Billet de blog 13 juil. 2021

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Macron enterre la santé publique

Les annonces faites par le président de la République ce lundi 12 juillet contreviennent aux fondements de la santé publique. Inéthiques, inefficaces, elles vont renforcer les divisions dans la société alors que l'adhésion vaccinale repose sur le sens du collectif.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse – 13 juillet 2021

OTMeds (Observatoire de la Transparence dans les Politiques du Médicament)

Vaccination dans le monde : des annonces dérisoires

Pour garantir un accès universel et effectif à la vaccination et lutter contre les inégalités mondiales, Emmanuel Macron s'est contenté dans ses annonces de valoriser une politique de dons, qui a montré toutes ses limites : moins de 2 % des personnes vivant en Afrique sont vaccinées. Il y a un mois pourtant, le président de la République s'engageait à soutenir à l'OMC la levée des brevets demandée depuis octobre 2020 par l'Inde et l'Afrique du sud, seul moyen d'augmenter rapidement la production mondiale. L'allocution de ce lundi soir constitue donc une nouvelle régression par rapport aux engagements passés de la France.

La contrainte est un levier inéthique et contre-productif

Extension du Pass Sanitaire, obligation vaccinale pour les soignants, tests PCR payants : l'essentiel des mesures annoncées pour garantir l'adhésion vaccinale en France passe par la contrainte. Les travaux en santé publique et les nombreuses expériences de terrain ont montré que la contrainte était le plus souvent contre-productive, notamment en matière d'adhésion vaccinale.

En l'espèce:

  • Le président de la République assimile non-vaccinés et promoteurs de discours anti-vaccins pour omettre les inégalités dans l'accès au système de santé. Les revenus, l'origine, le handicap, le territoire sont par exemple des facteurs accroissant les inégalités vaccinales. Le travail de l'État pour les lever a été inexistant. Rendre les tests PCR payants ou étendre le pass sanitaire pénaliseront donc des personnes déjà confrontées à des inégalités. Que va-t-il par ailleurs se passer pour les personnes pour qui le vaccin est contre-indiqué?

  • Rendre les tests PCR payants pour les non-vaccinés, c'est rendre l'accès au dépistage plus difficile pour la population qui en aura le plus besoin. C'est une aberration en matière de santé publique et de lutte contre la pandémie.

  • Rendre les tests PCR payants pour les non-vaccinés, c'est conditionner la gratuité d'un dispositif de santé à un jugement moral sur leur choix. Cela pourrait amener à ne plus rembourser des soins contre le cancer pour des fumeurs, par exemple.

  • Concrètement, une personne non vaccinée souhaitant accéder aux espaces publics sans discontinuité devra-t-elle effectuer 15 tests PCR par mois à ses frais ?

  • Quel travail le gouvernement a-t-il effectué pour faire baisser les prix des tests PCR et des vaccins ?

L'adhésion vaccinale ne se décrète pas par des mesures qui divisent, mais par de la pédagogie et la recherche du collectif

  • En refusant de répondre aux interrogations des personnes qui s'inquiètent des vaccins, en les assimilant tous aux militants des mouvements obscurantistes anti-vaccins, le président de la République ne peut que renforcer ces derniers en leur donnant des arguments faciles pour convaincre. Il polarise ainsi un débat dans des postures simplistes, l'opposition contre l'obligation, là où la nuance et la pédagogie sont indispensables.

  • Les pouvoirs publics ont consacré des moyens dérisoires pour assurer de la pédagogie sur les vaccins contre le COVID-19 et répondre aux inquiétudes légitimes d'une part de la population. De même, les efforts fournis par le gouvernement pour contrer le discours des anti-vaccins, notamment sur les réseaux sociaux, ont été totalement insuffisants.

  • La confiance vaccinale se construit par la transparence. Depuis le début de la crise, les dirigeants politiques ont refusé d'exiger toute la transparence sur les essais menés, en grande partie financés par l'argent public. Pourtant, cette transparence aurait permis d'informer plus vite, et de façon nuancée, de l'intérêt et des limites de chaque vaccin, d'élaborer et mettre à jour des stratégies en pensant les produits de façon complémentaire. Une telle transparence doit être mise en place sur les candidats vaccins actuels et sur toutes les recherches.

  • Alors que la société est éprouvée par les 18 derniers mois de crise sanitaire et sociale, alors que l'enrichissement des plus riches depuis le début de la pandémie est avéré, annoncer s'en prendre aux retraites est une énième provocation d'un pouvoir incompétent et injuste.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey