Fatima Ouassak

Politologue, Fondatrice du Réseau Classe/Genre/Race

Sa biographie
http://www.bondyblog.fr/201802270912/fatima-ouassak-je-refuse-le-dilemme-entre-la-reussite-scolaire-et-la-dignite/
Son blog
50 abonnés Le blog de Fatima Ouassak
  • 8 billets
  • 0 édition
  • 0 article d'éditions
  • 0 portfolio
  • 0 lien
  • 0 événement
  • 0 favori
  • 0 contact
Voir tous
  • Pour une rupture politique avec le système policier

    Par
    Grâce au rassemblement historique organisé par le Comité Adama le 2 juin 2020, nous sommes à un tournant dans la lutte contre les violences policières en France. Voici quelques éléments stratégiques pour rompre avec un système policier hérité de la colonisation et de Vichy, qui a pour fonction de limiter notre liberté de manifester. Et la liberté de circuler des plus opprimé.e.s parmi nous.
  • Le passeur de cassettes

    Par
    "Chibani", fresque à Malakoff représentant Mohand Dendoune, réalisée par Vince "Chibani", fresque à Malakoff représentant Mohand Dendoune, réalisée par Vince
    Monsieur B. est mort. Il vivait dans un foyer de travailleurs de la région lilloise, il avait 77 ans. Monsieur B a été quelqu'un de très important pour beaucoup de familles, dont la mienne, dans les années 1970 et 1980. Il a exercé un métier que très peu de personnes connaissent.
  • Akim Oualhaci a-t-il subi une discrimination raciste de la part du CNRS?

    Par
    Les faits : alors qu'il était à chaque fois admissible, le sociologue Akim Oualhaci a été déclassé (sans explication) trois années de suite par un jury d'admission au concours du CNRS, ce qui l'a empêché d'accéder aux postes de chercheurs mis au concours par l'organisme public.
  • Laissons les roses, prenons le pouvoir!

    Par
    53426621-409733072931178-8127934842689028096-n
    La question est de savoir comment nous pouvons réellement nous libérer des oppressions que nous subissons en tant que femmes issues de l'immigration post-coloniale et habitant les quartiers populaires. La réponse est simple : en prenant le pouvoir! Comment y parvenir ? En luttant concrètement là où nous vivons, sur nos territoires, dans nos quartiers. Du local au global.
  • En soutien au peuple algérien: le rire de Djamila Bouhired

    Par
    53039206-355086491779361-1546965602755674112-n
    Nous sommes en 1957 à Alger et Djamila Bouhired, résistante, membre du FLN, est à la barre des accusés. Après avoir été torturée, elle est ici jugée par le tribunal militaire du régime colonial français pour « terrorisme ». Le juge demande le silence, il va rendre son verdict, la sentence tombe, Djamila Bouhired est condamnée à mort. Contre toute attente, Djamila Bouhired éclate de rire.