La direction de la RATP ment, sur ordre venu d'en haut.

Depuis le début du mouvement, la direction utilise les cadres et les conducteurs de la RG ( réserve générale), prêts à intervenir dans toutes les conditions en échange de primes et d'avantages particuliers. Avec ces "roulants" et des non-grévistes, elle fait circuler des rames sur différentes lignes et crée l'illusion d' un fonctionnement moins perturbé qu'il ne l'est en fait.

manif-ratp-28-de-cemebre

 Ce lundi 30 la RATP annonce, à grand renfort de communication, une "amélioration du trafic", laissant entendre que la grève s'effrite.

En réalité, malgré la difficulté de tenir aussi longtemps, le taux de grévistes reste stable: il y a plus de 90% de grévistes, comme le confirme Laurent Djebali, responsable UNSA RATP. La participation d'agents RATP était forte et combative lors de la manifestation du samedi 28 à Paris.

L'opération de ce jour constitue un bluff inscrit dans la guerre de communication engagée par le gouvernement contre les cheminots et les agents de la RATP. La manipulation est facilitée par la faible fréquentation du métro en cette semaine d'entre Noël et le jour de l'An.

On notera que métros, bus et trains sont des secteurs visés par des projets de privatisation dans les prochaines années. D'où la hargne du pouvoir dans ces secteurs qui subissent déjà des conditions de travail difficiles ( voir ici à propos de ceux du métro) . Cela s'accompagne d'une stigmatisation de la CGT et de Solidaires, dénoncés et calomniés par la vedette anti-grève du gouvernement, Jean-Baptiste Djebbari.

Soyons solidaires de ces grévistes, notamment en soutenant les cagnottes et caisses de grève. Il luttent contre un projet injuste et inéquitable qui vise à faire travailler les salariés plus longtemps et, de fait, à avoir une pension moins élevée qu'aujourd'hui. Les grévistes se battent pas seulement pour se défendre eux-mêmes mais pour défendre l'ensemble des salariés du pays. 

lac-des-cygnes-gre-ve

Notons l'échec de la manoeuvre de division du gouvernement en direction des danseuses et danseurs de l'Opéra. Ils et elles refusent que la "réforme" soit appliquée à celles et ceux embauchés à partir de 2022. En effet les risques et la pénibilité demeureront les mêmes: les blessures la pénibilité, les 15 à 18h de répétitions épuisantes par jour ne disparaîtront pas en 2022. Elles ont déjà fait une démonstration fabuleuse en présentant le Lac des Cygnes sur le parvis de l'Opéra. Voici une deuxième démonstration tout aussi forte

 

 

 

 Voir nos articles précédents " Social d'abord"

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/161219/face-aux-nouvelles-infamies-dedouard-philippe-dans-la-rue-le-17

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/091219/la-reforme-des-retraites-revelee-par-les-scandales-de-delevoye

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/081219/edouard-philippe-se-moque-du-monde

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/041219/ratp-des-privilegies-qui-souffrent 

https://blogs.mediapart.fr/albert-herszkowicz/blog/261119/5-decembre-les-mensonges-de-macron-et-dominique-caissiere-dans-un-supermarche

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.