Billet de blog 24 mars 2020

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

COVID-19/dépistage/Véran: un mensonge inquiétant dans la crise que nous traversons

Retour sur un mensonge inquiétant prononcé par Olivier Véran cet après-midi à l'Assemblée nationale : non, la France n'a pas suivi les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé. C'est même Olivier Véran qui l'a reconnu.

PaulineLondeix
Access to medicines advocate - Movies - Work in progress
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse - Mardi 24 mars 2020 (2)

Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament 

Moins de deux heures après la publication de réponses au ministre de la santé sur ses annonces d'hier, une intervention d'Olivier Véran nous fait douter de sa capacité à agir rationnellement, à entendre les arguments de bon sens et à être à la hauteur de la crise. Lors d'une réponse à une question de la députée Danièle Obono, il a en effet asséné ce mardi 24 mars un mensonge flagrant en assurant que la France aurait toujours suivi les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

© deputee_obono

Jeudi 19 mars, le premier ministre exposait la « doctrine française » en matière de dépistage qui était aux antipodes des recommandations de l'OMS, puisqu'il expliquait que le dépistage était inutile et contre-productif. Samedi 21 mars, le communiqué de presse publié sur le site du ministère continuait à défendre un dépistage restreint aux personnes présentant les symptômes les plus cliniques, alors que dans un point presse Olivier Véran évoquait une réorientation de la doctrine pour se conformer enfin aux recommandations de l'OMS. Il disait s’être jusque-là conformé aux recommandations de la commission européenne. Le 22 mars, dans les colonnes du Parisien, il opposait extension du dépistage et confinement alors que l'OMS invite à les penser en complémentarité, y compris dans la phase 3 de l'épidémie.

Comment le ministre peut-il mentir le 24 mars en supposant oubliés les errements passés pour lesquels il porte une lourde responsabilité et qui sont documentables en lisant trois articles de notre édition sur Mediapart, en écoutant le témoignage de soignants qui n'ont pas accès au dépistage, pas plus que les caissières, les éboueurs, les ouvriers devant travailler, les aides à domicile, etc. ?

Le mensonge n'est pas le seul motif d'inquiétude. A la proposition de réquisitionner les lieux de production pour des masques ou des réactifs, le ministre répond : « une réquisition, ce n'est pas neutre. Cela fait combien de temps que ce n'est pas arrivé, Mme Obono ? » Mais combien de temps cela fait-il qu'une épidémie meurtrière n'a pas confiné la population entière ? Le ministre a-t-il réellement pris la mesure de la gravité de la situation pour répondre avec une telle légèreté ?

Nos critiques contre l'inaction du gouvernement se sont jusqu'à présent exercées en supposant un interlocuteur compétent, rationnel, ayant pris la mesure de la gravité de la situation. Le mensonge d'Olivier Véran et son refus de prendre toutes les mesures qui s'imposent nous en font aujourd'hui douter. Ces errements, ses contradictions, sa minimisation de la situation et des moyens à mettre en œuvre sont extrêmement inquiétants.

Nous appelons Olivier Véran à revenir à la raison en reconnaissant son mensonge, à mettre fin à de telles pratiques, à mettre en œuvre tout ce qui est possible, à s’adresser à l’ensemble des acteurs de façon constructive et pragmatique, notamment sur le sujet des réquisitions, pour étendre le dépistage et lutter contre l'épidémie, car sa perte de contrôle aujourd'hui à l'Assemblée est indigne de la fonction qu’il occupe en particulier en ces temps de crise sanitaire majeure.

Voir nos précédents communiqués sur le sujet des diagnostics du COVID-19 :

24 mars (1/2) : COVID-19/ Dépistage : nos demandes suite aux annonces d’Olivier Véran

22 mars : COVID-19/dépistage: Wargon donne tort à Véran 

21 mars (2) : COVID-19/dépistage: réaction aux annonces du ministre de la santé

21 mars (1) : COVID-19: nos questions pour un dépistage étendu maintenant !

