements de salaires (" rachadinhas ") qui se sont alors déroulées dans les cabinets de deux des fils Bolsonaro, le député Flávio et le conseiller municipal Carlos.

En 2021, Ana Cristinia Siqueira Valle possède parmi ses propriétés une immense maison avec piscine et jardin dans le quartier résidentiel de Morada da Colina, dans la ville de Resende, au sud de l'Etat de Rio de Janeiro. Les autres sont la maison de ses parents, dans la même ville de Resende, deux bureaux au centre de la ville de Rio de Janeiro et un appartement dans le quartier huppé de Barra da Tijuca, également à Rio de Janeiro.
De multiples photos de l'extérieur et de l'intérieur de la maison de Brasilia, du quartier Lago Sul, peuvent être vues ici et là.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Handicap, 4 clés pour que ça change !
Engagée depuis vingt ans pour l’égalité des droits de toutes et tous, je constate comme chacun que les choses avancent très peu. Les changements arriveront lorsqu’il sera compris que le handicap est un sujet social dont tout le monde doit s’emparer. Le 3 décembre, journée internationale du handicap : voici 4 solutions pour qu’advienne enfin une société inclusive !
par Anne-Sarah Kertudo
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro