Brésil : l'obscène et trouble orgie immobilière de Flávio Bolsonaro

Vingt appartements, bureaux, acquis depuis 2005. Le fils aîné Bolsonaro, toujours sous le coup d'une enquête «pour improbité administrative liée à l’emploi de salariés fantômes» et pour un possible blanchiment, de millions, via son homme-lige lié à des milices et écroué, vient d'acheter pour 6 millions R$ (880.000€) une immense et luxueuse résidence dans un condominio-forteresse à Brasilia.

A Brasilia, la nouvelle demeure de Flávio Bolsonaro, fils aîné de Jair Bolsonaro. 1100 m2 construits sur un terrain de 2400 m2. © Gabriela Biló / Estadão

Révélé par un site d'extrême droite (" O Antagonista "), le 1er mars 2021, l'achat par le fils aîné Bolsonaro et son épouse d'une immense propriété, à Brasilia (DF), pour 5,97 millions de reais, dans le condominio " Ouro Branco Residencial ", avec vue sur le lac Paranoá, dans le secteur des " Mansões Dom Bosco ", a fait grand bruit au Brésil. En 2018, le sénateur avait déclaré officiellement un patrimoine de 1,74 million de reais.

La compagne du vendeur, Juscelino Sarkis*, de la propriété achetée par Flávio Bolsonaro est la juge Cláudia Silvia de Andrade Freitas. Elle a travaillé dans le cabinet du juge João Otávio Noronha, entre 2018 et 2019, quand ce dernier était président de la Cour supérieure de justice (STJ), une information révélée par le journal de la TV Globo, le 3 mars 2021. Cette juridiction, le STJ, est celle qui a invalidé, le 23 février 2021, la prise en compte des analyses des comptes bancaires et des dossiers fiscaux dans des futurs jugements de ... Flávio Bolsonaro. Ces dévoilements de comptes et de données fiscales avaient été pourtant autorisés par le juge Flávio Itabaiana en avril 2019.

Le couple Bolsonaro a reçu les clefs de son nouveau domicile le 23 décembre 2020, mais l'acquisition formelle a été signée le 29 janvier 2021, à 50 kilomètres de Brasilia, dans un greffe - le 4.º Ofício de Notas do Distrito Federal - de la ville de Brazlândia (DF). Dans ce document d'acquisition, 18 passages ont été censurés, rayés de feutre noir, dont le montant des revenus de Fernanda Antunes Figueira Bolsonaro, dentiste. La loi en vigueur au sujet des actes notariaux ne prévoit pas ce type d'effacement de données.

Le salaire brut d'un sénateur est de 33.763 R$, puis en net 24.900 R$.

Le couple Bolsonaro a payé comme avance 2,87 millions R$ et contracté un emprunt sur 360 mois de 3,1 millions R$, avec des intérêts annuels de 3,71%, à la Banco de Brasília (BRB), banque publique qui relève de l'autorité du gouverneur du Distrito Federal (DF), Ibaneis Rocha**, qui fait partie du cercle de bonnes connaissances du président Jair Bolsonaro, tout comme Paulo Henrique Costa, le président de la banque BRB, depuis le 31 janvier 2019, après avoir été choisi pour ce poste par le même gouverneur.

Pour obtenir un tel crédit, le citoyen lambda devrait avoir un revenu mensuel de 101.289 R$. Trois fois celui du sénateur. 100 fois le salaire minimum.

Avec son revenu moyen, un Brésilien, qui gagne environ 2.500 R$, ne peut consacrer que 755 R$ mensuellement pour un financement d'un bien immobilier. Dans le cas, malheureusement répandu dans le pays, d'un Brésilien qui gagnerait un peu moins d'un demi-salaire minimum (1.045 R$), soit 416 R$ mensuellement, il lui faudrait ... 4006 ans de remboursement pour acheter un tel bien.

Selon le quotidien O Globo, qui a effectué une simulation pour évaluer le montant de la mensualité, celle-ci se monterait à 18.000 R$ environ ...

La luxueuse propriété, répartie sur deux étages, avec piscine, spa, home-theater, salle de gymnastique avec appareils électriques, salon gourmet, salle de jeux, huit parkings dont quatre en sous-sol, la construction de 1.100 m2 s'étale sur un terrain de 2.400 m2. Rondes armées, video-surveillance dans l'ensemble du condominio, etc.

