Blog suivi par 18 abonnés

Will Summer - Sum Liber

Activiste freelance
Chez moi - Gaïa
Mots-clés
  • Boubacar Boris Diop, réflexions sur la question malienne

    Par
  • Le bombardement du Mali met en lumière toutes les leçons à tirer des interventions occidentales

    Par
    Par Glenn Greenwald, le 14 janvier 2013La nation ouest-africaine devient le huitième pays, au cours des quatre dernières années, où des Musulmans sont tués par l’Occident. Alors que des avions de guerre français bombardent le Mali, il y a une statistique toute simple qui apporte le contexte-clé: cette nation ouest-africaine de 15 millions d’âmes est le huitième pays dans lequel des puissances occidentales – au cours des seules quatre dernières années – ont bombardé et tué des Musulmans – après l’Irak, l’Afghanistan, le Pakistan, le Yémen, la Libye, la Somalie et les Philippines (ce qui n’inclut pas les nombreuses tyrannies mortelles soutenues par l’Occident dans cette région). Pour des raisons évidentes, la rhétorique selon laquelle l’Occident n’est pas en guerre devient de plus en plus creuse avec chaque nouvelle extension de ce militarisme. Mais par-delà cette nouvelle campagne de bombardements massifs, il est possible de trouver la plupart des leçons vitales à tirer de l’intervention occidentale qui, typiquement, sont obstinément ignorées.
  • Côte d'Ivoire: ces documents qui accablent la France

    Par | 1 commentaire
    Par Maurice TchassoDes câbles issus des services de renseignements et de la diplomatie française ont été publiés exclusivement aujourd’hui par Inner City Press sur son site Internet (www.innercitypress.com/frun1cote040811.html). Ces documents mettent à nu les manigances ombrageuses de la France, dans la crise ivoirienne de sa naissance à nos jours.Cela passe par la manipulation de L’ONU et la communauté internationale à travers des rapports éhontés sur le dispositif militaire ivoirien, l’organisation de la rébellion et la stigmatisation des leaders jeunes déterminés à s’affranchir désormais de la colonisation.
  • Etude norvégienne: Les effets biologiques des retombées de la géo-ingénierie sur la vie végétale

    Par | 5 commentaires | 1 recommandé
    L’étude traduite et recopiée ci-dessous a été préparée par des chercheurs norvégiens. Elle contribue à documenter quelques-uns des effets hautement néfastes des programmes de GSA (géo-ingénierie stratosphérique par aérosols) et de GRS (gestion des radiations solaires) en cours. Il ne subsiste désormais plus de sources « organiques » de nourriture. Tout a été pollué avec les métaux toxiques et les produits chimiques qui sont émis par les programmes mondiaux de vaporisation d’aérosols. Certains des éléments toxiques que nous sommes contraints d’ingérer dans notre alimentation ont été identifiés, d’autres sont sans doute encore inconnus.
  • Bill Gates finance un programme d’ensemencement des nuages avec des particules toxiques

    Par | 5 commentaires | 3 recommandés
    Par Ethan Huff, le 25 juillet 2012Les géo-ingénieurs commencent enfin à sortir du placard à « chemtrails », alors que des rapports émergent qui décrivent des projets délibérés visant à larguer des tonnes et des tonnes de produits chimiques sulfurés dans l’atmosphère avec le but annoncé de combattre le « réchauffement climatique ».Le journal « The Guardian » du Royaume-Uni et d’autres rapportent qu’un fonds de recherche pesant des millions de dollars, qui se trouve avoir été initié et financé par le fondateur de Microsoft et avocat des vaccinations en masse Bill Gates, sert à promouvoir et financer ce projet. Un gros ballon flottant à 25000m au-dessus de Fort Sumner, au Nouveau-Mexique, lâchera les produits sulfurés dans l’atmosphère au cours de l’année à venir.Le but présenté pour cette diffusion massive de particules sulfurées toxiques est que cette action reflèterait le rayonnement solaire dans le haut-atmosphère, et refroidirait donc la planète. Mais beaucoup de groupes de défense de l’environnement, et des avocats du bon sens critiquent cette idée en la décrivant comme dangereuse, et qu’elle pourrait résulter en des dommages permanents aux écosystèmes à travers le monde.« Les résultats incluent un potentiel pour endommager davantage la couche d’ozone, et la disruption des précipitations, en particulier dans les régions tropicales et subtropicales, mettant potentiellement en danger l’approvisionnement alimentaire de milliards d’êtres humains », a dit Pat Mooney, directeur exécutif de l’ETC Group, un groupement canadien de défense de l’environnement.