Chaque mot est un préjugé.

Le titre de ce billet est une pensée de Friedrich Wilhelm Nietzsche (né le 15 octobre 1844 à Röcken, en Prusse, et mort le 25 août 1900 à Weimard). Ce poète s'est souvent inspiré d'autres philosophes, mais poétiquement. "Every word is a prejudice."

Par exemple, Jean-Jacques Rousseau avait déjà pensé, avant notre poète-philosophe, que: "La raison, le jugement, viennent lentement, les préjugés accourent en foule." De même Chamfort avait pensé que: "Quiconque a détruit un préjugé, un seul préjugé, est un bienfaiteur du genre humain."

Quelques autres pensées de ce poète-philosophe:

"Si ton œil était plus aigu tu verrais tout en mouvement."

"La croyance que rien ne change provient soit d'une mauvaise vue, soit d'une mauvaise foi. La première se corrige, la seconde se combat".

"Le serpent qui ne peut changer de peau, meurt. Il en va de même des esprits que l'on empêche de changer d'opinion: ils cessent d'être esprit." / “The snake which cannot cast its skin has to die. As well the minds which are prevented from changing their opinions; they cease to be mind.”

"Souviens-toi d'oublier." / "Remember to forget": https://timlshort.com/2012/02/04/nietzsche-forgetfulness/

"Deviens ce que tu es. Fais ce que toi seul peut faire."

"Qui ne croit en lui-même, ment toujours." / "Il faut savoir se perdre pour un temps si l'on veut apprendre quelque chose des êtres que nous ne sommes pas nous-mêmes."

“On paie mal un maître en ne restant toujours que l’élève."

“On oublie sa faute quand on l'a confessée à un autre, mais d'ordinaire l'autre ne l'oublie pas."

"He who has a why to live can bear almost any how."

"Il faut avoir encore du chaos en soi pour enfanter une étoile qui danse." / "One must still have chaos in oneself to be able to give birth to a dancing star." [on pense à Paulo Coelho: "L’homme a besoin de ce qu’il y a de pire en lui s’il veut parvenir à ce qu’il a de meilleur." / "Man needs what's worst in him in order to achieve what's best in him."]

“A trop admirer les vertus des autres on peut perdre le sens des siennes propres tant et si bien qu'en ne les exerçant plus, on les oublie complètement sans recevoir pour autant celles des autres en compensation."

"La vertu reste le plus coûteux des vices, il faut qu'elle le reste."

"Et il en est d'autres qui croient qu'il est vertueux de dire: "La vertu est nécessaire"; mais ils ne croient au fond qu'une seule chose, c'est que la police est nécessaire."

"Qui vit de combattre un ennemi a tout intérêt de le laisser en vie."

"La conscience est la dernière et la plus tardive évolution de la vie organique, et par conséquent ce qu'il y a de moins accompli et de plus fragile en elle."

"La maturité de l’homme, c’est d’avoir retrouvé le sérieux qu’on avait au jeu quand on était enfant."

"La folie est quelque chose de rare chez l'individu; elle est la règle pour les groupes, les partis, les peuples, les époques."

Les insectes piquent, non par méchanceté, mais parce que, eux aussi, veulent vivre; il en est de même des critiques; ils veulent notre sang et non pas notre douleur.”

"Des femmes peuvent très bien lier amitié avec un homme; mais pour la maintenir, il y faut peut-être le concours d'une petite antipathie physique".

"Croyez-moi ! Le secret pour récolter la plus grande fécondité, la plus grande jouissance de l'existence, consiste à vivre dangereusement!"

"Je suis trop fier pour croire qu’un homme m’aime. Cela supposerait qu’il sache qui je suis."

"La souffrance d’autrui est chose qui doit s’apprendre: et jamais elle ne peut être apprise pleinement".

"Dans la vengeance et en amour, la femme est plus barbare que l'homme".

"La familiarité irrite chez un supérieur, parce qu'on ne peut la lui rendre."

"Nul vainqueur ne croit au hasard."

"Tout ce qui a son prix est de peu de valeur."

"Créer - voilà la grande délivrance de la souffrance, voilà ce qui rend la vie légère."

“A force de vouloir rechercher les origines, on devient écrevisse. L'historien voit en arrière; il finit par croire en arrière."

"Voilà un envieux: ne lui souhaitez pas d'enfants; il serait jaloux d'eux parce qu'il ne peut plus avoir leur âge."

"On ne reste parfois fidèle à une cause que parce que ses adversaires ne cessent d'être insipides."

"D’aimer le prochain, mes frères, je ne vous conseille, mais d’aimer le lointain."

"Tout amour pense à l'instant et à l'éternité, mais jamais à la durée."

"On en vient à aimer son désir et non plus l'objet de son désir."

“Dans la plupart des amours, il y en a un qui joue et l'autre qui est joué; Cupidon est avant tout un petit régisseur de théâtre."

Qu'est-ce donc que l'amour, si ce n'est de se comprendre et de se réjouir en voyant quelqu'un d'autre vivre, agir et sentir différemment de nous, parfois même à l'opposé ?”

“Ce qu'on fait par amour l'est toujours par-delà le bien et le mal."

“Il est plus facile de renoncer à une passion que de la maîtriser."

“La connaissance est pour l'humanité un magnifique moyen de s'anéantir elle-même."

“Une belle femme a tout de même quelque chose de commun avec la vérité: toutes deux donnent plus de bonheur lorsqu'on les désire que lorsqu'on les possède."

“Jamais encore la vérité ne s’est accrochée au bras d’un intransigeant."

"Les vérités sont des illusions dont on a oublié qu'elles le sont."

"Les convictions sont des ennemis de la vérité plus dangereux que les mensonges."

“On ment bien de la bouche, mais avec la gueule qu'on fait en même temps, on dit la vérité quand même."

"L’Etat est le plus froid des monstres froids. Il ment froidement; et voici le mensonge qui s’échappe de sa bouche: Moi l’Etat, je suis le peuple."

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.