PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

267 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2021

Brésil : le «vrai-faux attentat» contre Bolsonaro et l'inquiétante Júlia Zanatta

Júlia Zanatta, une jeune Brésilienne qui adhère aux idées d'extrême droite, et liée à la famille Bolsonaro est-elle le fil rouge entre le «vrai-faux attentat» de Juiz de Fora en 2018 et, aux USA, la National Rifle Association (NRA), l'extrême droite liée à Steve Bannon et Donald Trump Jr et un club de tir suspect de références neo-nazies ?

PindoramaBahiaflaneur
journaliste indépendant et secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Júlia Zanatta et Heloisa Wolf, compagne de Eduardo Bolsonaro, en février 2018, au Texas (USA) dans un club de tir sis dans le ranch de Yves Daberkow de Sousa. © Global Researchers Against Fascism / Seeing Red

Júlia Pedroso Zanatta n'était pas seulement la première porte-parole informelle du Clube de Tiro .38, dans la périphérie de Florianopolis, où ont été vus, ensemble, à quelques mètres, Adélio Bispo de Oliveira et Carlos Bolsonaro, le 5 juillet 2018.
Celle qui est née en mars 1985 était aussi une adepte du mentor de Jair Bolsonaro, l'astrologue d'extrême droite Olavo de Carvalho.

Nous savions déjà que Júlia Zanatta, " bolsonarista enracinée " avait, dans un premier temps, menti à la presse, sur une chaîne de TV nationale (ici, à 1h15"), par deux fois, lorsqu'elle s'était improvisée porte-parole du club de tir. Elle avait dit qu'Adélio Bispo de Oliveira n'était venu qu'une fois dans le club de tir, s'y était inscrit et n'était jamais revenu. Puis elle avait affirmé aux journalistes qu'Adélio Bispo n'avait pas rencontré Carlos Bolsonaro dans le club de tir. Alors qu'Adélio Bispo y avait bien suivi un cours de tir trois jours durant, avait obtenu un certificat écrit pour cette formation, et avait été présent sur le champ de tir aux côtés de Carlos Bolsonaro le 5 juillet 2018.
Júlia Zanatta a également dissimulé l'information, selon Seeing Red - site internet édité dans le Nebraska, aux USA - qui a recueilli ces informations et les publie, sans signer l'article, le 26 novembre 2021, et citant des sources qui ont aussi exigé l'anonymat. Le papier souligne, entre autres révélations, que Steve Bannon, mentor de Donald Trump, a rendu visite à Olavo de Carvalho, chez lui, à Petersburg, en Virginie aux Etats-Unis, alors que Júlia Zanatta et Eduardo Bolsonaro ont demeuré au même endroit pendant au moins une semaine, en janvier 2019. Selon un autre invité, le cinéaste Josias Teófilo, Steve Bannon était présent, là, chez Olavo de Carvalho, pour se mettre à jour sur l'actualité politique au Brésil.

Julia Zanatta, le 22 octobre 2021. © Seeing Red / Global Researchers Against Fascism (GRAF)

Júlia Zanatta, toujours selon Seeing Red, a donc rendu visite à Olavo de Carvalho en janvier 2019 avec Eduardo Bolsonaro, qui y était déjà venu en janvier 2017, lorsqu'il avait pour destination le Shot Show de Las Vegas, un salon annuel international pour les amateurs d'armes à feu.

En septembre 2018, Júlia Zanatta était la girl friend du Brésilien Tony Eduardo de Lima e Silva Hoerhann, instructeur au club de tir états-unien "88 Tactical", et co-propriétaire du club brésilien de tir Clube de Tiro .38, qui  est basé à São José, en grande périphérie de Florianópolis, capitale de l'Etat de Santa Catarina, lorsque ce club a donc fait les gros titres après l'"attentat" au couteau contre Jair Bolsonaro.

" Coïncidence ou non, écrit Seeing Red, le 4 août 2018, soit un mois avant l'attentat de Juiz de Fora contre Jair Bolsonaro, Eduardo Bolsonaro a rencontré Steve Bannon à New York. Dans un post Instagram, Eduardo Bolsonaro a écrit : "M. Bannon, stratège de la campagne présidentielle de Donald Trump en 2016, est un enthousiaste de la campagne de Jair Bolsonaro et nous unissons nos forces notamment contre le marxisme culturel." 

La rencontre entre Eduardo Bolsonaro et Steve Bannon est significative. Le 5 novembre 2016, trois mois seulement après que Donald Trump a nommé Steve Bannon comme directeur de sa campagne, une fausse alerte s'est produite lors d'un des meetings de Trump. Lorsque quelqu'un au meeting de campagne électorale  de Reno (Nevada) a crié qu'un homme avait une arme, Trump a été précipité hors de la scène par son service de  sécurité et est revenu quelques minutes plus tard pour annoncer triomphalement que "personne n'a dit que ce serait facile pour nous". Ce jour-là, Carlos Bolsonaro a commenté sur sa page Facebook que ce qui était arrivé à Donald Trump était un signe que quelque chose de similaire pourrait arriver à son père à l'avenir.
 
