B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

268 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 nov. 2018

Service national : une consultation tronquée, malhonnête, qui ne convainc personne

Un Blanquer évidemment dithyrambique lors de la remise du rapport sur la consultation relative au SNU. Pourtant, à la lecture, ce rapport superficiel et surréaliste renforce toutes les réserves déjà émises sur la nature de cette « consultation », en réalité, une pure opération de communication.

B. Girard
"Au lieu de se surveiller, l'éducateur surveille les enfants et c'est leurs fautes qu'il enregistre et non les siennes." (J. Korczak)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un Blanquer évidemment dithyrambique lors de la remise du rapport sur la consultation relative au SNU (Service national universel) : « l’objectif de brassage social, géographique et culturel suscite une grande adhésion », explique le ministre de l’Education et de la Défense nationale. Pourtant, à la lecture, ce rapport superficiel et surréaliste renforce toutes les réserves déjà émises sur la nature de cette « consultation », en réalité, une pure opération de communication.

En précisant d’emblée qu’ « il ne s’agissait pas de consulter les parties prenantes sur l’opportunité de mettre en place un SNU mais bien d’en préciser les contours », les auteurs du rapport confirment que les différentes étapes de la concertation n’ont jamais eu pour objet d’en discuter le principe – notamment celui du mois d’internement obligatoire – mais de donner l’illusion du débat, de la prise en compte des différents points de vue, alors que les décisions ont été prises unilatéralement en dehors de tout cadre démocratique.

Même si la première étape (« consultation des parties prenantes ») fut étroitement encadrée par les autorités, le rapport n’arrive pas à dissimuler la méfiance manifestée par les jeunes pour le projet mais c’est pour ajouter : « très peu informés sur le SNU (...) les plus souvent hostiles au premier abord… [les jeunes] se sont majoritairement impliqués dans l’élaboration d’un système permettant le développement de leur autonomie ». Ou encore : «si, de prime abord, le SNU a suscité des réactions réservées, voire, dans certains cas, un rejet marqué (…), une fois ses contours précisés, on constate que sa perception s’améliore significativement ». Un élément de langage largement utilisé tout au long du rapport et destiné à prouver le bien fondé de cette campagne d’information à sens unique ; c’est bien connu, tenus d’une main ferme, les jeunes font tout ce qu’on leur demande… surtout si, comme la chose semble se préciser, l’âge requis pour le service obligatoire était abaissé à 15 ans ! C’est d’ailleurs la seule information nouvelle apportée par le rapport : « une étape initiale, portée sur l’acculturation à l’engagement (sic), créera l’entrée obligatoire dans le service. Accomplie dans la seizième année (c’est-à-dire à 15 ans), elle sera d’une durée d’un mois maximum… » En quelques mois l’âge requis pour le service national sera donc passé de 26 à 18 ans, puis à 16 ans enfin à 15 ans. On voit ainsi se mettre en place quelque chose qui ressemble à un embrigadement forcé au niveau de la classe de seconde, un choix qui s’explique par la moindre contestation attendue des plus jeunes moins organisés que leurs aînés. Mais un choix sordide.

Cette méfiance et cette hostilité ne se retrouvent évidemment pas chez les représentants du secteur économique (consultés dans le cadre de la seconde étape) qui, au contraire, « ont exprimé une adhésion massive au SNU », sans doute motivée par la perspective de disposer d’une main d’œuvre docile et bon marché, embauchée dans le cadre de contrats précaires prévus dans la période d’engagement.

La consultation « de masse », organisée conjointement par le ministère de l’Education et celui des armées, dans une même communauté d’objectifs, s’appuie à la fois sur un questionnaire distribué dans le cadre de la JDC (journée défense et citoyenneté) mais aussi sur l’inénarrable enquête en ligne, déjà évoquée sur ce blog, confiée à Opinionway. Une enquête dont il faut rappeler, que théoriquement censée recueillir l’opinion des moins de 26 ans, elle fut en réalité ouverte à tous puisque ne requérant aucune authentification préalable. On se demande dans ces conditions comment le rapport peut alors avancer un total de 30 334 répondants « dont 25 349 jeunes de moins de 26 ans » ! En réalité une arnaque en ligne sur laquelle la CNIL ne manquera sans doute pas de se pencher…

Pourtant, en dépit de toutes les précautions, l’enthousiasme des jeunes ne semble pas au rendez-vous : « la consultation de masse – ajoute le rapport – montre une réticence par rapport au projet de SNU (…) Le caractère obligatoire et la durée sont les principaux freins exprimés par les jeunes. » De même, pour les associations dont les « critiques se concentrent principalement sur le caractère obligatoire du SNU, auquel il est reproché de faire de celui-ci une sorte de sanction, alors que l’engagement doit demeurer un choix personnel volontaire. » Un doute s’insinuerait-il dans l’esprit des rapporteurs ?

De fait, enrobé dans une rhétorique très bureaucratique, le rapport ne peut éviter un certain nombre de questionnements posés avec une forme de naïveté qui, compte tenu de l’objet de sa mission, touche à la schizophrénie. En vrac :

- « Le coût budgétaire du projet, même s'il est difficile à estimer de manière détaillée aujourd'hui, est nécessairement élevé… » Le premier rapport de travail de cette même commission évoquait un coût annuel de « quelques milliards d’euros », sans plus de précision.

- « Le financement du projet pourrait créer un effet d'éviction sur les crédits de l'éducation ou de la formation. » C’est déjà commencé, avec la suppression des postes à l’Education nationale.

- « Le tissu associatif, éprouvé par de constantes rigueurs budgétaires, s'interroge sur la nature d'une collaboration nécessaire qui sera forcément de grande ampleur, alors qu'il peine à faire face aux sollicitations actuelles… » Une interrogation qui, pour l’instant, n’effleure ni la Ligue de l’enseignement ni la fédération Léo Lagrange.

- « L'invocation d'un service national, en Europe et dans un monde globalisé, peut apparaître comme rétrograde (…) Le concept même de service national serait obsolète. (…) Des obligations imposées d'en haut à la jeunesse ne correspondent pas à ses attentes. » Si maintenant, même les promoteurs du projet le disent…

Ce rapport, finalement peu consistant, apparaît comme très emblématique de la démarche du gouvernement qui persiste dans son intention d’imposer un dispositif dont la nature dogmatique et brutale tranche avec l’amateurisme de la réalisation. On comprend que Blanquer en ait été choisi comme maître d’œuvre…

Le SNU sur ce blog :

- Ligue de l'enseignement et Léo Lagrange au garde-à-vous pour le service national
- Le service national contre l'ennemi de l'intérieur
- Obligatoire, militarisé et punitif, le SNU est d'abord une servitude militaire
- Service national universel : surveiller et soumettre
- Financement du service national : 1800 postes supprimés dans l'éducation

- Service national : un projet qui vise les plus jeunes, toujours plus jeunes
- Eté 2018 : dernier été de liberté pour les 16-18 ans ?
- Service national : internement obligatoire confié à l'Education nationale

- Les députés et le service national : l'école en première ligne
- Service national Macron : une France qui a peur de sa jeunesse

- Brassage social : la grosse arnaque du service national
- Une consultation en ligne pour les dupes

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique