Billet de blog 16 déc. 2021

Hebdo #112 : faut-il avoir peur de la peur ?

« La peur règne partout. La peur de mourir, la peur d’être malade, la peur de l’amende, la peur de l’autre, la peur du contact, la peur d’être dénoncé, d’être viré, d’être exclu, désigné responsable ». La peur comme émotion primitive qui protège peut-elle nous permettre de survivre ou d’échapper au danger qui nous guette ? La peur, bonne ou mauvaise conseillère ?

Guillaume Chaudet Foglia
Journaliste - Le Club Mediapart
Journaliste à Mediapart

« La peur donc, règne partout. La peur de mourir, la peur d’être malade, la peur de l’amende, la peur de l’autre, la peur du contact, la peur d’être dénoncé, d’être viré, d’être exclu, désigné responsable. Bravo, magnifique réussite sociétale. » constate le cinéaste Laurent Billard dans son billet De la peur.

Quai du métro Belleville en 2007 © Pol

Peur du vide, peur du trop-plein aussi. Si la peur n'est jamais véritablement analysée en tant que telle, elle est le plus souvent instrumentalisée par des politiciens proliférant autour du thème de l'insécurité, ou de la xénophobie et du bouc émissaire. Pourtant la peur est indissociable de qui nous sommes et comment nous nous constituons en tant que groupe.

« Oui, j'ai peur. Pas de mourir, pas de vieillir. Juste peur, comme une ombre planant sur ma vie. Peur de vivre dans un monde de plus en plus exigu, avec ses pensées binaires, le bien, le mal. Un monde gouverné par les extrêmes. Gouverné par les chancres d'une pensée exclusive persuadé qu'ils sont d'avoir la solution », prolonge Millet82 dans ses pensées du matin.

Si le phénomène de la peur comme construction mise en œuvre par le pouvoir - qui trouve ainsi depuis toujours un moyen d’assurer sa légitimité et d’asseoir son autorité - n’a rien de nouveau, l’époque s’avère propice au désenchantement épouvanté. « J’ai peur de cet individualisme si ancrée au plus profond de nous-même, nous, enfants de la société consumériste, qui avons été bercés par le mythe de l’accumulation de biens matériels qui, soi-disant, nous rendrait plus heureux et plus épanouis », partage la trentenaire Alice Rapin dans un coup de gueule en forme d’anaphore « J’ai peur de ce monde de la “poudre aux yeux” ».

Elle rejoint les préoccupations d’un plus jeune Moonsoon Chicouard, 16 ans, effrayé pour son avenir, et celui de tellement de personnes autour de lui, effrayé par cette France qui ressemble donc « à un déferlement de haine, à une démocratie qui n’en est plus vraiment une où l’on tape sur des manifestants anti-racisme pour la seule et bonne raison que leur combat ne plaît​ ​pas aux partisans du candidat à la présidentielle ».

« La peur fait école... »

De cette peur manipulable, levier d’obtention du pouvoir, moteur classique et sélectif selon les enjeux du moment, ne pouvons-nous penser qu’il s’agit d’un cercle vicieux ? De la « mythologie de la sécurité », ne faut-il pas conclure que cette aspiration de sécurité répond aux revendications émises par les citoyens ?

« Urgente est la situation. Risque terroriste, risque sanitaire : risques urgents, état d'urgence. État d'extrême urgence donc, puisque les risques, de natures différentes, s'additionnent. Comment ne pas avoir peur ? » analyse l’enseignante Élodie Wahl.

Pourtant poursuit-elle « quand les canaux de diffusion de la peur sont partout, donc… quand la peur fait école, il me semble alors, et cela me fait PEUR, que si le totalitarisme existe déjà dans les têtes, il n'y a plus aucun obstacle pour qu'il s'impose dans les faits. »

Par une belle journée d'hiver, la peur © Céline Wagner

Et même quand ces peurs ne sont fondées sur rien de rationnel, elle prédomine dans l’espace public. Comme l’éclaire le documentariste Pierre-Oscar Levy : « en matière de politique migratoire en Europe, toutes les études sérieuses, comme celui de l’ OCDE démontre que le flux migratoire est extrêmement faible depuis 2 ans ».

Car « La peur a pour conséquence la perte définitive de toute réflexion, tout doute, toute recherche de bon sens, d’analyse, de recul. Elle amène à l’obéissance, la servilité, aveugle. Elle s’est bâtie sur plusieurs étapes dont l’une est la plus terrible : démolir toute opinion contraire, discréditer tout porteur d’une parole différente », complète Laurent Billard.

« À cette lâcheté que nos peurs, nous laisse en violence... »

Alors si « la peur doit changer de camp », de quels camps parle-t-on ? De Montesquieu à Hobbes en passant par Hannah Arendt, l’idée n’est pas nouvelle mais l’épidémie anxiogène du Covid, les attentats ou autres catastrophes climatiques éclairent le phénomène d’une lumière nouvelle : la peur de l’impuissance.

De la « peur de cette peur » pouvons-nous tirer quelque chose qui nous permettrait de nous libérer ?

La peur peut-elle être un facteur de délitement d’une société néo-libérale qui se nourrit de la peur ? Peut-elle aider à contrer cette « victoire de la société marchande, qui a transformé le vivant en marchandise, le bonheur des citoyens en PIB, le projet collectif en pouvoir d’achat individuel », ou ne reste que quelques individus « séparés, épars, plus ou moins tétanisés par ce rouleau compresseur, anxiogène car omniprésent » ?

La peur comme émotion primitive qui protège peut-elle nous permettre de survivre ou d’échapper au danger qui nous guette ? Peut-on envisager le lien social comme un rempart contre la peur ?

« Je prends le risque de vivre car je ne veux pas mourir, car je refuse de me laisser immobiliser par la peur qui me gagne parfois », conclue la poétesse Zaelle Noyoub quand on lui demande si elle a peur de voyager seule.

Alors la peur, bonne ou mauvaise conseillère ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Macron 1, le président aux poches percées
Par Luis Alquier, macroéconomiste, Boris Bilia, statisticien, Julie Gauthier, économiste dans un ministère économique et financier.
par Economistes Parlement Union Populaire