Blog suivi par 34 abonnés

Le blog de sebastian.nowenstein

  • Après l’assassinat de Samuel Paty. Questions et réponses

    Par | 23 commentaires | 34 recommandés
    Dans à peine quelques jours, nous allons faire face aux interrogations de nos élèves. J’ai voulu m’y préparer en imaginant l’échange ci-après avec les élèves. Je le partage avec vous, car je pense qu’on s’y préparera mieux si on le fait collectivement. Si vous pensez à d’autres questions, si vous avez d’autres réponses, si vous avez des commentaires, n’hésitez pas...
  • Charlie Hebdo dans toutes nos classes ?

    Par | 3 commentaires | 1 recommandé
    Manuel Valls et d’autres ont appelé à montrer les caricatures de Charlie Hebdo dans les écoles. Cette note vise à combattre une telle proposition. Je souhaite montrer que, mis en place, le dispositif défendu par l’ancien premier ministre serait perçu légitimement comme portant atteinte à la liberté de conscience des élèves, comme un abus de pouvoir et comme une forme de châtiment collectif.
  • Peut-on imposer une minute de silence ? Lettre à la Rectrice.

    Par | 3 commentaires | 8 recommandés
    Vouloir défendre la liberté d’expression par l’expression forcée d’un hommage à Samuel Paty recèle une contradiction logique peut-être insurmontable. Que cette expression forcée le soit au moyen d’une injonction assortie de la menace de sanctions accroît la contradiction. La liberté d’expression ne se conçoit que dans la liberté laissée à l’individu de s’exprimer ou de ne pas le faire.
  • Pour un Index des Chercheurs Pernicieux. Lettre au ministre Blanquer.

    Par | 1 recommandé
    Le monde universitaire est coupable. Comment protéger les enseignants, qui pourraient se découvrir à casser la République en deux, alors qu’ils croyaient citer des universitaires reconnus ?
  • Troisième trimestre : une confusion voulue ?

    Par | 1 recommandé
    Notre ministère, peut-être pour ne pas assumer ses responsabilités et échapper ainsi à la critique de l’opinion et à la censure des tribunaux, se défausse sur le niveau local, prié de bricoler des évaluations qui apparaissent comme des notes déguisées. Ces évaluations porteront sur une période pendant laquelle, ainsi que cela a été reconnu, il était impossible de noter.
  • 4% de décrocheurs, vraiment ?

    Par
    Le ministre évoque régulièrement un taux de décrocheurs de 4%. La Direction de l'Évaluation, de la Prospective et de la Performance (DEPP) donne, quant à elle, pour 2015, un taux de décrochage de 13 %. Aurait-on moins de décrocheurs avec une école fermée qu’en temps normal ? Lettre transmise par la voie hiérarchique.
  • Covid-19 et Blanquer: ce que l'on dit, ce que l'on fait

    Par | 2 commentaires | 3 recommandés
    Peut-on se prévaloir d'un avis scientifique et agir en contradiction flagrante avec ce qu'il préconise ? Le ministre Blanquer y parvient. Il n'excipe de l'Avis n° 6 du Conseil scientifique Covid-19 que pour mieux en ignorer la préconisation la plus importante : les écoles doivent ouvrir en septembre. Notre courrier au ministre.
  • Notre -incroyable- réussite collective. Lettre au Dasen de l'Académie du Nord

    Par | 1 recommandé
    Le Directeur académique des Services de l'Éducation nationale (DASEN) du Nord nous a écrit pour nous dire que nous avions réussi au-delà de tout ce que l'on pouvait espérer. Notre "réussite" a, pourtant, un goût amer.
  • Placement de produit de notre collègue Iannis Roder dans sa classe et dans Le Monde.

    Par | 1 commentaire
    Dans une scénette réelle, inventée ou arrangée, on ne sait, Iannis Roder contribue à nourrir la fiction de la continuité pédagogique et donne à voir dans Le Monde comment il a réussi à placer Whatsapp chez ses élèves. On l'en félicite dans ce commentaire de 1000 signes ou moins déposé sous son article.
  • Quand nos inspecteurs veulent créer une usine à gaz. Notre réponse

    Par | 6 commentaires | 8 recommandés
    Nous coordonner lorsque nous sommes une quarantaine à intervenir sur une classe, comme nous le demandent les inspecteurs ? Nous avons écrit à ces derniers pour leur demander s'ils voulaient vraiment qu'on prenne au sérieux leurs injonctions. La surcharge de travail des élèves provient surtout de l'imprécision anxiogène des consignes ministérielles.