 
Janvier 2018 : Eduardo Bolsonaro est présenté à Donald Trump Jr
  
Tony Eduardo de Lima e Silva Hoerhann et les Bolsonaro travaillaient ensemble depuis 2015 sur leur objectif commun de modifier la législation brésilienne sur le contrôle des armes à feu afin de faciliter l'accès aux armes à feu pour les civils. C'est grâce à Tony Eduardo de Lima e Silva Hoerhann et à son lien, comme instructeur de tir, avec le club états-unien "88 Tactical", à Omaha (Nebraska) qu'Eduardo Bolsonaro a été invité à visiter, pour la première fois, le Shot Show à Las Vegas (Nevada) en janvier 2016.
Lors du Shot Show 2017, Eduardo Bolsonaro s'est rapproché de la NRA et de l'industrie américaine des armes à feu, avec l'aide de la célébrité brésilienne du jiu-jitsu, Royce Gracie.
C'est durant le Shot Show 2018, que le même Royce Gracie, accompagné de Tony Eduardo de Lima e Silva Hoerhann de 88 Tactical, a présenté Eduardo Bolsonaro à Donald Trump Jr.
En décembre 2018, Heloisa Wolf et Eduardo Bolsonaro  - qui se sont mariés à Rio de janeiro le 25/5/2019 - ont invité Júlia Zanatta à les rejoindre à l'événement qu'Eduardo organisait à Foz do Iguaçu (PR) la "Cúpula Conservadora das Américas", similaire à la CPAC américaine - Conservative Political Action Conference. Un mois plus tard, Eduardo Bolsonaro l'a emmenée chez Olavo de Carvalho à Petersburg (Virginia, USA), où Steve Bannon est également venu. À son retour, elle et son nouveau boy friend ont continué à rendre visite et à travailler avec les Bolsonaro.
Seeing Red
fait l'hypothèse que Steve Bannon est seulement rentré en contact avec Eduardo Bolsonaro après que ce dernier ait rencontré Donald Trump Jr. En  effet, six mois après sa rencontre avec Donald Trump Jr, Eduardo Bolsonaro a rencontré Steve Bannon à New York. C'était le 4 août 2018.

Le 14/1/2019, Julia Zanatta avec le cinéaste Josias Teófilo, aux USA chez le mentor de Jair Bolsonaro, l'astrologue Olavo de Carvalho. © Seeing Red / Global Researchers Against Fascism (GRAF)

La Brésilienne Júlia Zanatta est originaire de Criciúma, dans l'État de Santa Catarina, où son père était un riche industriel. Elle a suivi une formation en droit et en journalisme et a travaillé à l'Institute For US Law (IUSLAW) à Washington, aux USA. Pendant la majeure partie de sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour des membres de sa famille, notables régionaux,  qui étaient membres de l'assemblée législative de l'État de Santa Catarina, notamment son cousin Ricardo Zanatta Guidi et son père, Altair Guidi (1937/2018).

Júlia Zanatta a voyagé à de nombreuses reprises aux États-Unis lorsqu'elle était en couple avec Tony Eduardo de Lima e Silva Hoerhann en 2017 et 2018. Ils ont visité l'USBR, le centre d'entraînement aux armes à feu au Texas géré par Tony Eduardo de Lima e Silva Hoerhann et son ami et collègue du club états-unien "88 Tactical", Yves Daberkow de Sousa. Ce dernier semble demeurer dans la ville de Whitesboro, à l'ouest du comté de Grayson, dans le ranch où le club de tir est installé.
En juin 2019, Júlia Zanatta a assuré la promotion d'une conférence du blogueur d'extrême droite Allan dos Santos dans sa ville natale de Criciúma. Dos Santos est, en novembre 2021, en fuite, avec un mandat d'arrêt contre lui émis par la Cour suprême. Disciple d'Olavo de Carvalho comme Júlia Zanatta, il a propagé au Brésil des fake news en masse en 2018 et promu des actes antidémocratiques en 2021. Le blogueur Allan Dos Santos a proposé, par le passé, au député fédéral Eduardo Bolsonaro de faire embaucher Júlia Zanatta comme cadre supérieure au ministère des Communications, afin qu'il  obtienne des fonds pour ses réseaux sociaux, émetteurs de fake news.

----------------

Sources : Seeing Red / Global Researchers Against Fascism (GRAF)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette