Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

294 Billets

4 Éditions

Billet de blog 9 mars 2017

Mediapart a neuf ans : nos comptes, nos résultats

Né le 16 mars 2008, Mediapart profite chaque année de son anniversaire pour rendre publics tous ses comptes, lors d’une conférence de presse et auprès de ses lecteurs. En 2016, votre journal a dépassé le seuil des 130 000 abonnés, avec un chiffre d’affaires en progression de près de 10 %, un résultat net équivalent à plus de 16 % du CA et une équipe de 74 salariés permanents.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Tous les chiffres et toutes les nouveautés de Mediapart ont été présentés et commentés lors d’une conférence de presse tenue jeudi matin 9 mars dans nos locaux, à laquelle assistaient une trentaine de journalistes et qui fut retransmise en direct sur Facebook (c’est à revoir ici). Cet exercice de transparence est exceptionnel dans le monde médiatique. Notre partenaire espagnol InfoLibre fait de même à la même période (lire ici) : pour ses quatre ans, il a annoncé une croissance de 31 % de ses abonnés devenus, pour la première fois, sa source principale de revenus.

Éditée chaque année à cette occasion (retrouver ici celle de 2016), notre habituelle plaquette rouge qui contient toutes ces informations sur la marche de Mediapart, ses résultats et ses innovations, est en accès libre, à télécharger et partager en cliquant ici :

2008-2017 Neuf ans d'indépendance (pdf, 2.1 MB)

En voici l’introduction, suivie des graphiques résumant les principales données chiffrées, puis de la présentation, pour la première fois, d’un bilan judiciaire de Mediapart. Pour fêter ce neuvième anniversaire et inviter le plus grand nombre à découvrir l’imprévu de la campagne présidentielle sur Mediapart, une offre d’abonnement exceptionnelle est proposée jusqu’au 31 mars (3 mois pour 11 euros, à découvrir ici).

RIEN NE SE PASSERA COMME PRÉVU

#RienNeSePasseraCommePrevu : en forme de hashtag, ce fut en 2016 le mot d’ordre de Mediapart, à l’orée de la campagne présidentielle de 2017. Quand la plupart des commentateurs professionnels, habitués à figer l’avenir dans leurs préjugés, se préparaient à la répétition de scénarios anciens, notamment un affrontement entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, avec Marine Le Pen en embuscade, nous avons d’emblée parié sur l’inédit et l’imprévu.

Ce pronostic, qu’ont confirmé depuis l’hécatombe politique des primaires et l’impact ravageur des affaires, ainsi que la catastrophe électorale états-unienne, reposait sur une perception documentée de la crise profonde qui ébranle nos sociétés, aussi bien démocratique qu’écologique, sociale que culturelle, etc. Mais il venait aussi de notre expérience collective d’un journal qui, depuis sa naissance en 2008, s’est construit à contre-courant des certitudes en place.

Distingué à l’automne 2016 par le trophée du « Titre de la décennie » au salon La Presse au futur (lire ici), Mediapart n’a pas seulement contredit les analystes qui ne croyaient pas au modèle économique payant pour la presse numérique. Il a aussi démenti ceux qui remettaient en cause la tradition d’un journalisme de qualité au prétexte de la révolution digitale, ne jurant plus que par les formats courts et les contenus éphémères, l’immédiateté et le flux, le zapping et le buzz, le commentaire et le divertissement.

Mediapart a fait le pari inverse : un journalisme approfondi et enrichi, utilisant toutes les potentialités du numérique pour ressourcer et défendre le meilleur de nos valeurs professionnelles. Consolidée par ses résultats de 2016 – sixième année consécutive d’exercice bénéficiaire avec une croissance de 10 % du chiffre d’affaires, une augmentation de 10% du nombre d’abonnés et un résultat net de 15 % du CA –, la réussite économique de Mediapart est donc d’abord celle de son modèle éditorial dont les contenus n’ont cessé de s’enrichir.

Du journalisme, encore du journalisme, toujours du journalisme : pas d’autre recette que cette obsession, au service du droit de savoir des citoyens, où se construit une relation de confiance avec un public exigeant et participant, critique et pluraliste. Elle suppose de ne jamais prétendre écrire l’histoire par avance, mais au contraire de rester attentif à l’inattendu qu’elle recèle, cet événement dont le surgissement bouscule nos habitudes et nos conforts, nos certitudes et nos préjugés.

MEDIAPART 2016 EN CHIFFRES

Mediapart a dépassé en 2016 les 130 000 abonnés (individuels et collectifs) dont plus de 126 000 abonnés individuels payants. La croissance régulière et constante de Mediapart s’est poursuivie avec un chiffre d’affaires en hausse de + 9,4 %, dépassant 11 millions d’euros, et un résultat net de près de 1,9 millions d’euros, dépassant 16 % du chiffre d’affaires.

Evolution des abonnés en 2016
Mesures de l'audience en 2016

 L’audience dite responsive est l’audience sur tablettes et mobiles.