19 mars : Covid-19: Lettre ouverte à E. Philippe sur sa «doctrine» en matière de dépistage

18 mars : COVID-19 : un plan d'urgence pour le dépistage

14 mars : COVID-19 : la transparence sur le prix des diagnostics est une urgence !

12 mars : COVID-19/ Mesure n°2: transparence et encadrement des prix (Mesure n°2 : La mise en place immédiate de la transparence et l’encadrement des prix des médicaments, produits de santé et diagnostics)

12 mars : COVID-19/ Mesure n°3: mise en place d'une production locale publique

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Shtar Academy » : sortie sous haute surveillance d’un album de rap enregistré par des détenus
Ce projet musical unique en son genre a permis à quatre détenus de la prison de Fresnes de travailler avec les plus grands noms du rap français. Un projet de réinsertion qui pourrait subir le contrecoup de la polémique déclenchée cet été autour d’une course de karting.
par Yunnes Abzouz
Journal — Justice
À Nice, « on a l’impression que le procès de l’attentat a été confisqué »
Deux salles de retransmission ont été installées au palais Acropolis, à Nice, pour permettre à chacun de suivre en vidéo le procès qui se tient à Paris. Une « compensation » qui agit comme une catharsis pour la plupart des victimes et de leurs familles, mais que bon nombre de parties civiles jugent très insuffisante.
par Ellen Salvi
Journal — Santé
Crack à Paris : Darmanin fanfaronne bien mais ne résout rien
Dernier épisode de la gestion calamiteuse de l’usage de drogues à Paris : le square Forceval, immense « scène ouverte » de crack créée en 2021 par l’État, lieu indigne et violent, a été évacué. Des centaines d’usagers de drogue errent de nouveau dans les rues parisiennes.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Justice
Un refus de visa humanitaire pour Hussam Hammoud serait « une petite victoire qu’on offre à Daech »
Devant le tribunal administratif de Nantes, la défense du journaliste syrien et collaborateur de Mediapart a relevé les erreurs et approximations dans la position du ministère de l’intérieur justifiant le rejet du visa humanitaire. Et réclamé un nouvel examen de sa demande.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
« Mon pauvre lapin » : le très habile premier roman de César Morgiewicz
En constant déphasage avec ses contemporains, un jeune homme part rejoindre une aieule à Key West, bien décidé à écrire et à tourner ainsi le dos aux échecs successifs qui ont jusqu’ici jalonné sa vie. Amusant, faussement frivole, ce premier roman n’en oublie pas de dresser un inventaire joyeusement cynique des mœurs d’une époque prônant étourdiment la réussite à n’importe quel prix.
par Denys Laboutière
Billet de blog
Suites critiques aux « Suites décoloniales ». Décoloniser le nom
Olivier Marboeuf est un conteur, un archiviste, et son livre est important pour au moins deux raisons : il invente une cartographie des sujets postcoloniaux français des années 80 à aujourd’hui, et il offre plusieurs outils pratiques afin de repenser la politique de la race en contexte français. Analyse de l'essai « Suites décoloniales. S'enfuir de la plantation ».
par Chris Cyrille-Isaac
Billet d’édition
Klaus Barbie - la route du rat
En parallèle d'une exposition aux Archives départementales du Rhône, les éditions Urban publient un album exceptionnel retraçant l'itinéraire de Klaus Barbie de sa jeunesse hitlérienne à son procès à Lyon. Porté par les dessins du dessinateur de presse qui a couvert le procès historique en 1987, le document est une remarquable plongée dans la froide réalité d'une vie de meurtres et d'impunité.
par Sofiene Boumaza
Billet de blog
Nazisme – De capitaine des Bleus à lieutenant SS
Le foot mène à tout, y compris au pire. La vie et la mort d’Alexandre Villaplane l’illustrent de la façon la plus radicale. Dans son livre qui vient de sortir « Le Brassard » Luc Briand retrace le parcours de cet ancien footballeur international français devenu Allemand, officier de la Waffen SS et auteur de plusieurs massacres notamment en Dordogne.
par Cuenod