Dans le condominio " Ouro Branco Residencial ", à Brasilia, rondes armées et video-surveillance permanentes. © DR Dans le condominio " Ouro Branco Residencial ", à Brasilia, rondes armées et video-surveillance permanentes. © DR
A la date du 6 mars 2021, le fils aîné Bolsonaro a toujours, pourtant, un appartement dans le quartier huppé de Barra da Tijuca (zone ouest de Rio de Janeiro) d'une valeur de 2,55 millions de R$ qui est toujours à son nom et à celui de sa femme au cadastre des biens immobiliers. Le sénateur a déclaré qu'il avait vendu la propriété pour acquérir celle de Brasilia et que l'enregistrement au bureau d'enregistrement se ferait plus tard car c'était la responsabilité de l'acheteur et qu'il n'y avait pas de date limite à respecter.

Il a également déclaré avoir vendu sa participation dans le magasin d'une franchise de chocolats, d'une valeur de 50.000 R$. L'acte de vente n'est pas enregistré auprès de la chambre de commerce.

Auprès de la justice électorale (TRE), en août 2018, le fils du président a également déclaré avoir une voiture Volvo XC 2014 (66.500 R$) et des placements bancaires qui s'élèvent à 558.220,06 R$. Ces actifs et valeurs n'ont pas été mis à jour.

Comment se sont déroulées les 20 transactions immobilières du sénateur Flávio Bolsonaro ? Flávio est actif sur le marché immobilier de Rio de Janeiro depuis 2005, date à laquelle il a acheté sa première propriété.

Il a ensuite, en 2008, acquis 12 bureaux comme investissement et un appartement, sur plan, au dernier étage d'un immeuble dans le quartier de Laranjeiras, à Rio de Janeiro.

Le MP-RJ affirme que Flávio n'avait pas de conditions financières pour acquérir ces 12 bureaux commerciaux. Cependant, les enquêteurs affirment que Flávio Bolsonaro a dit avoir reçu une série de prêts déclarés au fisc par son père, son frère le conseiller municipal Carlos Bolsonaro, ainsi que par des aides d'assistants parlementaires d'autres membres de la famille, qui ont apporté un soutien financier à l'achat. Il n'y a cependant aucune trace du crédit de ces sommes sur le compte bancaire du sénateur, qui affirme que ces versements ont été faits en cash.

En 2012, il a acheté deux petits studios  - pour 310.000 R$ alors qu'ils avaient été achetés 440.000 R$ un an avant par les anciens propriétaires - dans le quartier de Copacabana. Moins de deux ans plus tard, il les a revendus avec un bénéfice de ... 813.000 R$.

Les enquêteurs affirment que Flávio Bolsonaro et sa femme Fernanda Bolsonaro ont payé, en dessous-de-table, en cash, 638.400 R$ pour l'acquisition de ces deux studios. Le ministère public de Rio de Janeiro (MP-RJ) affirme que, le jour même de la conclusion de l'affaire, le vendeur des deux propriétés se trouvait dans la banque HSBC, où il avait un compte, pour déposer les valeurs en nature. La succursale utilisée se trouve à 450 mètres du bureau du notaire où l'acte a été signé, qui, à son tour, se trouve à 50 mètres de l'Assemblée législative de l'Etat de Rio de Janeiro (ALERJ), où Flavio Bolsonaro avait son cabinet de député.

Moins de deux ans plus tard, les deux studios ont été revendus pour 1,1 million R$, en valeur déclarée. Pour le MP-RJ, le blanchiment s'est matérialisé par le bénéfice déclaré au fisc de 813.000 R$ - rendant alors " légaux " les 638.400 R$ d'origine prétendument illicite.

En 2014, Flávio Bolsonaro a acquis, pour 2,55 millions R$, l'appartement du quartier de Barra da Tijuca, distant d'environ six cent mètres du condominio où vit son père Jair Bolsonaro, et où il a vécu avec sa famille jusqu'à son déménagement à Brasília en 2021. Cette propriété, selon le MP-RJ, a également été achetée avec de l'argent d'origine illicite. Il a été désigné dans la plainte contre Flávio Bolsonaro comme le principal atout à perdre en cas de condamnation. Selon les enquêteurs, les versements pour le financement de cet appartement ont été effectués après une série de dépôts fractionnés, en cash, sur le compte bancaire du sénateur. La somme des origines non identifiées de ces contributions en nature s'élève à 159.500 R$.