Evolution du chiffre d'affaires annuel
Résultat courant et résultat net 2009-2016
Bilan et compte de résultats 2012-2016
Nombre de salariés en CDI à Mediapart

Depuis le 31 décembre 2016, grâce à ces bons résultats, le capital de Mediapart a évolué dans le sens d’un renforcement de notre indépendance, avec le rachat d’une partie des parts de l’un de nos actionnaires partenaires historiques, Ecofinance. Désormais, le pôle d’indépendance (fondateurs, salariés, société des amis et amis individuels) atteint 62 % du capital. Intervenue en ce début d’année 2017, cette information n’est donc pas mentionnée dans la brochure sur nos résultats de 2016.

Evolution du capital de Mediapart début 2017

MEDIAPART EN JUSTICE

Mediapart doit régulièrement défendre son travail devant la justice. Nous le faisons dans le cadre de la loi républicaine du 29 juillet 1881 qui fonde la liberté de la presse en France et qui a instauré une jurisprudence protectrice du droit à l’information. C’est aussi le prix de l’indépendance que de devoir ainsi se défendre devant les tribunaux, sachant que nous ne sommes évidemment pas au-dessus des lois. Cette défense judiciaire de Mediapart représente un coût annuel qui, avec des variations selon les années, se situe autour de 150 000 euros.

Outre la vérité des faits, fondée sur une offre de preuves (que nous mettons en œuvre chaque fois que c’est possible), l’équipe de Mediapart oppose aux poursuites qui vise son travail la « bonne foi » qui repose sur quatre conditions cumulatives : la légitimité du but poursuivi (que les informations révélées soient bien d’intérêt public) ; le sérieux de l’enquête (que des éléments viennent à l’appui du travail journalistique effectué), lequel suppose le respect du contradictoire (que la réaction des mis en cause ou de leur défenseurs ait été sollicitée) ; la modération et la prudence dans l’expression (que l’article ne relève pas d’une vindicte polémique) ; l’absence d’animosité personnelle (que le journaliste ne règle pas un compte personnel ou privé).

Notre défense est assurée par Mes Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman, du cabinet Lysias. Ce sont nos avocats depuis la création de Mediapart en mars 2008. Selon un décompte à la mi-févier 2017, ce sont au total 97 dossiers qui ont été ouverts à leur cabinet concernant Mediapart et son directeur de publication (sachant qu’un dossier peut comprendre plusieurs procédures, incluant le ou les journalistes auteurs des articles visés).

À ce jour, seulement 3 condamnations définitives ont été prononcées pour diffamation : une pour une erreur matérielle rectifiée depuis ; une deuxième du fait d’un délai pour le contradictoire insuffisant ; une troisième pour avoir rectifié les propos d’une interview. La date du plus ancien article concerné par ces condamnations est de 2010. Il faut y ajouter une condamnation prononcée pour défaut de publication du droit de réponse dans le délai légal mais elle n’est pas définitive parce que nous avons saisi la chambre criminelle de la Cour de cassation.

Mediapart a été mis définitivement hors de cause dans 69 dossiers (désistements, ordonnances de non-lieu, relaxes, nullités et irrecevabilités des poursuites). Sur ce total, un chiffre non négligeable témoigne de procédures menées contre nous à des fins de communication plutôt que de bonne justice : 28 dossiers ont fait l’objet de renonciation et/ou désistement des actions par ceux-là mêmes qui les avaient engagées.

Mediapart doit donc encore se défendre dans 25 dossiers qui n’ont pas encore été jugés définitivement. Parmi ces dossiers, certains ont déjà fait l’objet de décisions en notre faveur qui doivent être confirmées en appel. C’est notamment le cas de notre relaxe dans l’affaire Bettencourt, jugée à Bordeaux, contre laquelle la procureur de la République a fait appel. Cette même affaire Bettencourt nous a conduits à engager deux procédures devant la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), à propos de la censure dont nous avons été victimes après nos révélations de l’été 2010.

> Ce billet est aussi disponible en angais (ici) et en espagnol ().

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils et elles se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Une peine de prison aménageable est requise contre François Fillon
Cinq ans de prison dont quatre avec sursis, la partie ferme étant « aménagée sous le régime de la détention à domicile », ainsi que 375 000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité ont été requis lundi 29 novembre contre François Fillon à la cour d’appel de Paris.
par Michel Deléan
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
« La droite républicaine a oublié qu’elle pouvait porter des combats sociaux »
« À l’air libre » reçoit Aurélien Pradié, député du Lot et secrétaire général du parti Les Républicains, pour parler de la primaire. Un scrutin où les candidats et l’unique candidate rivalisent de propositions pour marquer leur territoire entre Emmanuel Macron et l’extrême droite.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Faire militance ou faire communauté ?
Plus j'évolue dans le milieu du militantisme virtuel et de terrain, plus il en ressort une chose : l’impression d’impuissance, l’épuisement face à un éternel retour. Il survient une crise, on la dénonce à coups de critiques et d’indignation sur les réseaux, parfois on se mobilise, on tente tant bien que mal d’aider de manière concrète.
par Douce DIBONDO
Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c