Édition suivie par 22 abonnés

Ecrire aujourd'hui

1 rédacteur

À propos de l'édition

La littérature correspond à des écritures diverses, à des pratiques multiples, parfois divergentes. Elles impliquent un point de vue sur le monde et sur ce qu’est le monde aujourd’hui – ce qu’il est,

ce qu’il peut être, ce qu’il pourrait être. Cette édition de Mediapart proposera, durant une période d’un an, des contributions inédites d’écrivains qui, de manière subjective, personnelle, écriront sur leur pratique, sur ce que signifie pour eux écrire aujourd’hui. Il ne s’agira pas de définir « la littérature » mais d’explorer des écritures singulières qui énonceront, chacune pour son compte, ce que fait la littérature, ce qu’elle fait aujourd’hui, pour soi. Cette édition se présentera donc aussi comme un panorama nécessairement multiple de ce que pourrait être aujourd’hui.

  • Édition Ecrire aujourd'hui

    La somme de mes évitements, par Manuel Candré

    Par | 1 commentaire
    Maintenant imaginez une terre de sable cernée par les eaux pacifiques et, sur cette langue, un arbre parfaitement conifère. Au pied de l’arbre dont les racines se dressent en l’air en de noueuses parades pour plonger plus profondément dans le sol, un morse est venu s’échouer. Pratiquant le morse, comme vous et moi le français, le morse soumet toute son énergie graisseuse à répondre à cette unique question par des suites de traits courts et longs (qui, pour le confort du lecteur, ont été ici traduits).
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Ecrire pour tous – Une émission de Pierre Dumayet

    Par | 18 commentaires | 10 recommandés
    Pierre Dumayet – Bonjour à tous, aujourd’hui nous sommes réunis sur ce plateau pour tenter de comprendre ce que veut dire écrire aujourd’hui. Pour débattre sur ce thème d’aujourd’hui nous avons invité des invités…Les invités – Bonjour, Bonjour, Enchanté, Ouaf, Bonjour, Bonjour
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Qui sort de la bouche, par A.C. Hello

    Par | 1 recommandé
    Avant d'être édités par les éditions Fissile et Al Dante, les textes originaux Paradis remis à neuf et Naissance de la gueule ont déjà été « déformés » par des improvisations orales multiples, à la radio ou sur scène. Ces textes, édités et figés par l'impression papier, seront encore, dans le futur, soumis à des improvisations orales multiples et encore transformés. C'est pour cette raison que Paradis remis à neuf est sous-titré matériau sonore.
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    La littérature au cochonnet, par Marie de Quatrebarbes

    Par | 1 recommandé
    Il y a un tir, la couleur de ce tir et l’effroi qui l’a libéré, qui le diffuse lentement et, dans la couleur de ce tir, comme une infiltration où quelque chose de plus fort se décroche et parvient au-devant de son terme.
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Jouer aux échecs, prendre des photos

    Par
    Un jour Gilles Ballot est venu jouer chez moi. Nous avons treize ans, c’est une amitié « de loin » car Gilles est ombrageux, colérique et bagarreur.
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Théorie des ensembles souterrains, par Sylvain Courtoux

    Par
    Si je revendique (comme je le fais) le terme de "poète" et si je le fais sciemment en l'accolant au terme de "poète d'avant-garde" - qu'est-ce que ça dit de la situation à la fois symbolique + matérielle et du rapport au monde de quelqu'un qui écrit, en employant de tels mots, en 2015?
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Ecrire n'est pas écrire, par Yannick Torlini

    Par | 3 commentaires
    Ecrire n’est pas écrire. Ecrire n’est pas ça, n’est pas l’idée même d’écrire, de former des lettres, des mots, des signes. Lorsque je dis « écrire », je n’écris pas, je désigne un acte flou, mouvant, indistinct.
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Colère blanche, par Patrick Varetz

    Par | 10 commentaires | 4 recommandés
    Je peux crier, sans savoir pourquoi je crie, sans douleur réelle. J’attends d’être seul, et j’extrais du corps ce long hurlement jusqu’à l’entendre. Je rentre chez moi en catastrophe, et je me réfugie dans le salon, à la fin de l’après-midi, avec ce besoin imminent d’exploser.
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Pas apache et passeport ambulatoire, par Véronique Vassiliou

    Par
    Il suffit d'une fracture du radius pour perdre sa droite et le nord - Quand la fracture se complique d'un nerf coincé dans un canal, ça part à vau l'eau – Son gauche n'en devient pas plus fort - Un gauche faible – Si gauche – Et c'est ainsi qu'on tourne autour de son nombril déplacé à bout de bras pour comprendre qu'écrire n'est pas qu'une affaire de cerveau – Qu'il s'agit d'un sport en tension cerveau-doigts sans passer par la case bouche en chœur et donc langue – Pas d'oral dans cette histoire, pas d'expression buccale – Juste une salade-soupe, mijotage, ébullition puis transformation – Des yeux aussi, ça c'est sûr, pour les espaces.
  • Édition Ecrire aujourd'hui

    Maintenant, par Olivier Steiner

    Par | 5 commentaires | 2 recommandés
    Le 27 août 2015, Clinique d'Orgemont à Argenteuil. Il est très tôt, je me suis réveillé vers 4 heures, pour écrire. Je suis dans une phase d'écriture, j'ai la tête qui fourmille et mal au dos, ça ne s'arrête jamais, nuit et jour. Ça faisait longtemps que ça n'était pas arrivé, j'ai été sec, aphone, stérile pendant plusieurs semaines.