"Bien-être animal" vu par le Droit et les Sciences politiques

Le 28 mai prochain, une journée est organisée par Lauren Blatière, Professeure de Droit public, Faculté de droit, d’économie et de gestion d’Angers et Sonia Desmoulin, Chargée de recherche CNRS, UMR 6297 Droit et Changement Social CNRS/Université de Nantes, afin de montrer l'incidence des revendications en faveur du bien-être animal sur le droit de l'Union européenne.

"Bien-être animal" vu par le Droit et les Sciences politiques ou l'incidence des revendications en faveur du bien être animal sur le Droit européen

La Charte d'éthique sur le bien-être animal formulée par G. Le Foll, ex Ministre de l'agriculture et toujours en vigueur dans les Laboratoires d'expérimentation scientifique, comporte des articles très discutables. Il en a été rendu compte dans deux articles en 2017 :

https://blogs.mediapart.fr/edition/droits-des-animaux/article/070915/lethique-dans-lexperimentation-animale-un-ecran-de-fumee

(nb : la mise en page qui n'est pas au top)

https://blogs.mediapart.fr/edition/droits-des-animaux/article/230915/lethique-dans-lexperimentation-animale-suite-et-fin

Le Téléthon prisé par les Français à la télévision participe à la pérennité de ces laboratoires :

https://blogs.mediapart.fr/edition/droits-des-animaux/article/021216/le-telethon-tue

Dans les élevages industriels, les animaux sont immobilisés, entassés; lorsqu'ils souffrent d'infections, ils sont bourrés d'antibiotiques, ceux qui meurent avant leur utilisation comme marchandise sont jetés à la poubelle et pourtant les éleveurs assurent qu'ils font tout pour leur bien-être. Les chasseurs, n'en parlons pas, ils n'en ont aucune notion. Les dompteurs dans les cirques ne pensent qu'à leur ego surdimensionné, l'animal martyrisé, dressé, n'est qu'un faire-valoir. Les vétérinaires censés être vigilants sur leur situation sanitaire et donc leur bien-être ne répercutent que ce qu'on leur donne le droit de dire. Marché oblige.

C'est pourquoi la question de savoir de quel "bien-être" il s'agit en réalité doit être porté au plus haut niveau. S'agit-il du bien-être des animaux ou de ceux qui s'en occupent ?

Le foie gras tant prisé pour les jours de fêtes :

https://blogs.mediapart.fr/edition/droits-des-animaux/article/100119/le-foie-gras-face-au-bien-etre-animal

Les grandes et petites "bourgeoises", fans de mode et/ou amoureuses du luxe :

https://www.vegactu.com/actualite/horreur-des-reptiles-vivants-decoupes-pour-les-sacs-hermes-20462/

Ceux qui aiment manger de la viande aiment aussi être aveugles :

https://blogs.mediapart.fr/edition/droits-des-animaux/article/300620/cruaute-labattoir-le-pouvoir-darreter-ca

Il y aurait aussi beaucoup à dire sur les élevages intensifs dans des fermes spécialisées pour "alimenter" les bois et les forêts d'animaux afin de satisfaire les chasseurs et leur goût de tuer. Leur dernière publicité que l'on peut voir sur de grands panneaux le long des routes : "Un monde sans chasse = proliférations et dégâts" est un Mensonge élevé au diapason et soutenu par le chef du Gouvernement.

Le XXIème siècle n'a pas encore commencé*...

* allusion à  "Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas" (A. Malraux)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.