Un Président et un Gouvernement sourds et aveugles

Ce samedi 28 mars 2020, le glas a sonné pour le peuple français. Il n’y a plus d’espoir à avoir du côté du Gouvernement. Les critiques formulées contre la gestion de crise ne sont pas entendues.

Au cours du point presse Covid-19 de ce jour, le ministre de la santé et le Premier ministre ont démontré qu’ils étaient radicalement coupés du peuple, à un niveau presque inimaginable, disons le, stratosphérique. Pour symboliser le grotesque et le côté presque insultant de ces gens, il aura suffi de voir quelle scientifique, quelle autorité, aura été conviée pour parler du Covid-19 et de l’inexistence d’un traitement : l’inénarrable Karine Lacombe, personnalité dont la neutralité interpelle du fait de ses liens avec des laboratoires pharmaceutiques, mais cela ne gène pas le Gouvernement. L’intervention de cette praticienne est par ailleurs des plus affligeantes quand on revoit sa prestation grossière à la télévision où elle se disait « Outrée » des propos du professeur Raoult sur la chloroquine. Ce dernier a dû apprécier le choix du Gouvernement de s’appuyer sur Mme Lacombe qui visiblement est sous occupée à l’hôpital Saint-Antoine et erre un peu sur les plateaux de télévision.

Que se passe-t-il en France et singulièrement à la tête de l’Etat ? Les extra-terrestres sont ils arrivés sur Terre et ont-ils remplacé ou pris possession du Président, des ministres et d’une partie de l’élite française ? Souvenez-vous de l’Invasion des profanateurs, film de Philip Kaufman : les gens avaient une apparence humaine mais déjà ils n’étaient plus des humains. C’est une boutade bien sûr, mais il y a quelque chose de sérieux dans ce clin d’œil cinématographique : qu’est-il arrivé au Gouvernement pour être à ce point coupé de la réalité ? Une sorte de consanguinité intellectuelle fatale à la France ? Sûrement. Edouard Philippe est conseiller d’Etat, sans doute aussi orgueilleux que le vice-président de cette institution, Bruno Lasserre, mis en examen pour complicité de harcèlement moral, dont les méthodes ont déjà été condamnées par la justice, mais qui reste à son poste. Le Premier ministre n’est pas « armé » intellectuellement pour sortir des schémas établis et pire, pour reconnaître qu’il s’est trompé. D’où sa déclaration du jour : « Je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur les mesures de confinement » (point presse Covid-19). Remise en question nulle, et position contestable d’un point de vue démocratique : dans notre pays, tout le monde a le droit de s’exprimer et de justifier sa position. Enfin, tout le monde, sauf ceux qui pensent qu’il y a eu du retard dans la mise en place des mesures de confinement. En Belgique la chloroquine est autorisée, la faculté de Louvain a validé les travaux du professeur Raoult mais en France, il n’y a pas de traitement d’après nos sommités décidément au plus bas.

Comme je l’avais annoncé dans mon article sur les comités Théodule d’Emmanuel Macron, le Gouvernement se réfugie derrière des « sociétés savantes ». Il se déresponsabilise de ses choix en se prévalant d’avis d’experts. Ces « sociétés savantes » auraient confirmé qu’aucun traitement ne guérissait du Covid-19. Philippe Douste-Blazy, ancien ministre de la santé, peut bien clamer haut et fort que les médecins libéraux doivent pouvoir prescrire de la chloroquine, rien n’y fait, le Gouvernement est dans une autre dimension. Le père de M. Douste-Blazy était membre de l’une de ces « sociétés savantes » (l’Académie nationale de médecine), derrière lesquelles se réfugie peu courageusement le Gouvernement. Autant dire que le fils de l’académicien connait la médecine. Mais rien n’y fait, le Gouvernement gère tout admirablement et ne se trompe pas.

Le problème c’est que les interventions du ministre de la santé et du Premier ministre nous ont révélé une chose édifiante : la « décalée » porte parole du Gouvernement, est en fait à l’image de ce dernier. Ce soir, les ministres nous ont fait du Sibeth Ndiaye grand luxe mais dans le fond, c’est du même acabit : totalement à contre courant de ce qui vit et ressent le pays.

Nous devrons attendre peut-être six semaines pour avoir un médicament, mais lequel ? Sûrement un produit proposé par un laboratoire qui a ses entrées dans les cercles du pouvoir.

Chers lecteurs, vous pensez que la crise a été mal gérée par le Président ? Eh bien, si vous pensez cela c’est que vous êtes ignares, injustes et peut-être même « complotistes », voire dérangés psychologiquement. Emmanuel Macron a déclaré aujourd’hui aux journaux italiens : «J'ai abordé cette crise avec sérieux et gravité dès le début, lorsqu'elle s'est déclenchée en Chine». La messe est dite : arrêtez de râler, fermez la, les sociétés savantes et les vrais spécialistes le disent : tout est bien géré, il n’y a pas de traitement pour l’instant, et le gouvernement français se distingue par la qualité de sa réaction dès le coronavirus connu, il gère admirablement cette crise. Le monde entier envie les Français ! Bon, il y a eu les déclarations de Mme Buzyn, mais elle avait sans doute eu une défaillance psychologique.

Vous avez l’impression d’être méprisés, pas écoutés, considérés comme des gens incapables de comprendre le bien qu’on leur fait ? En fait vous avez raison. On se moque de nous mais voyez-vous, nous sommes des gens qui ne sont rien. Vous pouvez donc écrire, débattre, demander des comptes, exiger que l’on vous prescrive la chloroquine comme dans d’autres pays, sachez que vous ne serez jamais entendus car vous, et moi, ne sommes rien du tout. En 2022, M. Macron sera réélu, il le sait, car il suffira de placer Mme Le Pen face à lui au second tour de l’élection, donc vos critiques ne sont aux oreilles présidentielles que frêles murmures à peine audibles.

Dans mon dernier article, je me demandais qui était vraiment The Omega Man, cet homme seul contre des vents contraires et dangereux. La réponse est tombée ce soir : l’homme seul c’est Didier Raoult. C’est lui seul qui pourra donner un maximum de chances de survie à celles et ceux qui hélas seront positifs au Covid-19.

Nous sommes sur un bateau à la dérive, piloté par des individus coupés de la réalité et incapables de se remettre en question. Notre pays est gravement malade, du Covid-19 et de son gouvernement hors-sol.

Régis DESMARAIS

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.