Blog suivi par 15 abonnés

Le blog de Bertrand de Kermel

  • Résumé de quatre articles sur la mondialisation et la perte de souveraineté

    Par | 1 commentaire | 6 recommandés
    Voici un résumé de quatre articles publiés à la fois dans le journal Economie Matin, et sur mon blog personnel, ci-dessous. Il contient les quatre liens hypertextes qui mèneront le lecteur sur Economie Matin. Ces quatre articles sont destinés au grand public. Il sont donc extrêmement faciles à lire, surtout si on les prend dans le bon ordre. Vous verrez qu’on peut parler de désastre.
  • Cour Internationale d’Arbitrage: les Parlements contrôlés par les multinationales

    Par | 5 commentaires | 14 recommandés
    Voici le quatrième article sur la mondialisation. Il traite du système de Cour Internationale d'Arbitrage imposé aux peuples par le CETA, pour les transformer en assureurs gratuits des multinationales pour garantir leurs investissements. Mutualisation des risques sur les classes moyennes. Privatisation des profits pour les actionnaires. Non. Non et non.
  • libre échange: le point clé d’un bon accord est un mandat de négociation précis

    Par | 1 recommandé
    Après un premier article publié avant hier intitulé : « Souveraineté, l’Elysée est très inquiet », un deuxième publié hier sous le titre : « Perte de souveraineté : par quels mécanismes ? »,  voici le troisième consacré à la récupération de notre souveraineté perdue. Elle passe par une remise à plat de la mondialisation économique via des réformes radicales
  • Perte de souveraineté : par quels mécanismes ?

    Par | 1 recommandé
    La France et l’Europe ont bel et bien perdu une grande part de leur souveraineté. Par quels mécanisme ce "vol" au détriment de notre Nation souveraine a t-il pu se produire ? C'est hélas assez simple.
  • Souveraineté : l’Elysée est très inquiet

    Par | 2 recommandés
    Ce premier article montre qu’en raison des accords de libre-échange, la République Française et les autres membres de l’Union Européenne ont perdu des pans entiers de leur souveraineté, qui ont été captés par les multinationales. Bien qu’Einstein ait fait de cette attitude la définition de la folie, l’Europe pense qu’il faut au continuer dans le même sens pour améliorer les choses (1)
  • MERCI POUR CE MOMENT (VOTE DU CETA)

    Par | 4 commentaires | 8 recommandés
    Les grands perdants sont les générations actuellement en maternelle. Une fois adultes, ils découvriront le droit ne leur permet plus de décider ce qu’ils veulent, comme ils le veulent, dans leur propre pays et dans des délais raisonnables. MERCI aux vieux qui nous ont piégés, diront-ils.
  • CETA : UNE TRISTE VICTOIRE DES DEPUTES

    Par | 3 commentaires | 4 recommandés
    Ce qui se joue est beaucoup plus fondamental que la ratification d'un simple accord. C’est le choix du modèle économique que veut nous imposer l’Europe, alors même qu’il n’est déjà plus sous contrôle démocratique aux Etats Unis, selon le Président Macron. Car le CETA sera le modèle des futurs accords. Le néo libéralisme sera irréversible.
  • démocraties : vers le coup de grâce

    Par | 1 commentaire | 2 recommandés
    Le Président de la République française vient de constater que le pouvoir politique américain est passé sous le contrôle du monde marchand. Cela vaut aussi pour l'Europe. Bruxelles veut aller plus loin encore, et ressusciter « l’accord multilatéral d’investissement » qui a mis les français dans la rue en 1995. (Voir AMI sur wikipédia).
  • Oui le monde marchand a pris le contrôle de  nos démocraties.

    Par | 2 commentaires | 1 recommandé
    Lors du Salon Vivatech, le Président de la République française reconnaît officiellement que le modèle économique américain est complètement piloté par des grands acteurs privés et qu’il n’est plus sous contrôle démocratique. Evidemment, il en va de même pour l'Europe, quoiqu'en dise Emmanuel Macron pour rassurer.
  • Mondialisation : vers un désastre irréversible

    Par | 3 recommandés
    L'Europe engage des négociations commerciales avec les Etats Unis, tournant le dos à sa doctrine unanime : « ne signons pas d’accord de libre-échange avec un pays qui ne respecte pas l’accord de Paris sur le climat ». Le message envoyé aux jeunes, est clair : « le business à court terme passe avant le climat. Votre avenir est secondaire. Après nous le déluge».