Le nonce, Sodoma et les prières de rue

Le nonce du Vatican à Paris a été jugé pour agressions sexuelles, mais cette affaire n’est qu’une faible partie de l’iceberg que Frédéric Martel a magistralement décrit dans Sodoma. Avec le confinement, des catholiques prient dans la rue : les identitaires se taisent.

Luigi Ventura, nonce apostolique en France. Sur le site de France Inter. Luigi Ventura, nonce apostolique en France. Sur le site de France Inter.
Mardi dernier, au procès de l’ancien nonce (ambassadeur) du Vatican à Paris, Luigi Ventura, le procureur a requis dix mois de prison avec sursis. Car le prélat avait à plusieurs reprises mis la main aux fesses à des jeunes hommes non consentants. Courageux, ayant fui à Rome, il a dit qu’à cause du Covid, il ne pouvait revenir à son procès. On le soupçonne d'avoir couvert les scandales de violences sexuelles qui eurent lieu au Chili alors qu’il était en poste dans ce pays (voir le film El Club de Pablo Larrain). Au même moment, on apprend que le Vatican a longtemps protégé un cardinal abuseur l’américain McCarrick (à l’encontre de mineurs et aussi de séminaristes, qu’il tenait en coupe réglée).

Je conseille la lecture de Sodoma de Frédéric Martel (Robert Laffont 2019, édition poche 2020) : il cite le propos d’un ambassadeur auprès du Saint-Siège qui lui confie qu’au Vatican « il y a beaucoup de gays : 50 %, 60 %, 70 % ? Personne ne le sait. Mais vous constaterez que, parmi les nonces, ce taux atteint des sommets » (page 537). Ainsi, Frédéric Martel montre que dans les arcanes de l’Eglise catholique, la plupart des prélats sont de tendance homosexuelle (homophile) ou carrément pratiquants (une bonne partie de la prostitution masculine à Rome a pour clientèle des prêtres, le Vatican étant le lieu au monde où il y aurait la plus grande concentration d’homosexuels, bien davantage que dans les quartiers gays de San Francisco ; au début des années 90, le taux de séropositivité dans une cohorte de séminaristes était de 38 %).

sodoma
L’auteur explique que la prêtrise, du fait du célibat forcé qui n’interdit que de faire commerce avec les femmes (d’où une misogynie marquée chez beaucoup), a été longtemps un des rares refuges pour des jeunes éprouvant une attirance pour les hommes (c’est moins vrai aujourd’hui, la pression sociétale étant moindre, ce qui expliquerait en partie la baisse des vocations). Enquête stupéfiante, très documentée, des noms défilent, l’auteur rencontre des centaines de protagonistes, il recueille d’importantes confidences. Au bout de 50 pages, on a compris : le Pape François (il le savait avant d'être intronisé) est confronté à une Église en train d’exploser du fait d’une hypocrisie incroyable : une grande majorité de prélats, vivant dans des palais luxueux et luxurieux, ayant un train de vie de divas, enfermés dans leur tour d’ivoire, insensibles à la détresse humaine, sont homos tout en menant une chasse schizophrénique à l’encontre des gays ! Pire : plus ils sont anti-homos plus cela est le signe de leur homosexualité ! Les tolérants envers les gays (gay-friendly)… sont les prélats hétéros. Le livre se lit ensuite par curiosité, comme un thriller, presque avec suspens, on se demande à chaque page ce qui va être encore révélé, car l’auteur (homo lui-même ce qui a facilité ses investigations, dit-il) mène de façon magistrale son enquête de… 966 pages !

Ce qui est étonnant c’est que des catholiques me semblent ne rien ignorer de cette situation, sans avoir lu Sodoma, considérant que c'est tout simplement la conséquence du célibat des prêtres ! Un point c'est tout.

Les Cathos sont dans la rue

cathos
Des catholiques se plaignent de ne pouvoir exercer leur culte, à cause du confinement, et manifestent. Il y a quelques jours, certains d’entre eux ont prié dans la rue à Versailles, et également ce dimanche 15 novembre. En espérant qu’aucun d’entre eux n’ait protesté quand des musulmans ont dû prier dans la rue à Clichy, à un moment où ils ne disposaient d’aucun local. Causeur, le RN, Minute, la fachosphère et quelques autres, qui poussaient des cris d’orfraies pour Clichy, n’ont encore rien dit pour Versailles.

Par ailleurs, des prêtres organisent des messes virtuelles en visio. Ayant consulté le site du Secours Catholique-Caritas pour étudier leur rapport sur la pauvreté publié le 12 novembre (en vue d’un prochain article sur ce blog), voilà-t-il pas que je reçois un post Facebook m’invitant à une messe ! Réactifs les cathos ! 

Reçu sur mon mur d'accueil Facebook Reçu sur mon mur d'accueil Facebook

 

. Ces deux chroniques sont parues sur mon compte Facebook les 13 et 15 novembre. La première est ici complétée par rapport à sa version initiale.

Billet n° 582

  Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Parcours et démarche : ici et .

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr ; Lien avec ma page Facebook ; Tweeter : @YvesFaucoup

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.