Des années plus tard, le fils Bolsonaro a échangé le dernier étage de l'immeuble de Laranjeiras, encore en construction, contre une propriété dans le quartier d'Urca, plus un bureau, et 600.000 R$ en valeurs numéraires. La propriété d'Urca a ensuite été revendue, avec une perte déclarée de 400.000 R$.

Flávio Bolsonaro avait un magasin de chocolat dans le centre commercial huppé de Via Parque Shopping, dans le quartier Barra da Tijuca à Rio de Janeiro, de 2015 à janvier 2021, date à laquelle il a été fermé. Le MP-RJ dit que Flavio Bolsonaro a laissé des indices qu'il a " blanchi " 1,6 million R$, issus de la fraude (" rachadinha") via ce magasin. Le soupçon, cependant, n'a pas été inclus dans la plainte contre le sénateur, car il manquerait encore des éléments concrets pour engager des poursuites.

Quelles sont, au final, les charges retenues contre le sénateur ? Le fils aîné du président est accusé d'avoir organisé une fraude (" rachadinha ") à travers son ancien cabinet de député à l'ALERJ, mené par le biais de 12 employés fantômes de 2007 à 2018, période durant laquelle Fabrício Queiroz, ami du président Jair Bolsonaro depuis des décennies et opérateur financier présumé du groupe, était l'un de ses assistants parlementaires.

Selon le MP-RJ, ont été détournés des caisses publiques 6,1 millions R$, dont 2,08 millions R$ ont été transférés sur le compte bancaire de Fabrício Queiroz. Autres 2,15 millions R$ ont été retirés des comptes de prétendus " employés fantômes ", sommes qui, selon le MP-RJ, ont été utilisées par l'organisation criminelle.

Flávio Bolsonaro a été inculpé en novembre 2020 par le bureau du procureur de Rio de Janeiro pour détournement de fonds, blanchiment d'argent et appartenance à une organisation criminelle.

Il y a quelques jours, la Cour Supérieure de Justice (STJ)  a décidé d'annuler la décision qui autorisait la violation du secret bancaire et fiscal de Flávio et d'autres personnes faisant l'objet d'une enquête. Le tribunal a décidé que les preuves découlant de cette mesure sont retirées de l'accusation, ce qui vide complètement la plainte du MP-RJ.

Si la décision est maintenue, la tendance est que la plainte va être classée, pour ouvrir une nouvelle enquête qui nécessitera alors une nouvelle demande de dévoilement du secret bancaire et du secret fiscal de Flavio Bolsonaro. Le MP-RJ étudie toujours la possibilité de faire appel de la décision du STJ, votée le 23 février 2021.

------------
(*) Simão Sarkis Simão, père octogénaire de Juscelino Sarkis, qui a vendu la maison située à Brasilia à Flávio Bolsonaro, a " collectionné " les fermes et les investissements immobiliers dans plusieurs Etats comme le Minas Gerais et dans le Goiás ; il avait acheté une propriété, en 1976, où des prêtres, accusés d'être communistes, avaient été torturés précédemment par les militaires, à São Félix do Araguaia (Mato Grosso). Cette propriété, Agropasa, à l'époque, s'étendait sur 48.165 hectares.
C'est à Paracatu, une municipalité du Minas Gerais, à 200 kilomètres de Brasília, que Simão Sarkis Simão a été arrêté, en 2012, par des inspecteurs du travail et contraint de verser une indemnisation de 390.000 R$. Il avait treize employés pris en condition de travail esclave, dans sa ferme de Santo Aurélio. Un an plus tard, l'éleveur de bétail a été inclus dans la liste noire des employeurs esclavagistes.

(**) Ibaneis Rocha est ce gouverneur qui, en mai 2020, avait annoncé qu'il allait signer un décret pour interdire l'accès aux habitants malades du covid, demeurant dans la proche périphérie de Brasilia, c'est-à-dire les classes populaires voire pauvres, aux hôpitaux publics du " coeur " de Brasilia - considérés comme la vitrine du service public de santé du Brésil. Devant le tollé provoqué par cette décision, il a suspendu le décret.

 

Note : nous n'avons volontairement pas traduit les montants de reais en euros. Les fluctuations ont été trop importantes au cours des années en question dans cet article. A titre d'exemple, en octobre 2018, à la veille de l'élection de Bolsonaro, l'Euro valait environ 5,50 reais. En mars 2021, il en vaut 6,80.



 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.